mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart sam. 13 févr. 2016 13/2/2016 Dernière édition

Une vente aux enchères inacceptable

Une vente aux enchères inacceptable

Fernand Meyssonnier Fernand Meyssonnier, est cet ancien "exécuteur en chef des arrêts criminels" en Algérie dans la période de la Guerre d’Algérie. C’est-à-dire qu’il est responsable de 198 exécutions capitales de personnes dont la plupart étaient engagées en faveur de l’indépendance algérienne. Sur cette photo, il pose avec une réplique miniature de la guillotine, à Fontaine-de-Vaucluse (Vaucluse), le 20 septembre 2002.

Sur la luxueuse brochure du catalogue des objets à vendre, en guise d’éditorial, selon sa fille "Son père, exécuteur des actes criminels de 1957 à 1961 en Algérie a occupé une fonction peu ordinaire. Contrairement à l’image caricaturée présentant bien souvent ’le bourreau’ comme une personne effroyable voire un monstre, c’était un homme sensible, jovial, enthousiaste et doté d’une grande ténacité dans tout ce qu’il entreprenait… Cette collection dont vous découvrirez les plus belles pièces de ce catalogue est unique en son genre…."

J’ai reçu ce témoignage d’une visiteuse de ce "musée" du Vaucluse quelques mois avant qu’il ne ferme. "Fernand MEYSSONNIER qui faisait visiter sa collection nous a alors expliqué qu’il était descendant du bourreau Sanson qui avait exécuté Marie Antoinette et que c’était son oncle qui avait été le dernier bourreau en France jusqu’à l’abolition de la peine de mort. Comme son oncle n’avait pas de descendant mâle c’est lui, le neveu, qui devait prendre la succession. Il avait donc assisté son oncle lors de la dernière exécution en France, celle d’un Algérien tueur en série de prostituées. Il a expliqué à maman ceci " "Madame quand vous voyez un pou sur une table vous faites çà : (et il a fait mine d’écraser quelque chose avec son pouce) eh bien ces individus à qui on coupe la tête, ce sont des poux et ça soulage de les tuer".

On a là la démonstration du morbide de ce personnage, et la raison pour laquelle il est "sensible, jovial, enthousiaste"…

Voici quelques pièces significatives de ce musée des horreurs qui sont proposées à la vente :

(Photos extraites du catalogue)

Une chaise de tribunal d’inquisition. Elle est mie à prix 800€. "Intéressant" pour meubler un salon : elle est réservée à quel invité ?

Une corde à pendaison, dédicacée, mise à prix à 1500€ à déposer sur la table du repas familial ?

Une reproduction d’une guillotine (1,15m de haut, 1m de large) mise à prix 300€, sans doute à installer dans le vestibule

Un "écrase-main" surmonté d’une croix !!! mise à prix à 4.000€ : sa place certainement sur le buffet du salon !!!

à moins que vous n’ayez pas les moyens et vous contentiez d’un "écrase-pouces" à 100€

Voici pour Carnaval, un masque/cagoule d’exécuteur pour une mise à prix de 1.500€ : succès garanti !!!

Un engin de torture ignoble : La poire d’angoisse est un instrument de torture dont les origines remontent au Moyen Âge. Introduite dans la bouche, le vagin ou l’anus (suivant l’endroit où l’on avait péché) et pouvant augmenter de volume. Mise à prix 500€

Enfin une baignoire qui était utilisée pour collecter 4 ou 5 têtes coupées, elle est mise à prix 1.200€. Elle peut sans doute se transformer en cache pot pour une belle fleur, ou une coupe à fruits à servir à vos invités.

Enfin cette corbeille en rotin tressé, peint en marron, à huit poignées (1m91x0m83x0m70) garnie à l’intérieur de tôles de fer peintes en noir. Elle servait à transporter 4 corps sans têtes jusqu’à leurs dernières demeures. La mise à prix de 500€. Cette malle peut être mise dans le salon pour cacher les bouteilles d’apéritif, par exemple, ou de siège, ou de cachette pour les enfants…

Selon certains échos qu’il y aurait d’autres pièces tout aussi terribles qui ne seraient pas sur le catalogue.

Cette liste à la Prévert n’est qu’une petite sélection sur plus de 800 "objets" proposés dans le catalogue. Elle montre le caractère odieux de cette proposition de vent aux enchères. Il n’est pas acceptable qu’il puisse exister un commerce, pour faire du profit avec de tels objets.

La famille espère "récolter" au moins 200.000€ de cette vente (la marge du commissaire priseur n’est pas annoncée). C’est ignoble

Quels peuvent être les acheteurs de cette "collection" macabre : des personnes perverse, morbides ???

Je dois dire, personnellement, ayant été confronté à la torture, en 1961/62 au sein de la Villa Susini à Alger, pendant la Guerre d’Algérie, que je ne peux admettre une telle opération. Le traumatisme que je porte depuis cette période n’a jamais été guéri, je le vis comme un handicapé doit apprendre à vivre avec son infirmité. Alors, une telle opération est le ravivage terrible d’une plaie in-cicatrisable.

Je pense aussi tout particulièrement aux victimes des tortures, comme mes amis Henri ALLEG ou Louisette Ighilahriz, mais aussi à ceux qui sont morts sous les coups des tortionnaires comme Maurice AUDIn, ceux qui ont été guillotinés par ce bourreau comme Fernand IVETON.

Mais comment s'étonner, que de telles horreurs remontent à la surface quand un gouvernement, depuis 5 ans attise la xénophobie, distile le racisme par une politique délibérée. Comment s'étonner cette banalisation de la torture une des bases du colonialisme, quand le pouvoir politique actuel le réhabilite, honore des criminels (J-F Collin, Hélie Denoix de Saint marc, le colonel Chateau-Jobert... ). Cette violence entrenue n'est pas sans effets

La seule solution acceptable est l’interpellation du Gouvernement pour qu’il exerce, sans délai, un droit de préemption pour que le contenu de cette exposition rentre dans le patrimoine historique et non privé.

Je serai présent le mardi 3 Avril à l’entrée de cette salle de vente pour contester cette opération mercantile ignoble.

P.-S.

Communiqué Paris, le 29 mars 2012

France. Les associations de défense des droits de l’homme dénoncent la commercialisation de la torture

L’ACAT-France, Amnesty International France, l’association Primo Levi et le MRAP dénoncent la vente aux enchères d’une collection d’objets de torture, le 3 avril prochain à Paris, et interpellent le gouvernement français pour qu’il exerce, sans délai, un droit de préemption pour que le contenu de cette collection rentre dans le patrimoine historique et non privé.

Le 3 avril 2012, à l’Hôtel Salomon de Rothschild (Maison de vente Cornette de Saint-Cyr) sera mise en vente la "Collection de Fernand MEYSSONNIER" le bourreau "exécuteur des arrêts criminels de 1957 à 1962" à Alger, c’est-à-dire de 198 exécutions capitales de personnes dont la plupart étaient engagées en faveur de l’indépendance algérienne.

Parmi les objets proposés à la vente seront présentés : une corde de pendaison dédicacée, une baignoire qui servait à collecter les têtes décapitées, un panier pour le transport vers leur dernière demeure de quatre corps décapités, la reproduction d’une guillotine, des écrase-mains, des écrase-pouces, une poire d’angoisse, un pilori, un collier à pointes, un masque de contrainte, etc.

Pour les organisations de défense des droits de l’homme susmentionnées, cette initiative est choquante, contraire à toute éthique et porte atteinte à la mémoire et à la dignité des victimes ayant subi des actes de torture.

Nos associations interpellent le gouvernement français pour qu’il exerce, sans délai, un droit de préemption pour que le contenu de cette collection rentre dans le patrimoine historique et non privé.

Il n’est pas acceptable de faire le commerce d’outils ayant servi à la torture et à des exécutions.

Aujourd’hui, tous les jours, des milliers d’hommes, de femmes et même d’enfants sont livrés à l’imagination des bourreaux. Dans plus d’un pays sur deux, l’usage de la torture est encore une pratique courante, routinière. Accepter le commerce d’objets ayant servi à torturer, c’est encore banaliser ce fléau.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

À lire : l'article paru dans le Monde (septembre 2002) :  "Le bourreau d'Alger" http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article4926 

La réalité dépasse l'imagination.