Lettre sur un Amour actuel

J'ôte mon chapô

Tes absences sont comme

Ce soleil aride qui assèche

Mon cœur …

Nulle larme de joie ou de peine

Qui l'irrigue et le regonfle

Le font conquérant

Pour affronter la Vie

Déserté de ton eau

Ce cœur brûlé de trop de soleil

Se ratatine, se rabougrit, se racornit

Ne fuis pas mon cœur

Même s'il est trop petit

Pour te contenir Toi

Tout entier

Tout grand que tu es

Accepte d'être une petite fleur

En son bois

Que j'effeuillerai à compter

Jusqu'aux jours de tes retours

 

Tu y as tes quartiers d'Été et d'Hiver

Entre autres saisons

Tu es la Primavera

Qui fleurit en mon Automne

Que je te cède

Ici et maintenant

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.