Qu’électrices et électeurs soient loyalement établis dans leur dignité citoyenne !

Aux électrices et électeurs, à juste titre, dépités par les promesses électorales non tenues, le programme « L’Avenir en commun » n’a de chance de devenir crédible, particulièrement sur la question de la convocation d’une Constituante, que si le candidat qui le porte, Jean-Luc Mélenchon, s’engage à convoquer un référendum dont la formulation devra être connue préalablement au scrutin présidentiel.

Alors qu’à Lille se réunira ce week-end la Convention nationale de la France insoumise autour du programme « L’avenir en commun », le point programmatique concernant la convocation d’une Constituante reste incomplet. La question qui sera posée aux électrices et électeurs par le référendum prévu selon l’article 11 de la Constitution, afin d’instituer cette convocation, n’est pas précisée et encore moins détaillée et cela risque de faire douter citoyennes et citoyens que l’élection présidentielle puisse être le moyen efficace d’en finir vraiment avec la monarchie présidentielle et les dénis de démocratie de la Ve République.

 

Dans sa version actuelle, le programme détermine certains points importants :

« – Aucun parlementaire des anciennes assemblées de la Ve République ne pourra siéger dans cette assemblée constituante. Les délégué-e-s à l’Assemblée constituante ne pourront être candidat-e-s aux élections suivant l’entrée en vigueur de la nouvelle Constitution

– Le projet de Constitution proposé par l’Assemblée constituante sera soumis à un référendum d’approbation »

 

Par contre le programme ne se prononce pas sur plusieurs autres points essentiels : – Quelle sera la composition de l’Assemblée constituante (représentation territoriale ; parité ; âge) ?

– Comment seront désignés ses membres (élection – et dans ce cas quel mode de scrutin, proportionnel ou uninominal, après quelle campagne électorale - ; ou tirage au sort) ?

– Quelles seront les modalités des délibérations ?

– Comment les citoyen-ne-s seront associé-e-s aux travaux ?

 

Dans une situation où électrices et électeurs ont largement perdu confiance dans les promesses électorales et où, d’autres courants de pensée que la France insoumise sont favorables à la convocation d’une Constituante, mais doutent que l’élection présidentielle puisse être le moment et le moyen pour faire aboutir cette exigence, il apparaît nécessaire de convaincre que le processus devant mener à sa mise sur pied sera à coup sûr enclenché en cas de victoire électorale du programme « L’avenir en commun » et cela selon un échéancier et des modalités connus au moment de l’élection.

En conclusion, afin que le programme devienne crédible aux têtes et aux cœurs des électrices et des électeurs, il faut que Jean-Luc Mélenchon, porteur du programme « L’avenir en commun », s’engage, s’il est élu, à mettre en application les points concernant la convocation de la Constituante comme s’agissant d’un mandat impératif. Pour cela, la formulation exacte de la question qui sera posée par référendum pour instituer le processus de convocation de la Constituante doit être, d’ores et déjà, rédigée et soumise à l’appréciation d’électrices et d’électeurs auxquels sera ainsi reconnue leur dignité de citoyennes et de citoyens.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.