9 février : 2 événements : l'anniversaire de mon fils et le renouvellement de ma condamnation par le JAF.

Je parie UN EURO, pour le symbole que dans quelques heures la JAF renouvellera la pension alimentaire de ma "fille" à 26 ans (6 ans pour avoir un BTS) pour qu'elle en fasse un second...

 

Je parie UN EURO (pour le symbole) que dans quelques heures la JAF renouvellera la pension alimentaire de ma "fille" à 26 ans (6 ans pour avoir un BTS) pour qu’elle en fasse un second…

 

Si j’ai bien compris la logique à l’œuvre, celle que j’étudie et dont je ferai une thèse, la JAF va prolonger cette ponction de 1000 € mensuels qu’elle complète des faibles droits sociaux acquis par ses efforts personnels car il ne faut pas laisser les jeunes sans le sou alors autant condamner les parents, leur faire prendre leurs responsabilités. Tan pis si cela les appauvrit, si cela est inéquitable…, il n’y a pas d’autre solution (le budget de l’État social est en berne), il suffit de les traiter comme des mauvais parents (sans preuves, c’est inutile, le soupçon suffit car l’obligation est pour tous).

 

Pour moi, ce n’est pas grave je sais que dans dix ans à la retraite avec moins de 25 000€ annuels (résultat d’une vie professionnelle chaotique) et sans domicile personnel je serai près de la pauvreté.

 

Les « bien informés » diront que je pourrais alors la faire condamner…, je pense qu’ils méconnaissent le problème (et font encore confiance au droit (ils oublient que c’est un outil politique)).

 

Non, je m’inquiète pour les générations à venir car je sens que cette chère demoiselle qui fut choyée, bien conseillée (les conseilleurs ne sont pas les payeurs), doit vouloir devenir travailleur social. Elle fera payer des parents, aidera des jeunes sans solutions, fera des futurs rentiers sur le dos des parents responsables. J’ai peur pour vous les futurs parents, moi, c’est foutu je suis un vieux salaud d’égoïste, un qui croyait pouvoir s’en tirer en travaillant, en apprenant le courage : mon fils l’a compris, pas ma fille.

 

Vous pouvez penser que je suis sexiste. Cela m’indiffère car je ne le suis pas. Par contre, dans quelques heures, oh ! non, un peu plus… la JAF prendra bien quelques semaines pour se décider, d’un mot ; dans quelques semaines, j’aurais gagné mon pari et perdu des années de bonheur, cette illusion qui nous garde plein d’espoir.

 

Je vous avais dit de lire Kipling…, moi, je retourne au livre de la jungle, c’est plus simple.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.