Ilian Amar
https://ilian-amar.org/
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2015

L'Éducation Nationale vend nos enfants à Microsoft pour 13 millions

Lequel des deux affiche le plus grand sourire? Sur la photo, la Ministre de l'EN et le PDG de Microsoft France sont rayonnants. C'est pourtant une nouvelle calamité qu'ils annoncent aux élèves, aux enseignants et aux parents...

Ilian Amar
https://ilian-amar.org/
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'école en l'an 2000 © d'après Jean-Marc Côté (vers 1900)

13 millions! C'est ce que va débourser Microsoft pour le plan numérique du gouvernement! En échange de cette somme insignifiante pour la multinationale, l'Éducation Nationale va lui ouvrir toutes grandes les portes des établissements scolaires. Au menu: mise en place du "cloud" Microsoft, formations "gratuites" pour les enseignants, "charte de confiance" (sic!), mise à disposition de la suite bureautique de Microsoft etc.

En clair, pour une poignée de lentilles, ce gouvernement veut livrer enfants et enseignants pieds et poings liés à une entreprise qui pratique l'évasion fiscale à grande échelle et continue à pratiquer la vente liée dans un pays où cette pratique est illégale.

Ajoutons que Microsoft pratique l'espionnage systématique de la population, que ses intérêts sont et ont toujours été d'enfermer les utilisateurs dans un éco-système totalement verrouillé au rebours des valeurs d'éducation et d'ouverture que prône l'EN et l'on comprendra la réaction outragée de centaines de professionnels et de dizaines d'associations et de syndicats à l'annonce de cet accord.

L'école en l'an 2000 © d'après Jean-Marc Côté (vers 1900)

Cette décision révoltante démontre de façon éclatante l'ignorance totale dont font preuve nos politiques en matière d'éducation et d'informatique (et la collusion de leurs conseillers avec les puissances commerciales). Nous sommes des milliers de professionnels à nous battre au quotidien contre l'emprise des multinationales du numérique dans l'éducation, d'abord et avant tout parce que cette emprise est contraire à nos missions et aux principes que nous sommes chargés de défendre, la liberté, l'égalité, la fraternité et la laïcité.

Obliger enseignants et élèves à utiliser un système aussi verrouillé que Windows, à utiliser une suite bureautique et des formats non interopérables, et par conséquent omettre de leur faire découvrir les fomats et les logiciels libres et ouverts constitue bien une atteinte à leur liberté.

Utiliser des logiciels commerciaux en classe c'est obliger élèves et enseignants à les utiliser à la maison, et ce faisant leur imposer d'acheter des logiciels coûteux, quand des alternatives libres (et gratuites) existent, c'est une atteinte à l'égalité.

Conforter les élèves utilisateurs d'ordinateurs dans leur rôle de consommateurs de logiciels commerciaux, au lieu de leur faire découvrir les vertus des communautés d'utilisateurs de logiciels libres et de la mise en commun de ressources, c'est une atteinte aux principes de fraternité et de solidarité.

Obliger tous les membres de la communauté éducative à utiliser des logiciels et des formats propriétaires dans le monde de l'éducation, c'est une nouvelle offensive des intérêts commerciaux à l'intérieur du service public, et cela constitue donc une atteinte à la laïcité de l'école.

Et le choix fait par le ministère de l'Éducation Nationale n'a même pas l'excuse de l'efficacité: tous les professionnels savent que les produits Microsoft sont de piètre qualité, qu'ils enferment les utilisateurs dans un système qui les rendra dépendants indéfiniment et qui coûte chaque année une fortune à notre pays ...

Si la Ministre souhaite suivre un cours de découverte de la notion de format ouvert et d'interopérabilité, nous serons nombreux à lui ouvrir les portes de nos classes et de nos amphis ...

 SIGNER ET FAIRE SIGNER LE COMMUNIQUÉ (plus de 6000 signataires au 24 janvier 2016)

Bruno Menan - membre de l'APRIL

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran