Rabelais

On ne présente plus Frère Jean des Entommeures et son combat épique contre les troupes de Picrochole venus piller la vigne du monastère. Alors venons en directement à la description (français plus ou moins moderne), précédée du portrait du Frère dans la langue du temps :

En l’abbaye estoit pour lors un moine claustrier nommé frère Jean des entommeures, jeune, guallant, frisque, de hayt, bien à dextre, hardy, adventureux, deliberé, hault, maigre, bien fendu de gueule, bien advantagé en nez, beau despecheur d'heures, beau desbrideur de messes, beau descroteur de vigiles, pour tout dire sommairement, vray moyne si oncques en feut depuys que le monde moynant moyna de moynerie. Au reste, clerc jusques es dents en matiere de breviaire.

 

Ce disant, il mit bas son grand habit et se saisit du bâton de la croix qui était en cœur de cormier, long comme une lance, rond et bien en main et quelque peu semé de fleurs de lys, toutes presque effacées. Il sortit de la sorte, dans sa belle casaque, mit son froc en écharpe, et, avec son bâton de la croix, il frappa si soudainement les ennemis qui vendangeaient à travers le clos sans ordre, sans enseigne, sans trompette ni tambour - en effet, les porte-drapeaux et leurs enseignes le long des murs, les tambours avaient défoncé leurs caisses d'un côté pour les remplir de raisins, les trompettes étaient chargées de pampres, personne n'était plus à son rang, il leur asséna donc de si rudes coups, sans crier gare, qu'il les renversait comme des porcs, en frappant à tort et à travers, à la manière des anciens escrimeurs.


Aux uns il écrabouillait la cervelle, aux autres il cassait bras et jambes, à d'autres il démettait les vertèbres du cou, à d'autres il disloquait les reins, faisait tomber le nez, pochait les yeux, fendait les mandibules, enfonçait les dents dans la gueule, défonçait les omoplates, meurtrissait les jambes, déboîtait les hanches, mettait les os des bras en pièces.


Si l'un d'eux voulait aller se cacher au plus épais des ceps, il lui froissait toute l'arrête du dos et lui brisait les reins comme à un chien.
Si un autre voulait se sauver en fuyant, il lui faisait voler la tête en morceaux par la suture occipito-pariétale. Si un autre grimpait à un arbre, croyant y être en sûreté, avec son bâton il l'empalait par le fondement.


Si quelque vieille connaissance lui criait : « Ah ! frère Jean, mon ami, frère Jean, je me rends !
- Tu y es bien forcé, disait-il ; mais en même temps tu rendras ton âme à tous les diables. » Et soudain, il l'assommait de coups. [...]
Les uns criaient : « Sainte Barbe ! » Les autres : « Saint Georges ! » Les autres : « Sainte Nitouche ! » Les autres : « Notre-Dame de Cunault ! de Lorette ! de Bonne Nouvelle ! de la Lenou ! de Rivière ! » Les uns se vouaient à saint Jacques ; les autres au saint suaire de Chambéry, mais il brûla trois mois après, si bien qu'on n'en put sauver un seul brin ; d'autres à Cadouin , d'autres à saint Jean d'Angély ; d'autres à saint Eutrope de Saintes, à saint Clouaud de Cinais, aux reliques de Javrezay et mille autres bons petits saints.


Les uns mouraient sans parler, les autres parlaient sans mourir, les uns mouraient en parlant, les autres parlaient en mourant. Les autres criaient à haute voix : « Confession ! confession ! Confiteor ! Miserere ! In manus ! »


Le cri des blessés était si grand que le prieur de l'abbaye sortit avec tous ses moines ; quand ils aperçurent ces pauvres gens renversés de la sorte à travers la vigne et blessés à mort, ils en confessèrent quelques-uns. Mais tandis que les prêtres s'attardaient à confesser, les petits moinillons coururent au lieu où était frère Jean et lui demandèrent quelle aide il voulait qu'ils lui apportent.


Il leur répondit qu'ils pouvaient égorgeter ceux qui étaient tombés à terre. Laissant donc leurs grandes capes sur le pied de vigne le plus proche, ils commencèrent à égorgeter et achever ceux qu'il avait déjà blessés. Savez-vous avec quels outils ? Avec de beaux canifs : ce sont les petits demi-couteaux avec lesquels les petits enfants de notre pays cernent les noix.

smile

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.