hommelibre
John Goetelen: Auteur de "Féminista: ras-le-bol!", www.atypic.ch.
Abonné·e de Mediapart

595 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 oct. 2010

hommelibre
John Goetelen: Auteur de "Féminista: ras-le-bol!", www.atypic.ch.
Abonné·e de Mediapart

Bertrand Cantat, la rédemption et les féministes

Le chanteur de Noir Désir est remonté sur scène hier samedi à Bègles. Son retour annoncé a été longuement ovationné. La sécurité avait été renforcée. Son retour ne fait pas l’unanimité. Des féministes en particulier estiment qu’il n’a pas payé assez et qu’il devrait se taire, même sa dette payée. Mais la prestation de Cantat ne vaut pas cette indignation opportuniste.

hommelibre
John Goetelen: Auteur de "Féminista: ras-le-bol!", www.atypic.ch.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le chanteur de Noir Désir est remonté sur scène hier samedi à Bègles. Son retour annoncé a été longuement ovationné. La sécurité avait été renforcée. Son retour ne fait pas l’unanimité. Des féministes en particulier estiment qu’il n’a pas payé assez et qu’il devrait se taire, même sa dette payée. Mais la prestation de Cantat ne vaut pas cette indignation opportuniste.

Deux choses sur ce retour.
D‘abord, anecdotique cette réaction des féministes. Anecdotique parce qu’en liant le crime de Bertrand Cantat aux violences faites aux femmes elles capitalisent le sang et la mort, en font un territoire exclusivement masculin et transpirent le désir de vengeance contre les hommes. L’appel aux lois d’exception discriminant le genre masculin n’est pas loin. On sait d'ailleurs que ces lois anti-genre existent déjà. Il y a une charrette d’années qu’à cause de ce féminisme-là, la démocratie et l’égalité sont mortes.
Elles seraient plus crédibles à nettoyer leurs propres poubelles. Dans les meurtres ou assassinats d’hommes par leur conjointes, celles-ci sont systématiquement moins condamnées que les hommes. A crime égal les meurtrières sont avantagées. Ainsi la dame russe qui a tué son mari de 48 (48!) coups de couteau en 2003 à Genève a été condamnée à 6 ans de prison. Pourtant, 48 coups de couteau démontrent qu’elle avait l’intention de tuer, qui plus est par crainte d’être déshéritée pour cause de risque de divorce. Elle a été mise au bénéfice d’une responsabilité restreinte et d’un repentir sincère...
Bertrand Cantat ne reçoit pas les mêmes égards: pour lui la double peine, la prison et le silence. Condamné à perpétuité en quelque sorte. J’ai recherché d’autres exemple de meurtrier ayant purgé sa peine et redevenu une personnalité publique. Henri Charrière, dit Papillon, avait écrit un livre sur ses années de bagne après sa condamnation pour meurtre. Mais lui a toujours nié avoir tué. A l'époque il avait donné de nombreuses interviews et un film avait été tiré de son livre. Cela n'avait choqué personne.

Je comprends combien un tel crime est difficile à digérer pour une société. Quelle place faire à ceux et celles qui l’ont mise en danger? Comment les accueillir à nouveau?


Cantat n’a pas nié sa responsabilité. Il n’a pas fait appel du jugement. Il a accompli sa peine et s’est tu tant que cela lui a été imposé. Il reprend maintenant son métier. Que devrait-il faire d’autre? Pourquoi devrait-il se taire encore?

Il y a eu crime, il y a eu châtiment. La dette est pénalement payée. Mais pas éteinte. Il sera socialement toujours un ex-meurtrier. Ses fans fidèles lui ont pardonné - peut-être n’ont pas pris la mesure de la gravité d’un meurtre. D’autres ne lui pardonneront jamais. Dont celles qui nourrissent leur idéologie du sang des victimes. Ce féminisme a fait du tort à Marie Trintignant en lui volant sa mort à son profit. Il fait du tort à Bertrand Cantat en lui refusant un pardon sans lequel il continuera à subir la double peine. La violence conjugale ne doit pas être considérée comme un crime aggravé, qui plus est dont seuls les hommes porteraient la charge. On sait que cela est faux.
La voie qui se présente à lui est celle de la rédemption. Hors religion cette notion garde sa valeur: le rachat de ses fautes. Par un comportement et des actions plus méritoires que la moyenne des gens. Par pour plaire aux gens. On s’en fout bien de plaire aux gens. De toutes façons les foules sont infidèles et versatiles: vouloir leur plaire est entrer en enfer. Non, c’est pour lui-même. Car j’imagine que l’on ne doit pas être le même après avoir tué qu’avant, même si c’était sans intention .
Les chansons qu’il a reprises hier soir sont dans la ligne du Cantat d’avant. Je me demande s’il va ensuite créer autre chose, quelque chose de porteur de son expérience, porteur de signes vers le monde.
Si, ayant tué, il continue à chanter son propre mal-être ou ses chansons d’avant, alors il n’aura rien à apporter au monde. Franchement, son mal-être d’ado, rien à cirer. Ça ne vaudra même pas la peine d’acheter ses disques.
J’écris ceci parce qu’ayant vu et entendu 3 vidéos de ce qu’il a chanté je reste perplexe sur le personnage: la profondeur qu’il aurait pu gagner par l’acte qui lui a valu châtiment n’est visiblement pas au rendez-vous. On dirait qu'il ne s'est rien passé dans sa vie. Le même style ado attardé, la même gestuelle narcissique sur scène, la même violence rock cultivée pour vendre, les mêmes chansons aux textes désolants d’immaturité, le même Temps des cerises vaguement destroyé punky. Secouer la tête ou hurler en se roulant à terre ça ne fait pas un artiste à mes yeux. Ça ne fait pas non plus une rédemption.
Pauvre Bertrand, qu’en d’autres temps j’avais défendu contre le féminisme prédateur sans pour autant minimiser son acte. Peut-être n’a-t-il au fond aucune exigence intérieure. Ou bien a-t-il des factures à payer.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Santé
Soins non conventionnels : « Les patients ont une spiritualité, une part d’irrationnel »
Parmi les soins non conventionnels, au très large public, il y a de tout : certains ont trouvé une place auprès de la médecine traditionnelle, d’autres relèvent de la dérive sectaire. Le chercheur Bruno Falissard, qui a évalué certaines de ces pratiques, donne quelques clés pour s’y retrouver. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB