Avé César ! Le cinéma Français qui va mourir te salue !

Une semaine après la Cérémonie, les réactions aux Césars continuent à pleuvoir dans les médias et sur Internet. En tête, les tenors du 7ème art improvisés promoteurs de l'inversion de la charge, tentant de nous persuader que Polanski est "la victime". Chronique de la mort annoncée du monde cinématographique Français, et de ses derniers cris d'agonie.

Un 13 février, alors que je rentre dans une salle de cinéma en compagnie d’un ami, une alarme de notification se met à sonner depuis mon téléphone.


J’ouvre mon téléphone, et je mets quelques instants à réaliser que je suis bien en train de lire que la direction de l’Académie des Césars vient de livrer sa démission collective.

 

“Pardon ?”

 

En cause, les multiples pressions qu’auraient reçues Alain Terzian et son groupe ; feu démarré par un refus de la présence de Virginie Despentes invité par Jean-Christophe Folly au diner des Révélations, puis alimenté par le courroux de 400 professionnels du cinéma manifesté dans une lettre, pointant tous et toutes du doigt les nombreux dysfonctionnements internes de l’organisation de l’Académie.

 

Cependant, malgré cette explication me semblant crédible, je ne pouvais m'empêcher d’y réfléchir.
Alors que le générique de mon film fût lancé, une théorie saugrenue me vint à l’esprit.

 

“Et si l’Académie venait de réaliser que Polanski gagne selon leurs votes le César de la Réalisation mais qu’ils et elles voulaient se décharger de toutes responsabilité par avance ?”

 

Cette théorie me semblait peu à peu si convaincante que je me mis à en faire un pari avec mon ami.

 

Le reste de l’histoire, tout le monde la connait, et mon pari fût malheureusement gagné.

 

On pourrait revenir sur la Cérémonie en elle-même, beaucoup l’ont déjà fait en large et en longueur.
Une Cérémonie qui se targuait que depuis #MeToo la face du cinéma Français ne serait plus jamais la même, avant d’en donner la preuve inverse en récompensant un violeur notoire.

 

Pour autant ce qui m'intéresse, c’est la semaine qui vient de passer.

Semaine ou le “pro-Polanskisme” s’est senti soudain décomplexé et vint gonfler le torse dans les médias de France et de Navarre.

 

Que ce soit les éditocrates comme Jean-Luc Wachthausen dans son article du Point , volant au secours de “l’homme à abattre”.

, Lambert Wilson faisant l’éloge du mythe de Polanski et réduisant ses critiques à des gens “miniscules” , Fréderic Beigbeder l’ancien membre de l’association des amis de Matzneff vint lui aussi à la charge contre Foresti et Haenel.
Foresti qui par ailleurs servit de punching ball bien pratique sur l’émission Touche Pas A Mon Poste du fameux cuisinier de nouilles Cyril Hanouna, dans une émission jeu de massacre que Samuel Gontier pour Télérama racontera mieux que moi.

À savoir aussi qu’à l’instar de ce qui arriva pour Stéphane Guillon, si on a le malheur de bosser pour le groupe Canal et être dans le viseur de Cyril Hanouna, ce dernier viendra jeter en pature au public votre salaire.
Florence Foresti en fit les frais.
Beau message que celui de suggérer implicitement que des femmes sont trop payées en 2020.

 

Raphael Enthoven lui aussi y est allé de son petit mot, pour suggérer implicitement que Florence Foresti serait (peut être ? probablement ? certainement ?) anti-sémite, lui aussi criant sur son Twitter au lynchage public.

 

Pour autant je garde le meilleur pour la fin.
Olivier Carbone, ex directeur de casting renommé avec 25 ans de carrière (La Môme, Les Rivières Pourpres 2, Inglorious Basterds), qui publia ceci sur son mur Facebook:

Merci mon Lambert de remettre les pendules à

I'heure!

VU MES SOURCES HAËNEL TU VAS AVOIR

UNE BONNE SURPRISE TRÈS

PROCHAINEMENT AVEC UNE BONNE OMERTA

CARRIERE MORTE BIEN MÉRITÉE QUI TE PEND

AU NEZ!...VOUS ETES TOUS DES GROS

MINABLES DE VOUS COMPORTER COMME

DES HYENES SUR POLANSKI !VOUS N'AVIEZ

CAS PAS ALLER À LA CÉRÉMONIE UN POINT

C'EST TOUT!ET CETTE CONNE DE FORESTI

HONTEUX.

LYNCHAGE INACCEPTABLE!

HAENEL TU ES MINUSCULE PAR RAPPORT AU

TALENT DE ROMAN!

TU ES QUI POUR AVOIR UN MELON ET TE LA

RACONTER COMME ÇA FACE À UN MONSTRE

VIVANT! TU FOUS LA GERBE!

 

On a la un maillon majeur de l’industrie menaçant ouvertement Adele Haenel pour avoir pris ses cliques et ses claques durant une cérémonie, et le reste de l’intelligentsia Française préfère être outrée qu’un sketch ait osé appeler Polanski “Atchoum”.

Il serait facile de se dire qu’Olivier Carbone avec des propos pareils, vient plutôt d’entrainer sa propre chute que celle d'Adèle Haenel.

Mais cela serait vite oublier que dans cette cacophonie médiatique désespérante, il y’a aussi beaucoup de silence.
Et qu’il est fort à parier que nombreux doivent être ceux et celles qui dans les coulisses sont entièrement d’accord avec de tels propos, mais auront “l’intelligence” de rester discrets et discrètes.

 

Qu’importe, Adele Haenel continuera à avoir une carrière.
Et si ce n’est pas ici, elle la fera en terre américaine , suivant les pas de tous ces talents comme Isaach de Bankolé ou Saïd Taghmaoui forcés à l'exil après leurs révélations cinématographiques.

Ça ne sera pas Adèle Haenel qui perdra le cinéma Français, mais bien le cinéma Français qui perdra Adèle Haenel.

 

En attendant ce qu’il a perdu, ce n’est même pas de la dignité, ou du sens de l’histoire.

C’est un contact avec la réalité.

Car au fond ce n’est pas juste un problème de “boomers” mâles blancs cis het, comme l’a prouvé Gerard Lanvin .
C’est un problème de microcosme, d’une classe homogène se reproduisant entre elle ou par de la cooptation.
Certains avaient comparés ce microcosme au diner de Festen, et ses invités ignorant ouvertement les déclarations de pédophilie proférées.
Mais les faits sont encore pires : ce n’est pas que l'élite culturelle Française ne veut ou ne peut pas y croire.

Elle y croit, mais elle s’en fout.

Elle continuera de se rassurer avec le poncif “Il faut séparer l’homme de l’artiste” quand bien même Polanski est le premier qui cherche à brouiller les pistes, en se comparant au capitaine Dreyfus.

Le tout pour se cacher cette vérité que l’on sait désormais tous et toutes: cette intelligentsia n’a aucun intérêt ni empathie pour ce qui est extérieure à elle.

 

Elle-même ne doit pas comprendre le feu qu’elle est en train d’essuyer.
Parce que notre monde, c’est aussi des victimes de viol, de pédophilie.
C’est aussi des parents terrifiés de vivre dans un pays ou des prédateurs sexuels peuvent être acclamés.

C’est aussi des gens qui ont un minimum de sens et de morale pour réaliser que quelque chose est pourri au Royaume des Césars.

Ainsi il est bon de se rappeler que malgré les ravages qu’auront causés cette maudite Cérémonie, c’est notre monde qui alimente le leur, et non l’inverse.

Lambert Wilson vient de le réaliser et d’autres le réaliseront à leur tour.

Virginie Despentes écrivait en réaction le superbe papier chez Libération, “Désormais on se leve et on se barre

Et c’est peut être ce que les spectateurs devraient faire des salles obscures.
Pour que le Cinéma Français puisse enfin mourir et renaitre.







 



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.