Oliver Stone, Wall Street et le capitalisme

Réalisateur de «Wall Street 2: l’argent ne dort jamais», avec entre autres Michael Douglas, Oliver Stone se livre à Sonial Arnal dans Le Matin de ce jour. Le réalisateur talentueux rejoint ici ce que beaucoup pensent sur les dérives financières actuelles. Quelques extraits:

Réalisateur de «Wall Street 2: l’argent ne dort jamais», avec entre autres Michael Douglas, Oliver Stone se livre à Sonial Arnal dans Le Matin de ce jour. Le réalisateur talentueux rejoint ici ce que beaucoup pensent sur les dérives financières actuelles. Quelques extraits:

oliver-stone.jpg- Vous pensez que tous les banquiers sont des méchants?

- Non, il y en a énormément qui sont très bien, comme partout. Mais une minorité a quand même inventé des produits financiers que je considère comme des armes de destruction massive, et cela est dû en grande partie aux trente années de totale dérégulation imposées par un Reagan et deux Bush. Même Greenspan (précédent président de la Banque centrale américaine, ndlr) a reconnu qu'il avait eu tort de miser uniquement sur le marché pour s'autoréguler. Incroyable, non?
- Vous êtes ami avec Fidel Castro et Hugo Chávez. Pensez-vous que le communisme soit une solution?

- Sur le papier, le communisme marche mieux que le capitalisme. Dans la réalité, le meilleur système reste le capitalisme. (...) Je crois vraiment à la liberté de commerce. Mais c'est vrai que ce régime est pétri d'imperfections.
oliver-Wall-Street-2.jpg


A lire en totalité dans Le Matin dimanche.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.