Les excuses de Frank Ribery: décryptage d’un bluff surréaliste

Ah que, cocorico, coco! Frankie (c’est bon) retourne en équipe de France. Et pour l’occasion il vient s’excuser devant la presse: Condition visiblement imposée par la Fédération Française de Foot qui a publié son communiqué écrit avant qu’il ne le lise devant les caméras.

Ah que, cocorico, coco! Frankie (c’est bon) retourne en équipe de France. Et pour l’occasion il vient s’excuser devant la presse: Condition visiblement imposée par la Fédération Française de Foot qui a publié son communiqué écrit avant qu’il ne le lise devant les caméras.


ribery.jpgRibery est-il sincère?
Faut-il croire Ribery? Sa contrition est-elle sincère? Pour s’en faire une idée il faut le regarder en vidéo (lien en fin de billet, version resserrée). Il y a deux séquences. L’une est la lecture du communiqué. L’autre est la prestation en direct, sans texte. Et les deux séquences sont radicalement différentes. Au point d’en être troublantes.
La séquence des excuses est banale. Formelle et convenue. Aucune émotion, aucune intériorité, rien de personnel. Ennuyeuse. Ton froid sans ressenti. Etonnant pour quelqu’un qui est supposé reconnaître des erreurs. Dans les mots il les reconnaît. Dans les mots. Pas dans l’émotion, pas dans le ressenti. Il n’habite pas le texte. Et le fait de lire n’explique pas tout. Il aurait pu développer, prendre à part, improviser avec ses tripes (il le fait si bien plus loin). Non. Rien de cela.
Je note d’ailleurs qu’il dit: «Je m’excuse» et non pas: «Je présente mes excuses». Cette formule n’est pas anodine. Même si elle n’est pas rare elle n’est pas le signe d’une culture pauvre ou d’une limitation intellectuelle, comme j’ai pu le lire ça et là à son propos. Non, c’est une formule précise. En s’excusant soi-même on ne se met pas en humilité devant ceux que l’on a trahis. On ne se met donc pas en humilité devant soi-même. On ne reconnaît pas ses torts. On s’absout soi-même. On n’a rien appris de ses erreurs.
D’ailleurs il croche sur le texte du communiqué comme si ce n’était pas lui qui l’avait écrit. Pourtant il sait parler quand cela le touche. C’est la deuxième séquence, sans texte, sans prompteur. Il parle en direct, du vécu, du ressenti. Et que dit-il? Que des choses ont été racontées contre lui. Que les journalistes ont chargé, se sont acharnés sur lui et sur sa femme. Il se pose en victime. En victime! Aucun lien, aucune cohérence avec ce qu’il dit avant.
Le vrai communiqué
foot4.jpg
Dans cette conférence de presse il est en service commandé, cela se voit. Il n’a pas décidé de parler de lui-même. Il y a beaucoup d’argent à la clé. Alors il joue à l’enfant contrit. Mais directement après il se reprend et endosse la posture si valorisante et bénéfique de la victime.
La vie de Ribery lui appartient. Il peut coucher avec qui il veut et se faire balancer à la police par la première escort girl mineure venue. Elle n’est pas la première à rôder autour des terrains pour chercher une bonne affaire. Lui fait ce qu’il veut de son argent. Il peut cracher dans la soupe et participer au suicide de l’équipe de France au dernier Mondial, tout en étant grassement payé pour cela. L’époque est ainsi: les escorts girls de luxe marchent sur la tête de riches frustrés sexuels. Ça n’est pas nouveau.
Je me fiche de la vie de Ribery. Pourtant j’étais fan de son jeu au début. Comme beaucoup j’admirais ses fulgurances sur le terrain. J’en parle aujourd’hui parce qu’il est censé faire une confession publique. En fait il prend les gens pour des cons.
Pourquoi n’a-t-il pas plus de courage et de franchise? Par exemple en se fendant d’un vrai communiqué:
«Bonjour. Je suis obligé de vous présenter des excuses pour pouvoir jouer à nouveau avec les bleus et en tirer gloire et blé. La thune m’intéresse, alors je m’excuse. Enfin, officiellement. Mais comme vous pouvez le voir je m’en balance. Je ne regrette rien de ce que j’ai fait. Et comme vous êtes des salauds et que vous m’avez sali vous ne valez pas plus. La victime c’est moi.»
Ce serait plus franc(k). Je parlais hier du cynisme. Le cynisme est plus honnête que la contrition sur commande. Mais personne ne veut entendre ce cynisme, qui pourtant poserait des balises claires dans la communication.
Aujourd’hui les français croiront peut-être Ribery. Aujourd’hui Zahia fait partie des VIP comme Ruby en Italie. Et TF1 passe une nouvelle téléréalité: Carré VIP.
Vous croyiez avoir vu le plus bête avec le mondial en 2010, ou avec Secret Story? Non, il y a pire!

Les français sont des veaux, disait le général De Gaulle. Je me demande si les veaux n'ont pas plus de dignité que le pitoyable spectacle que propose parfois la télé.


http://www.lequipe.fr/Football/breves2011/20110321_175401...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.