La France version 3.0

Eux qui sont la Corruption vendent notre pays pour qu'il n'en reste plus que des miettes. Réagirons nous à temps ou bien sera-t-il trop tard ? Que pouvons-nous bien proposer de nouveau alors que nous sommes en retard sur l'évolution du monde ? Et si nous devenions admirables ?

Génocide lycéen avec un programme surchargé pour les élèves de première et celui en mathématique d’un niveau volontairement inaccessible aux enfants du service public, fin des recrutements dans les services d’État sous le statut de fonctionnaire, promulgation de la rupture conventionnelle du contrat de travail étendu à la fonction publique, augmentation de la prime de logement aux députés, invention d’un moyen technocratique de changer l’âge de la retraite en fonction de l’espérance de vie, suppression des concours d’entrée à Science Po et l’ENA, procédure pénale pour corruption réduite au premier jour de l’infraction, vente discrète des barrages électriques et du premier hôpital, commande abusive de nouveaux LBD40 en pure infraction des traités internationaux, etc.

Il ne passe pas un jour où ceux en place ne produisent une ignominie de plus. Ils pensent à tout. Tout est calculé, préparé, minutieusement réfléchi. Et ils le font dans le plus grand silence possible. Jusqu’à ce que cela atterrisse sur l’agora. Et les exemples ne manquent donc pas.

Chaque jour, un peu plus de citoyens se réveillent tour à tour groggy comme après une cuite à la tequila ou au whisky, révoltés face à autant d’injure, de violence, d’agression dans la destruction petit à petit des conditions et règles qui régissent leurs vies. Mais réagissant individuellement, pour défendre leur petite chapelle sans trop se pencher sur celles des voisins.

Les ordures En Marche en place ont une longueur d’avance sur l’information, et ils en abusent. Eux qui sont la corruption jouent des divisions et communautarismes entre les citoyens, n’imaginant pas un seul instant l’Union Nationale possible comme avec la Résistance de la seconde guerre mondiale. Or celle-ci renaît discrètement de ses cendres, tel le Phénix.

Récemment un collectif a signé une tribune assez … surprenante (https://blogs.mediapart.fr/robert-joumard/blog/170120/pourquoi-macron-ne-cede-pas). En effet, elle reprend mes arguments déjà avancés fin août 2019 (https://blogs.mediapart.fr/huguesdebotte/blog/010919/la-fin-du-lbd-et-de-la-veme-republique) , cinq mois plus tard.

Pourquoi tout ce temps pour enfin réaliser et admettre que nous avons à faire à des sociopathes corrompus, pirates, menteurs, manipulateurs et voleurs, en d’autres termes des ordures ?

Toujours est-il que si le constat est de plus en plus flagrant, il va être bientôt trop tard, ils auront totalement dépecé, bradé, vendu entièrement notre pays à tout va. Car c’est ça leur projet : se servir, en vendant tout, puis se faire la malle. On peut certes refaire ce qui a été défait. Mais là c’est plus reconstruire ce qui a été anéanti. Ce qui demandera un temps considérable. Et du temps, nous n’en avons pas.

En effet, alors que les quatre autres membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU ont amorcé leur mutation passant de leur version 1.0 à celle 2.0, la France est à la traîne. Et comme elle arrivera donc la dernière, elle sera ringardisée et dépassée. Donc potentiellement définitivement éliminée.

Pendant ce temps, en France, chacun y va de sa petite musique, sa solution miracle, toujours englué dans une logique version 1.0, du « c’est moi qui ai raison, je suis le meilleur, parce que je suis Français ». Et un coup la révolte par la rue. Et un coup le renversement impossible par les urnes devenues inutiles. Et un RIC par-ci. Et une destitution par-là. Et un coup par des procédures juridiques par application d’une constitution putative.

Et en même temps – si j’ose dire - , à se demander du coup quel est le problème, comment faire, pourquoi et comment on en est arrivé là, à quand Le Pen, à quand la dictature, va-t-on vivre une guerre civile, devons nous changer d’approche économique, etc.

Mais où va-t-on là, oh !? Encore à se poser des questions ? A se demander quel est le problème ? Aurait-on tant de merde que cela dans les yeux ? Or mis le fan club de la secte LAREM, ce clone putride du MODEM, plus personne ne peut croire à l’intégrité de cette bande de pilleurs et malfrats. Nous n’avons plus d’excuse.

Et pourtant, nous continuons à ne pas regarder la réalité en face de ce que nous sommes et dans quel état nous sommes. Secret de polichinelle.

Que dire...

Nous sommes malheureux, vue le record du monde de consommation d’antidépresseur. Nous nous pensons encore et avec arrogance toujours aussi prétendument universels. Nous sommes incapables de faire notre auto-critique, étant par contre capables de ne pas tolérer ceux que nous stigmatisons comme intolérants. Et de ce fait nous sommes dans le déni face au fait que nous avons tous merdé et que, sauf à être prétentieux donneur de leçon à la planète entière sans s’être remis en cause, personne n’a la solution face à ce qui nous arrive, et ce parce que nous sommes ignorants de beaucoup trop de choses.

Or il y a urgence vue la destruction du pays par les dirigeants corrompus actuels. Passer à la synthèse et non plus l’analyse devient un impératif absolu.

Du coup nous devons nous demander qu’elle est la seule chose qui nous rassemble encore, sinon de changer de système, les règles du jeu, et donc reprendre le contrôle de notre destin collectif, notre Souveraineté, en rien un gros mot, en rien la chasse gardé de l’extrême-droite.

Comment faire ? Par le système actuel ? Par l’action civile de révolte ? Par le Juridique ? Sans doute les trois, mon capitaine !

Quelque soit le scénario, nous devons répondre à cette question, qui pose l’enjeu principal : voulons-nous changer complètement de système ? Autrement dit faire notre réelle Révolution ?

Si nous acceptons de faire cela tous ensemble, sans exclure le moindre citoyen, cela veut dire que, vue l’état du Monde, pour toutes ces raisons, nous n’avons pas le choix : nous devons directement passer à France 3.0.

Et pour cela nous devons redevenir admirables, être exemplaires, savoir faire notre auto-critique, apporter des solutions au monde, inclure dans cette Révolution la Souveraineté Individuelle aux cotés des trois autres Souverainetés, celles du peuple, du juridique (héritage du Roi) et de la Nation face à l’international.

La souveraineté individuelle est la nouveauté, comparée aux trois autres. Une nouveauté pouvant perturber les autres étant en version 2.0. En quoi consiste-t-elle cette version 3.0 ?

Contrairement à la situation actuelle diamétralement opposée, l’État sera là pour protéger les citoyens, les individus, notamment les plus faibles au lieu d’être au service des plus forts.

La justification universelle est celle du droit, qui est là pour défendre les plus faibles. Vu que les plus forts peuvent s’en passer pour écraser tout le monde.

Ainsi...

Nous réinstaurerions, par exemple, en remplacement de l’aide juridictionnelle stérile et vecteur d’inégalités sociales, le retour de l’avocat des pauvres, le meilleur de tous les avocats, le plus cher en honoraires, pris en charge par l’État, et garantie que les plus riches perdront si ils s’en prennent aux plus faibles. Qui conque oserait attaquer un pauvre serait accusé de vouloir saigner l’État. Un réel bouclier.

Nous réimplanterions tous les services publiques dans les campagnes et les périphéries, pour servir les citoyens, parce que concevoir l’État comme une entité financièrement rentable est une insulte par élément de langage : les citoyens paient des impôts pour obtenir des services en contrepartie, pas pour ne rien avoir en échange.

Nous pousserions à l’extrême la poursuite et la condamnation de toutes les corruptions qui font entrave à toute vie paisible et heureuse des citoyens, en commençant par purger la période récente passée et en cours.

Nous pourrions faire comme en pays de Savoie, à savoir pouvoir procéder à une interpellation humaine des citoyens face aux forces de l’ordre, mettant à la trappe l’obstruction au détenteur de la force publique, qui est au service de la violence d’État profitant in fine aux plus riches qui contrôlent indirectement le pouvoir. Nous pourrions alors venir en soutien et en aide au citoyen abusivement agressé par la Police.

Nous mettrions un terme à 250 ans de colonialisme en rendant réellement leur dignité à tous les peuples colonisés par nos ancêtres afin d’en faire de réels partenaires fraternels, et ce autant en Afrique qu’au sein de l’Hexagone-même avec la Savoie, un peuple qui a beaucoup à nous apprendre en matière d’honneur, de respect, et de courage.

Oui la Savoie. Toujours et encore, n’en déplaise à celles et ceux qui font passer abusivement ses défenseurs pour des fachos sans ne même connaître de qui ils ntparle. Toujours et encore Elle, régie par le Droit International Publique, au travers d’un vieux traité international, celui de Turin en 1860.

Un traité que certains n’ont pas oublié malgré le temps passé (ceux-ci même comme qualifiés de fachos séparatistes) et qu’ils utilisent avec succès. Un traité que d’autres connaissent mais trahissent, que d’autres ignorent. Un traité qui ne parle que d’une seule chose : le droit des citoyens vivant dans cette région particulière de la France, et ce qu’ils en soient natifs ou non. Un traité qui, si il était reconnu et mis au grand jour, afficherait une belle expérimentation de libération pour tout l’Hexagone. Mais non : un traité qu’on déchire, qu’on brûle, sur lequel on s’assoie, en toute corruption, et ce depuis 180 ans.

Or ce qui se passe avec cette région des Pays de Savoie, c’est l’embryon de « France 3.0 ».

Car, telles les communes ou quartiers de moins de 4000 habitants sont la réponse à la Démocratie directe manquante, nos régions sont notre solution face au monde, notre rempart, et notre cheval de Troie face au projet de l’Europe des Régions, promue par l’Union Européenne – née d’un coup d’État, en 2008 – dans le seul but de fragmenter en 281 morceaux les peuples d’Europe (imposé par le traité de Maastricht), par respect de l’adage bien connu de « diviser pour mieux régner ».

Et, nous pourrions ainsi être poussés à constituer l’Organisation des Peuples Unis, face à l’actuelle ONU, parce qu’il n’y a pas de Nation sans Peuple.

Tout n’est pas perdu.

Mais c’est ici et maintenant.

Ensuite, il sera trop tard.

Virons les ordures, reprenons notre Souveraineté, faisons notre réelle Révolution.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.