Humour anglais, petit poème

Cyril Fletcher )- "Odd Odes and Oddities" (Odes Curieuses et Bizarreries) - Battering Baby.

Cyril Fletcher (1913/2005) était un acteur à qui l'on doit des poèmes humoristiques qu’il a lu à la radio, au théâtre et à la télé.
Il sont des reprises dans leur style aux vers chantournés, un peu précieux un peu mirlitons, dans le droit fil des innombrables écrits oubliés, prétentieux et sans grand talent de la période victorienne. Tous les "poèmes" de Fletcher présentent ainsi paradoxalement des situations tout à fait triviales mais extravagantes et ne s'intéressent qu'à Monsieur tout le monde.
Humour anglais typique pouvant aller jusqu'à l'humour noir.

Le texte original puis une version en français.

Ne soyez pas trop regardants sur la traduction, ne cherchez pas trop les rimes... wink Je n'a pas tenté de traduire les jeux de mots.

Le décor : Ça se passe dans un "Fish and Chips", fast-food traditionnel anglais où l'on sert des poissons trempés dans la pâte et cuits en grande friture avec des frites qu'on arrose de vinaigre. C'était très populaire, plein de foule et bruyant surtout à midi.

 

 

Baby Battering

 

This is the tale of Bluebell Bishop

Who kept a nice fried chip and fishop.

As well as her husband Bert who worked,

She'd also a small son Bill who irked.

Cos he made such an infernal noise

Whilst upstairs playing with his toys.

So much against their dearest wish,

He was brought downstairs amongst the fish.

He paired the kippers from those of odd size,

And he played marbles with the cods' eyes.

His mother cried "You've gone too far...

Take your water pistol out of the vin-e-gar."

But whilst mum and dad were busy cooking

They had no time to keep on looking...

And so it was in all that clatter,

The boy fell in the pan of batter.

And though he kicked and booed and cried,

With hake and cod was nicely fried.

Then in the general rush and fuss

Was sold with chips as octopuss.

It was not until the shop had cleared,

They'd found their son had disappeared,

And though they sought him high and low,

And even down the overflow,

There was no trace of little Bill

Except the profit in the till.

 

***

 

Bébé Empâté

 

Voici l’histoire de Bluebell Bishop

Qui tenait un coquet « fish and chips-shop».

Comme son mari Bert qui travaillait,

Elle avait aussi un petit enfant, Bill qui irritait.

Parce qu’il faisait un vacarme infernal

Pendant qu’à l’étage il jouait.

Tout à fait contre leurs volontés les plus chères,

On le descendit au milieu des poissons.

Il assortit des harengs fumés par leur taille dépareillés,

Et il joua aux billes avec des morues les yeux.

Sa mère criait « Tu est allé trop loin…

Retire du vinaigre ton pistolet à eau .»

Mais pendant que papa et maman étaient occupés à cuire

Ils n’eurent pas le temps de guetter…

Et c’est ainsi que dans tout ce fracas,

L’enfant dans le pot de pâte tomba.

Et bien qu’il gesticulât, hurlât et criât,

Avec colins et morues il fut joliment frit.

Puis dans la précipitation et l’agitation générale,

On le vendit avec du poulpe et des frites.

Ce ne fut pas avant que la boutique se vidât

Qu’on s’aperçut que l’enfant n’était plus là,

On le chercha en haut, en bas,

et jusque dans le trop-plein on fouilla,

Aucune trace du petit Bill

Si ce n’est de la monnaie en caisse.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.