Poème d'Anna de Noailles

Jeunesse

Magnifique texte d'un extrême raffinement tout en demi-teintes délicates et pastels (même lorsqu'elle évoque le train), très formel au son effacé, sourd et prenant mais musical exprimant la crainte dans ce style un peu oublié. Des dodécasyllabes dont beaucoup d'alexandrins, partant un jeu de rythmes parfois dissonants, juste ce qu'il faut.

Anna de Noailles a écrit de superbes poèmes élégants proches du Parnasse que j'aime toujours beaucoup.

 

Pourtant tu t'en iras un jour de moi, Jeunesse,

Tu t'en iras, tenant l'Amour entre tes bras,

Je souffrirai, je pleurerai, tu t'en iras,

Jusqu'à ce que plus rien de toi ne m'apparaisse !

 

La bouche pleine d'ombre et les yeux pleins de cris,

Je te rappellerai d'une clameur si forte,

Que, pour ne plus m'entendre appeler de la sorte,

La Mort entre ses mains prendra mon cœur meurtri.

 

Pauvre Amour, triste et beau, serait-ce bien possible

Que vous ayant aimé d'un si profond souci

On pût encor marcher sur le chemin durci

Où l'ombre de nos pieds ne sera plus visible ?

 

Revoir sans vous l'éveil douloureux du printemps,

Les dimanches de mars, l'orgue de Barbarie,

La foule heureuse, l'air doré, le jour qui crie,

La musique d'ardeur qu' Yseult dit à Tristan !

 

Sans vous, connaître encor le bruit sourd des voyages,

Le sifflement des trains, leur hâte et leur arrêt,

Comme au temps juvénile, abondant et secret

Où dans vos yeux clignés riaient des paysages.

 

Amour, loin de vos jeux revoir le bord des eaux

Où trempent azurés et blancs des quais de pierre,

Pareils à ceux qu'un jour, dans l'Hellas printanière,

Parcoururent Léandre et la belle Héro.

 

Voir sans vous, sous la lune assise au haut du cèdre,

La volupté des nuits laiteuses d'Orient,

Et souffrir, le passé au cœur se réveillant,

Les étourdissements d'Hermione et de Phèdre;

 

Toujours privé de vous, feuilleter par hasard,

Tandis que l'âcre été répand son chaud malaise,

Ce livre où noblement la Cassandre française

Couche au linceul de gloire et sourit à Ronsard.

 

Et quand l'automne roux effeuille les charmilles

Où s'asseyait le soir l'amante de Rousseau,

Être une vieille, avec sa laine et son fuseau,

Qui s'irrite et qui jette un sort aux jeunes filles...

 

- Ah ! Jeunesse, qu'un jour vous ne soyez plus là,

Vous, vos rêves, vos pleurs, vos rires et vos roses,

Les Plaisirs et l'Amour vous tenant, - quelle chose,

Pour ceux qui n'ont vraiment désiré que cela ! ...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.