Melvin Van Peebles est mort.

Vous savez, Melvin Van Peebles ? Le cinéaste, le musicien, l’écrivain noir, le trader à Wall Street ? Connu avant tout pour "Sweet Sweetback's Baadasssss Song !", film "scandaleux" selon le New York Times.

La dernière fois que j'ai vu Melvin Van Peebles il s’était déguisé en cafard géant. Vous savez, Melvin Van Peebles ? Le cinéaste, le musicien, l’écrivain noir, le trader à Wall Street ? Connu avant tout pour "Sweet Sweetback's Baadasssss Song !", film "scandaleux" selon le New York Times, Le type qui s'était déguisé en cafard pour remonter Broadway à l'arrière d'un camion pour faire la promotion de sa dernière production ? Quand je l’ai rencontré la première fois j’étais tout jeune. Melvin était venu à Paris pour jouer au Noir Américain. Un temps il passait d’une maison à l’autre, partout où une Française voulait son Noir au plumard. D’ailleurs il préférait les ouvrières même s’il fallait monter au sixième, les bourgeoises lui demandaient de promener le chien. Après son premier film, réalisé avec le soutien du Gouvernement français, Peebles avait été invité à la radio pour débiter du porno anti-Yankee :

"Est-il vrai que les Noirs sont très mal traités aux USA ?"

- Oh, oui, c'est vrai."

"Et il est impossible pour un Noir de trouver un bon travail ?"

- Oh, oui. Impossible."

"Et quel genre de travail les Noirs en Amérique sont-ils obligés de faire" ?

- C'est ce que vous appelez en France Un Travail de Nègre."

L’émission n’a jamais été diffusée, enfin c’est ce que racontait Melvin Van Peebles, selon ce qu’on m’a dit. Il est vrai qu’il n'hésitait pas à inventer des trucs. Mais il n’hésitait pas non plus à dire des trucs comme ça. Ça c’est certain.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.