Histoire coloniale et postcoloniale
Site proposant un vaste corpus de référence de documents, études, réflexions et ressources sur l’histoire coloniale de la France (première et seconde colonisation), ainsi que sur ses traces dans la société française postcoloniale d’aujourd’hui.
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2022

26 mars 1962 : occultation du rôle de l’OAS par les « nostalgériques » et par Macron

La volonté d’Emmanuel Macron de « réconcilier les mémoires » des différentes catégories de victimes de la guerre d’Algérie quitte à faire dans certains cas l’économie d’un regard historique sur la véracité ou les mensonges des récits sur lesquels certaines mémoires se sont constituées, connait de sérieuses limites.

Histoire coloniale et postcoloniale
Site proposant un vaste corpus de référence de documents, études, réflexions et ressources sur l’histoire coloniale de la France (première et seconde colonisation), ainsi que sur ses traces dans la société française postcoloniale d’aujourd’hui.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La volonté d’Emmanuel Macron de « réconcilier les mémoires » des différentes catégories de victimes de la guerre d’Algérie quitte à faire dans certains cas l’économie d’un regard historique sur la véracité ou les mensonges des récits sur lesquels certaines mémoires se sont constituées, connait de sérieuses limites.

Dans le cas du massacre de manifestants européens le 26 mars 1962 rue d’Isly, à Alger, une semaine après le cessez-le-feu consécutif aux Accords d'Evian, le président de la République a donné satisfaction aux associations « nostalgériques » qui attribuent à l’armée française toutes les responsabilités dans cet événement tragique.

Il a choisi d'éluder la lourde responsabilité de l'OAS (organisation armée secrète) dans ce massacre, alors que des documents montrent que des armes automatiques installées par elle ont ouvert le feu sur le barrage tenu par des militaires français.

Que montrent les archives françaises ?

Un plan conservé au Service historique de la Défense (SHD) concerne la fusillade de la rue d’Isly du 26 mars 1962. Il figure au SHD dans un dossier correspondant à la cote GR1H2703, dans la neuvième chemise de ce dossier, qui porte la cote 1H2703-D9. Un lecteur qui a pu le voir mais qui n’a pas eu l’autorisation de le photographier en a fait la copie ci-dessous.

Il montre, en pointillé bleu, le barrage constitué par le 4e régiment de tirailleurs algériens, qui a effectivement ouvert le feu sur des manifestants, mais il a aussi été pris sous le tir d’armes automatiques installées par des commandos de l’OAS sur des balcons et des toits de la rue d’Isly et des alentours, dont les emplacements, repérés par l’armée, sont marqués en rouge sur ce plan (les ronds bleus désignent les postes de commandement de l’armée française).

 

Cela est confirmé par trois photos extraites d’un rapport de l’armée intitulé « Renseignements judiciaires et militaires », établi au lendemain du 26 mars 1962, publiées par Yves Courrère dans Les Feux du désespoir (Fayard, 1971, p. 544), qui montrent quelques-uns des emplacements des armes automatiques utilisées par l'OAS.

Il serait temps de rendre public ces documents, et, plus généralement, conformément aux promesses qui ont été faites et qui tardent à être suivies d'effets, d'ouvrir les archives de la guerre d'Algérie.

Deux gerbes officielles à la cérémonie des « nostalgériques »

Nicole Ferrandis, qui préside une association de victimes du 26 mars 1962 dans la continuité du combat de l’OAS contre le cessez-le-feu et contre l'indépendance de l'Algérie — ce combat qui a fait le malheur des « pieds-noirs » —, a refusé de venir commémorer à l’Elysée le cessez-le-feu du 19 mars.

Néanmoins, la ministre Geneviève Darrieussecq et le président de la République ont fait déposer une gerbe samedi 26 mars à la cérémonie organisée par son association au Mémorial du Quai Branly, ce monument inauguré par Jacques Chirac le 5 décembre 2002 pour satisfaire une promesse qu'il avait faite entre les deux tours de la présidentielle face à Jean-Marie Le Pen pour rallier une partie de ses soutiens. Pas un mot de sa part ni de la part de l'Elysée sur la responsabilité des terroristes de l'OAS dans ce drame qui a frappé des civils européens que cette organisation terroriste a choisi de sacrifier au profit de son combat politique.

Sur ce monument, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, l'extrême droite a obtenu l'ajout aux noms des militaires qui y sont honorés ceux des victimes de la rue d'Isly. Samedi 26 mars 2022, après le dépôt des deux gerbes de la ministre et d'Emmanuel Macron, le Chant des Africains — détourné par les « nostalgériques » pour en faire leur hymne de ralliement — a clos la cérémonie.

Si les institutions et les forces politiques françaises acceptent tacitement le récit fallacieux construit par les « nostalgériques » sur l'indépendance de l'Algérie et la supposée « trahison » des autorités françaises de l'époque, l'extrême droite, qui atteint en France un étiage scandaleusement élevé — exceptionnel en Europe —, a de beaux jours devant elle. Et, plus encore, si son discours est pris pour argent comptant par la droite et par le parti d'Emmanuel Macron, un discours qui fait revivre le racisme colonial pour le malheur du pays.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis