L'amour: entre option déraisonnable et conte de fée

On admet que la durée est un signe de réussite pour le mariage. Selon ce critère quels sont les mariages qui marchent le mieux, c’est-à-dire qui durent globalement le plus longtemps?
Un Gars une Fille - Les céréales molles © nytshen
Un Gars une Fille - Les céréales molles © nytshen
Un Gars une Fille - Les céréales molles © nytshen

On admet que la durée est un signe de réussite pour le mariage. Selon ce critère quels sont les mariages qui marchent le mieux, c’est-à-dire qui durent globalement le plus longtemps?

couple-crochet.jpgA l’idée de bonheur s’associe celle d’épanouissement personnel. Par l’autre, dans l’autre, avec l’autre, je m’épanouis, ce qui suppose que comme un nourrisson je trouve toute la nourriture dont j’ai besoin et que l’autre est continuellement aux petits soins pour moi. Vu sous cet angle l’amour est une prison dorée et une dictature. La frustration n’y aurait plus sa place. Dans ce sens un signe ne trompe pas: la grande majorité des divorces a pour cause le «désappointement». C’est-à-dire la déception par rapport aux attentes. Déception qui correspond souvent à une simple crise hypertrophique de son ego: «et moi et moi et moi».
Il n’est que d’entendre les conjoint-e-s qui se plaignent de leur moitié: il-elle n’est pas assez comme ceci, trop comme cela, et bla bla bla. A croire que le couple se fait aujourd’hui comme on achète un appareil sur catalogue: il doit apporter toute satisfaction, et être facilement remplaçable en cas de panne ou de non-conformité.
Bruckner compare le mariage d’amour à d’autres formes d’union. Par exemple, le mariage par intérêt est peu sujet au divorce parce que les attentes - et donc le risque de déception - sont moins fortes. Les objectifs sont fixés au départ. Le contrat ne contient pas d’éléments irrationnels, comme les sentiments.
La littérature n’est pas en faveur du mariage d’amour. En effet, si depuis des siècles le thème de l’amour à fait noircir des centaines de milliers de pages, c’est généralement pour en décrire l’échec et les souffrances plus que la réussite béate. Le mariage d’amour, par la nature même des sentiments, par leur fragilité, par les exigences sous-jacentes, contient sa propre mort comme programmée. Il doit constamment être entretenu, alors que le mariage d’intérêt est fixé une fois pour toutes.
couple1.jpg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.