Les poussières du 11 septembre

Lu hier dans un quotidien un article qui est entré en résonance: les sentiments inavouables devant les images des avions qui s’encastrent et explosent dans les tours, et leur effondrement. Qui peut dire exactement ce qu’il a ressenti à ce moment?

Lu hier dans un quotidien un article qui est entré en résonance: les sentiments inavouables devant les images des avions qui s’encastrent et explosent dans les tours, et leur effondrement. Qui peut dire exactement ce qu’il a ressenti à ce moment?


911-2.jpg de septembre contient un dossier qui démonte scientifiquement les éléments du complot. C’est crédible. De plus, un complot d’une telle ampleur aurait mobilisé beaucoup de personnes. Des centaines de personnes pour mettre en place une telle logistique, et des explosifs dans les tours. Il y a fort à parier qu’en 10 ans, la mèche aurait été vendue. Par contre l’idée que le gouvernement ait pu avoir vent de l’attentat et ait laissé faire, pour en tirer profit et aller guerroyer au Moyen-Orient, je ne dis pas non. L’équipe de Bush était capable de gros mensonges.
Quant à savoir si cet attentat a changé le monde, j’ai le sentiment que le monde changeait déjà avant. La multipolarité politique était en route depuis 1989. La décolonisation, puis la délocalisation, avait fragilisé les économies. Les sphères d’influence changeaient. La représentation de l’humain était en mutation profonde. Le 11 septembre a plutôt freiné ce processus.
La bombe sur Hiroshima, celle sur Nagazaki, ouvraient la porte à un autre monde. La marche sur la Lune et la conquête de l’espace abolissaient les frontières. Le monde a changé entre 1940 et 1990, bien plus que suite à l’attentat du 11 septembre. Je comprends les célébrations et l’importance de la mémoire et ses rituels. Mais si son importance médiatique est incontestable, je crains que l’on ne surévalue sa dimension «prophétique» et politique.

 

 

 

 

Un peu de fraîcheur:

CouvDiable.jpg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.