Neruda, Canto General - La naissance de la Vérité et l'Insurrection.

En cette période troublée et incertaines, parfois prometteuse et parfois menaçante, et où les Gilets Jaunes se battent pour un changement radical de notre petit monde français et un retour vers la lumière et où l'on combat aussi autrement ailleurs dans le Monde, un extrait du Canto General ou Neruda évoque la Vérité, sa naissance par le peuple, et l'Insurrection.

En cette période troublée et incertaines, parfois prometteuse et parfois menaçante, et où les Gilets Jaunes se battent pour un changement radical politique et social de notre petit monde français et un retour vers la lumière, et où l'on combat aussi autrement ailleurs dans le Monde, un (petit) extrait du Canto General ou Neruda évoque la Vérité, sa naissance par le peuple, et l'Insurrection par laquelle elle s'impose.

 

Un texte dur de l'Espoir pour les Gilets Jaunes, leur ténacité et leur courage.

 

Nuestra tierra, ancha tierra, soledades,
se pobló de rumores, brazos, bocas.
Una callada sílaba iba ardiendo,
congregando la rosa clandestina,
hasta que las praderas trepidaron
cubiertas de metales y galopes.
Fue dura la verdad como un arado.
Rompió la tierra, estableció el deseo,
hundió sus propagandas germinales
y nació en la secreta primavera.
Fue callada su flor, fue rechazada
su reunión de luz, fue combatida
la levadura colectiva, el beso
de las banderas escondidas,
pero surgió rompiendo las paredes,
apartando las cárceles del suelo.
El pueblo oscuro fue su copa,
recibió la substancia rechazada,
la propagó en los límites marítimos,
la machacó en morteros indomables.
Y salió con las páginas golpeadas
y con la primavera en el camino.
Hora de ayer, hora de mediodía,
hora de hoy otra vez, hora esperada
entre el minuto muerto y el que nace
en la erizada edad de la mentira.
Patria, naciste de los leñadores,
de hijos sin bautizar, de carpinteros,
de los que dieron como un ave extraña
una gota de sangre voladora,
y hoy nacerás de nuevo duramente,
desde donde el traidor y el carcelero
te creen para siempre sumergida.
Hoy nacerás del pueblo como entonces.
Hoy saldrás del carbón y del rocío.
Hoy llegarás a sacudir las puertas
con manos maltratadas, con pedazos
de alma sobreviviente, con racimos
de miradas que no extinguió la muerte,
con herramientas hurañas
armadas bajo los harapos.

 

Notre terre, vaste terre, solitudes,

Se peupla de rumeurs, de bras, de bouches.

Une syllabe tue s'évada, enflammée

Réunissant la rose cachée,

Jusqu'à ce que ce que les prairies s'en troublent,

Couvertes de métaux et de galops :

La vérité fut dure comme un soc,

Elle ouvrit la terre, elle engendra le désir,

Elle noya ses propagandes germinatives

Et elle naquit dans le printemps secret.

 

Elle fut tue, rejetée sa réunion de lumière,

Combattu le levain  collectif,

Le baisers des drapeaux cachés,

Mais elle surgit brisant les murailles,

Séparant les prisons du sol.

Le peuple obscur fut son verre,

Il en reçut la substance interdite,

Il la répandit dans les limites des mers,

Il la pila dans des mortiers indomptables

Et elle sortit, les pages battues,

Avec le printemps dans le chemin.

 

Heure d'hier, heure de midi

De nouveau heure d'aujourd'hui, heure attendue,

Entre la minute morte et celle qui va naître,

Dans l'âge hérissé du mensonge.

Patrie, tu naquis du bûcheron,

De l'enfant sans baptême, du charpentier,

De ceux qui donnèrent comme d'étranges volailles

Une goutte volante de sang.

Et aujourd'hui, tu renaîtras durement

D'où le traître et le geôlier 

Te croyaient à jamais enfouie.

 

Aujourd’hui, tu naîtras du peuple comme alors,

Aujourd’hui, tu sortiras du charbon et de la rosée,

Aujourd'hui tu te lèveras pour faire trembler les portes,

Avec des mains maltraitées,

Avec des lambeaux d'âme survivante,

Avec des faisceaux de regards

Que la mort n'a pas éteints,

Avec des outils bruts armés sous les torchons.

 

(La traduction étant de moi n'est certainement pas parfaite et vous voudrez bien m'en pardonner, mais elle sera toujours mieux que rien pour ceux qui ne lisent pas l'espagnol)

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.