Je recrute un avocat

Je recrute un avocat pour défendre tous les fonctionnaires subissant la "placardisation", ou comment gaspiller l'argent public pour détruire mentalement des personnels parfois trop entreprenants...

Telle est l’idée qui a germé dans mon esprit (trop ?) créatif d’Ingénieur Territorial inemployé, lors d’une réunion syndicale qui a tourné à la critique de cette forme de harcèlement moral qui ne dit pas son nom, car pratiquée de façon quasiment industrielle dans notre beau bâtiment....et ailleurs !

Si la quasi totalité des personnes présentes a accueilli l’idée par une salve d’applaudissements, elle n’a visiblement pas été appréciée par les deux syndicats venus davantage, je crois, pour se montrer que pour résoudre nos problèmes.

En effet, leur “compte-rendu de réunion” n’a même pas mentionné cette grave question qui avait pourtant presque monopolisé nos débats...Bizarre…

Bizarre aussi qu’aucun des syndicats de la Fonction Publique que j’ai contacté n'ait répondu à ma proposition officielle de monter un site, sur lequel seraient répertoriés, de façon anonyme et à leur initiative, les agents payés à ne rien faire par l’Administration française...Et ils sont nombreux…

 

J’ai donc continué à porter cette idée dans un livre, que j’ai eu l’opportunité de pouvoir écrire sur mon temps de (présence au) travail : Un zèbre dans un jeu de quilles.

J’y raconte la difficulté d’un “haut-potentiel” (“maladie” méconnue du grand public), qui en souffre d’autant plus qu’il est enfermé dans une structure ultra-rigide et entouré d’une majorité de personnes  n’aspirant qu’à gagner plus en en faisant toujours moins.

 

Mais rien n’ayant changé pour moi, ni pour toutes ces personnes que l’Administration détruit lentement à grand renfort d’argent public. Je passe donc, logiquement, à l’étape suivante, l’immobilisme ne faisant pas partie des compétences des zèbres.

Et je recrute un avocat pour défendre cette cause.

Pas la mienne - car cette dernière, trop réductrice, n’intéresserait que moi - mais la cause de tous ces fonctionnaires qui souffrent en silence car mis à l’index pendant des années, souvent sur des postes de “Chargés de Mission” fantômes, parfois simplement pour avoir osé proposer une vision différente de celle qui devait être implicitement embrassée par l’ensemble de leur Administration !

Il faut en effet savoir que le statut actuel de la Fonction Publique - que je nomme statu “quo” dans mon livre - ne permet de licencier qu’extrêmement difficilement ses “employés”, et ce quasiment quoi qu’ils fassent...

 

Il est donc plus facile et plus discret de  “conserver” en mettant à l’écart :

Tout d’abord ceux qui refusent de travailler, ce qui est somme toute assez courant dans l’administration, mais aussi ceux qui ont la mauvaise idée d’en faire trop, ce qui arrive aussi ( suivez le zèbre !)

Dans les deux cas, on continue à verser à ces agents leur salaire en échange d’aucun travail ou presque, et on fait réaliser celui qu’ils auraient dû faire par d’autres, voire par des intervenants extérieurs, qui coûtent plus cher et glorifient d’autant plus ceux qui les emploient, tout cela payé avec l’argent des contribuables.

Cet état de fait est intolérable, non seulement pour tous ceux qui vivent cette situation jour après jour, et souvent pendant des années, mais aussi pour tous les Français qui financent contre leur volonté cette gabegie d’argent public.

 

Je recrute donc un avocat qui serait prêt à se retrousser les manches pour s’attaquer à ce problème, le recours collectif étant désormais possible en France.

Pour me contacter : evolut10nnaire01@gmail.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.