Air Cocaïne : Les pilotes ont bien tenté de décoller, malgré l'intervention de l'hélicoptère de " l'Anti-drogue " dominicain... !

La vidéo publiée par le journal Le Point et relatant l'interception par les forces anti-drogue de la République dominicaine du vol dit Air Cocaïne comporte des éléments à charges contre les pilotes qui n'ont jamais été ni révélés ni commentés. Contrairement à ce que laissent penser les commentaires écrits, les moteurs étaient en route. On entend distinctement la mise en poussée des moteurs...

 

Cette video montrant l'interception du vol Air Cocaïne, alors que tous moteurs en fonctionnement, mais avec les feux anti-collision coupés, il s'apprêtait à rouler, comporte des détails accablants pour les pilotes !

Interception du vol Air Cocaïne © Alexandre G.

Deux commentaires écrits des journalistes sont manifestement inexacts, au moins en ce qui concerne leur apparition sur l'image.

L'avion est en effet prêt à décoller en douce, car ses moteurs sont manifestement en route, en revanche les feux anti-collision sont coupés. 

Les éléments de preuve sont flagrants :

  1. Au moment où l'hélicoptère se pose et que les projecteurs sont braqués sur les pilotes, on entend très distinctement une mise en poussée des réacteurs et aussitôt les policiers sommer les pilotes d'arrêter. 
  2. La mise en poussée est avortée et on entend encore plus distinctement la coupure des moteurs cette fois-ci, nul ne peut nier en effet qu'il s'agit bien du bruit caractéristique de la coupure ( extinction ) des turbo-réacteurs
  3. Si on entend si bien la coupure des réacteurs c'est donc bien qu'ils étaient en marche...
  4. La mise en poussée, même très brève, est manifeste et témoigne d'une bien troublante réaction des pilotes alors qu'ils ont les projecteurs de l'hélicoptère braqués sur eux. Tentative désespérée ? .... Vite abandonnée, certes, mais quand même initiée
  5. Tous les pilotes de ligne du monde allument les feux anticollision avant de mettre en route
  6. Les beacon sont éteints, alors que les moteurs tournent ce qui peut quand même laisser envisager l'intention des pilotes de rouler ( et peut-être décoller discrètement... ) 
     

Question : Est-ce qu'un pilote d'un vol commercial ( en Jet d'affaires ) ou de transport public sur un avion de ligne se comporterait ainsi ? 

La mise en poussée indiscutable des réacteurs lors de l'interpellation est-elle la meilleure preuve de l'innocence de ces pilotes ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.