La fin du LBD et de la Vème République

Ce qui ne fut qu'une Chaîne Humaine à Genève (Suisse) donna le ton d'un appel international plus large ce Samedi 31 Août. Celui de dénoncer et faire interdire autant l'utilisation dans un pays en paix d'armes de guerre dont le LBD, et donc de pousser vers la sortie un pouvoir illégitime du fait de sa violence contre son propre Peuple, celui de France.

Samedi 31 Août 2019 fera date.

Durant la Conférence spéciale organisée à Genève bouclant la journée de Chaîne Humaine pour dénoncer à l’O.N.U. l’utilisation du L.B.D. comme arme de guerre en France et les violences de l’État Français, Fabrice Bonnard, juriste et avocat ayant été à la Direction Générale des Douanes et des droits indirects, aura lancé deux bombes, liées l’une à l’autre.

Tout en restant bien cachés comme des lâches derrière leur écran d’ordinateur ou bien leur téléphone, les Trolls et endoctrinés de la secte LAREM enverront toute leur diarrhée scripturale violente et agressive du simple fait de l’évocation du nom de Fabrice Bonnard, tombant dans le piège d’argumenter qu’il aurait été radié du barreau, alors que cette étape fut voulue pour pouvoir mieux agir dans l’ombre – sachant que surtout, il a volontairement tombé la robe d’avocat, comme il le dit lui-même.

 

Pour preuve, il aura pu efficacement faire annuler la fermeture de la chambre d’appel de Chambéry, au nom du droit international publique et des antécédents de la France envers la Savoie, lors de la réforme de Rachida Dati qui cherchait à faire fermer un nombre important de Tribunaux dans toute la France à partir de 2007. Une exception dont l’élite Française ne s’est pas targuée de publicité, par honte. Et pourtant, ce « petit » événement n’est pas sans conséquence, lui non plus, pour ce qui se passe en 2019.

Quoiqu’il en soit, samedi, à Genève, très remonté contre les violences de l’État Français envers son peuple qu’il piétine dans ses droits et sa chair, au sens propre comme figuré, il aura lancé les arguments de base rendant illégitime et illégale sur le plan du droit international l’utilisation du L.B.D. face à des populations usant de leur droit de manifester sans arme, alors que le L.B.D. est une arme de guerre,

et il a surtout annoncé son retour en tant qu’avocat pour défendre le peuple Français trahi et abandonné, tout en jetant les bases et en faisant les rappels qui s’imposent en droit international, en violations actuelles de l’État Français notamment au travers des agressions envers les Gilets Jaunes, et en matière de référence au préambule de la déclaration des droits de l’homme de 1789 qui sont sans cesse piétinés par le pouvoir en place actuel à Paris.

La France est la flamme du monde en matière de chemin montré au fil des siècles, elle est le repère de toute une planète en matière de souveraineté, de peuple, et de droits fondamentaux. Or, actuellement, elle est traînée dans la boue par une bande de quasi-tyrans, tirée vers le bas par un psychopathe de quarante ans qui n’a aucun ami, qui sonne creux, le vide, le néant, marié de façade façon bien bourgeoise pour cacher son homosexualité, mariage assumé avec une détourneuse d’adolescent, sinon plus.

Fabrice Bonnard n’est pas connu du grand public, hors mis dans la région de la Savoie. Mais il est connu de ses pairs dans le monde de la justice. Son nom, lorsqu’il est prononcé, résonne dans les têtes et siffle les oreilles, faisant réagir comme les villageois à l’annonce du retour du loup blanc. Soyons en certains : son retour qu’il annonce ne fera pas plaisir à un grand nombre de professionnels de la justice Française.

Ainsi, c’est le début, qui s’annonce, d’une série de procédures qui vont déclencher un réel cataclysme depuis la France, jusqu’aux instances Européennes. La partie ne fait que commencer et elle est bien engagée. Car, par application des treize articles de « L’art de la Guerre » de Sun Tzu, rien de mieux qu’une armée réduite, efficace, et qui use et ruse de la surprise, avec des « armes » affûtées que l’ennemi n’a pas., une stratégie pensée de longue date et des moyens incontrôlables par l’opposant.

Passant pour un (crapaud) fou, avec beaucoup d’imperfections, le scénario qui a commencé ce samedi 31 Août avait déjà été expliqué dans mon billet « Comment Macron sera destitué par la Savoie ». Avec dès le titre, cette entorse : petite-crotte ne sera pas destitué, mais il devra démissionner sinon il sera arrêté.

L’arrogance et la vanité des membres de la secte de LAREM et ses fans rattachés pousseront tous ces sociopathes sans argument, sinon la violence et la haine verbale ou écrite, à ricaner d’un ton méprisant et hautain bien à eux et un peu trop sûrs d’eux-mêmes : « non mais, n’importe quoi, on ne peut pas faire cela à la France, membre du conseil de sécurité de l’ONU, mère patrie des droits de l’Homme ! Foutaise de complotistes ! ». Preuve qu’ils n’auront rien compris à rien et sont de véritables cancres, des « billes » dans le domaine juridique, tout en se faisant croire le contraire.

Bah si ! Et justement, on peut faire ça à la France ! D’autant que petite-crotte n’est pas l’homme le plus puissant de la Planète contrairement aux allégations achetées du journal Forbes, lui qui entretient son culte de la personnalité en faisant afficher sa photo de jeune étudiant à Nanterre dans le modèle-type de la carte étudiant à Paris 10, ou bien fait programmer des cours « Macron » à science po, pour les étudiants étrangers – allons y par étape, les lycées et collèges viendront plus tard.

La France comme idée, comme concept, comme Histoire est violée et violentée par cet imposteur, cette marionnette à la merci des ultra-riches. Les Suisses qui, comme bien d’autres pays, reconnaissent à notre Nation sa grandeur et son image si spéciale, sont les premiers à dire haut et fort le 31 Août que la France de petite-crotte, ce n’est plus, pas la France éternelle que le monde entier a toujours connu jusque là.

Dés lors, il est plus que nécessaire de mettre un terme à cette usurpation de pouvoir, pour redorer l’image de la France, la replacer dans son rôle particulier international qui a été déchiré par une doctrine de destruction des droits du peuple et des citoyens depuis 2007, depuis Sarkozy.

 

Alors, le pourquoi du lien entre le LBD et à la fin de la Vème République coule de source.

L’utilisation des armes de guerre (le LBD, les grenades de désencerclement lancées en cloche et non pas glissées au sol, les pavés lacrymogènes à base cyanure et composants volontairement cancérigènes à long terme) face à des populations non-armées, démontre à quel point l’État de droit n’existe plus en France, qu’au nom de la sécurité, on peut mutiler, voire tuer son peuple, et que donc, celui-ci n’a plus son mot à dire, n’a plus de souveraineté sur son propre destin.

Sans parler des gardes à vue illégales, des contraventions illégitimes, des contrôles préventifs illégaux (jurisprudence de la chambre correctionnelle de Paris du 13 août 2019), des incarcérations expéditives sans défense, des harcèlements sans limite des préfets zélés (Mathurin à Besançon contre la famille Vuillaume, Lallement à Paris contre Jérôme Rodriguez, Eric Drouet et Maxime Nicolle, ou sur internet poussant Jérôme Rodriguez en maison de repos).

Le L.B.D. est le bras armé au sens propre du terme de la doctrine mise en place par Nicolas Sarkozy et entérinée par ses successeurs. Cette arme faite sur commande, hors catalogue du fabricant Suisse Brügger & Thomet, spécialement pour le ministère de l’Intérieur Français, est l’incarnation matérielle et physique de cette volonté farouche, décomplexée et assumée de devoir tirer sur le peuple et le tuer, tel que les appels au meurtre des abrutis de Luc Ferry et Bernard Henri-Lévy – deux faux philosophes - , ainsi que la fausse journaliste de LCI, Hélène Pilichowski. Tous trois des nantis qui se cachent dans leurs appartements de luxe et leurs comptes en banques remplis pas abus du peuple et non pas du fait de leurs seuls compétences et travail.

Cerise sur le gâteau : les Forces de l'Ordre Suisses  ont abandonné le L.B.D. car inadapté aux manifestations pacifistes (entendez par là, disproportionné et faisant trop de dégâts) et préconisant, tout comme le fabricant l'explique clairement dans une vidéo censurée par le pouvoir Français (voir en bas de texte comme visionner ce documentaire), de ne pas viser la tête, alors que la Police Française vise systématiquement l'oeil droit (le plus important dans la vie du quotidien) après avoir expérimenté la chose sous le gouvernement Valls qui aura formé les FDO du Bahreïn avec comme performance plus de 100 éborgnés parmi les manifestants Bahreïnis !!!

Cette équipe gouvernementale incompétente et d’une lâcheté sans limite, froussarde face à un peuple qu’elle ne connaît pas, parce qu’elle est issue d’une caste minoritaire dans le pays enfermée dans une couveuse sociale décrite par Juan Branco dans « Crépuscule », a eu tellement peur de cet inconnu surgi de nulle part qu’est le Gilet Jaune incontrôlable, qu’elle en a décidé de tout faire pour le réprimer, décrédibiliser, humilier, rabaisser, détruire, incarcérer, mutiler, usant et abusant du mensonge, des rumeurs, de la censure, de la violence ordonnée sinon accordée aux plus féroces et violents sinon nazis des Forces de l’ordre, et de la collaboration répressive judiciaire, soutenue par les procureurs, préfets et juges zélés et agressifs, appartenant eux aussi à cette caste pseudo-bourgeoise, de l’entre-soi « élitiste » bien confirmé.

Et ce parce que la médiocrité de l’actuelle génération, qui se dit abusivement l’élite de la Nation alors qu’elle détient ce statut par simple héritage d’appropriation du pouvoir, est telle qu’elle n’a aucune intelligence ni argument défendable, et donc n’a que pour solution la violence et la destruction de tout ce qui n’est pas comme elle, par ce qu’elle en a peur.

 

Cette doctrine du mépris de la volonté et de l’existence même des citoyens et de tout un peuple – celle de manifester librement sans être violenté systématiquement par la Police – est exactement la même que celle suivie par la classe politique parlementaire en 2007-2008 en pissant sur le referendum de 2005, faisant échos aux mots de Seyies en 1848, qui au nom de l’artifice de l’élection de représentant, justifierait qu’on passe outre une volonté claire et franche exprimée de tout un peuple dans la pure tradition ancestrale et millénaire de la souveraineté Capétienne, due à Hugues Capet, roi pauvre et premier réel Démocrate de tous les temps.

Et « tout un peuple » est ici factuel : il ne s’agit plus seulement des Gilets Jaunes, mais des Pompiers (sanctionnés pour porter un brassard de gréviste), des commissaires de Police (passés en conseil de discipline pour refuser d’exécuter des ordres de répression contre les manifestants), des environnementalistes (gazés à bout portant au lacrymogène), des décrocheurs (des tableaux du président pour dénoncer l’hypocrisie en matière de décision écologique, poursuivis en justice en  faisant appel pour obtenir une sanction plus lourde), des urgentistes (qu’on va chercher à six heure du matin par réquisition même en étant en arrêt maladie), des jeunes agriculteurs (trahis par l’accord du CETA), des policiers eux-mêmes (dont les suicides proportionnellement plus importants qu’à France Télécom, importent peu au premier assassin de France, leur ministre de tutelle), des jeunes fêtant la musique le 21 juin (où la Police intervient alors que depuis 20 ans au même endroit, une telle intrusion n’a jamais eu lieu).

Oui véritablement « tout un peuple ». Celui qu’ils ne connaissent pas, puisqu’ils en ont jamais fait partie. Eux, les étrangers qui méritent tout le racisme d’une Nation envers ces petites vermines bourgeoises de l’entre-soi méprisant.

De puis l’abdication de Napoléon, et même depuis 1789, cette minorité répugnante s’est accaparé la parole politique au fil du temps, puis le pouvoir législatif, judiciaire, et exécutif, glissant progressivement de génération en génération de l’action au nom du peuple pour défendre l’intérêt général à celle oppressive pour ses propres intérêts privés tout en se gavant directement ou indirectement sur le dos de la grande majorité silencieuse et travailleuse, seule source réelle et indiscutable de revenus et de création de richesses, dont elle se sert sans ne jamais la servir : le peuple.

Voilà pourquoi L.B.D. et Vème République sont pieds et mains liés.

Le summum dans l’application de cette doctrine nauséabonde est atteint avec l’équipe en place au Gouvernement et dans l’Assemblée Nationale depuis 2017, dont la sociologie de leurs membres est criante de vérité : des millionnaires au gouvernement, des cadres et CSP+ au parlement où n’apparaît aucun ouvrier, et trop peu d’agriculteurs ou employés de base.

Et où tout le monde est en marche arrière toute, parce que composée principalement de « bobos », de nouveaux (faux) riches, de parvenus, de bourgeois ratés, de « capos » (qui singent les ultra-riches qu’ils servent, qu’ils envient, alors que ceux-là même leur pissent dessus), de millionnaires corrompus.

Le tout incarné et symbolisé par une bande de jeunes petites connes et petits cons arrivistes, médiocres, incompétents, filles et fils à « papa-maman » (Attal, Ndiaye, Grivaux, Bergé, Emelien, Séjourné, Fort, etc) sortis pour la plupart des écoles privées ou de boites à bac, se pensant au dessus de tout le monde parce qu’ils ont fait Science Po, Assas, ou au mieux l’ENS, s’autorisant le plus grand des mépris de vomir en coulisse le peuple, et faire croire devant les caméras tout le contraire en mentant à longueur de temps, dans la plus pure tradition Schopenhaurienne de « L’art d’avoir toujours raison ».

La pseudo-élite dans sa merditude la plus totale pour « servir » la France et en fait se servir elle en premier, à l’instar de leur petite-crotte refoulée à l’ENS, ratant à plusieurs reprises le concours à l’ENA.

 

Moralité ?

Comme déjà expliqué, nous n’avons plus de Constitution depuis la validation du Traité de Lisbonne en 2008. Tout ce qui est décidé et voté depuis est caduque et annulé si le constat est fait lors d’une procédure juridique internationale officielle. Or le pouvoir en place le sait et en a rien à foutre. C’est pour cette raison que depuis l’élection de Sarkozy, les choses n’ont fait que empirer en la matière.

A force de tirer sur la corde, elle finit par péter. Ce vieux régime est arrivé à bout. Le coup de grâce a été donné samedi 31 Août à Genève, annonçant le début de la fin. Et la caducité de la Vème République est désormais … en marche !

Samedi 31 Août, le Titanic « France » a percuté son iceberg. Ce n’est plus qu’une question de temps avant que tout le monde sombre au fin fonds des Océans du droit publique international et que le Peuple France , resté sur la terre ferme, en prison ou en garde à vue, reprenne le contrôle de son destin, redevienne enfin souverain.

Pendant ce temps, tout comme pour avoir décapité un roi bien avant nous, les Britanniques nous donnent une leçon en faisant respecter leur referendum contrairement à ce qui s’est passé chez nous il y a onze ans, ouvrant ainsi – merci à eux – une brèche salutaire sur le plan du droit international, prouvant, une pierre deux coups, que l’Union Européenne, ce n’est pas l’Europe, et qu’on peut continuer à vivre sans Bruxelles, tout en étant Européen !

Troll fanatiques de LAREM, allez y, défoulez vous sur moi : ça ne changera rien, votre fin est annoncée.

 

Vidéos essentielles censurées par le gouvernement Français, dans leur accessibilité alors qu’elles pouvaient être vues de France jusqu’à fin août 2019 (pour contourner cet obstacle, installez au préalable « Frozenway », un brouilleur d’adresse IP gratuit, et les vidéos apparaîtront) :

https://youtu.be/RM7vUr1NLUU

https://youtu.be/GmED2MoiXII

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.