Stanley Aronowitz [1933-2021]

J’allais dire, “Stanley Aronowitz, Professeur en Sociologie à la City University de New York, est mort.” Mais ça n’est pas tout-à-fait exact. Stanley se considérait avant tout comme un ouvrier : un Kopfarbeiter, un travailleur par la tête.

Après s’être attiré tout jeune une suspension de la City University, Aronowitz avait pris du travail comme métallo avant de revenir à CUNY enseigner quelques trente ans plus tard. Il n’avait jamais pardonné sa suspension ni oublié son expérience d’ouvrier, et ça se sentait, parfois même au sens littéral:  on le voyait arriver à CUNY en jeans et en chemise de flanelle, mal lavé comme un vrai prolo. Il aimait dire qu’il avait rétabli le “vulgaire” dans le Marxisme Vulgaire.

Pourtant Aronowitz en savait trop pour succomber au romantisme du Travail: tant que la relation au travail serait définie par le capital, les relations de classe seraient elles aussi définies par le capital. Il ne fallait donc pas laisser au capital l’occasion de définir la classe révolutionnaire; la tâche incombait aux révolutionnaires eux-mêmes, “Blancs et Noirs, citoyens et immigrants, hommes et femmes.” L’activité révolutionnaire même consistait en ce travail d’auto-définition.  C’est pourquoi dès le début des années soixante Aronowitz ouvrait pour assurer la junction entre le mouvement syndicaliste aux USA et le mouvement pour l’égalité raciale, au point qu’il fut chargé d’assurer la participation du mouvement syndical US à la Marche sur Washington de 1963, l’occasion du célèbre discours de Martin King (“I have a dream.”) Cinq ans plus tard le movement syndicaliste français allait échouer de manière decisive à faire la junction avec les mouvements d’immigrants, de femmes, etc. C’est un échec dont les consequences se font encore sentir aujourd’hui.

Rien donc de surprenant si le New York Times, le journal des libéraux bien-pensants, refuse aujourd’hui de lui consacrer une nécrologie. Le dégoût devant le travail est une chose trop sérieuse pour qu’on la laisse aux travailleurs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.