Quelle charmante voix …

Que voilà !

Claire, fluide

Qui s'infiltre
Dans les méandres
De mon cœur hématite

Tinte en ricochets

Une fée en trip'-clocher
Sans anicroche

Parcourt
Les voix souterraines
De mon âme
Cris d'écots

Caracole
En ses sinuosités
Anfractuosités
Si peu usitées

Fait un détour
Par les boyaux
Spéléologiques
De ma logique
Pour la foutre en l'air !

Y'a d'l'électricité !

Et soudain se fourvoie

Dans un diverticule
Qui la fait bulle

Un bubon de marée saline
Qui éclate si fine
Au rebord de la lèvre
De ce gros œil

Peignée par les cils
Tranquille

Dans sa cruelle douceur
Elle glisse, roule
Cette bille !

S'écrase
En flaque
Ploc !

Sur le promontoire
Abrupt, charnu
Le seuil du goût
Que je pourlèche
Goulue, repue

Et pendant ce temps-là
Mon cœur tourneboule

Passe en lacets

(À buter sur les bornes de flippés, Tilt !)

Nos Amours ...
À la machine !

Aaaaaaaaaaaaaah !

Te rencontrer
Et puis mourir ...

Car je te connais déjà
Tu sais ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.