Intuition ? Sentiment ? Dystopiques ...

Je veux discuter un peu ...

Avertissement de lecture : ceci est une ouverture à discussion et non pas fermeture à croire, aussi ceux enclins à la paranoïa ou qui se précipitent à s'engouffrer dans la moindre "théorie du complot" sont priés de passer leur chemin ...

Merci de votre compréhension.

Ch'ais pas je ne l'sens pas ...

C'est étrange ce sentiment que l'on nous mijote quelque chose, je pars de ce constat :

Le premier confinement s'est fait progressivement, d'abord un mois qui a été reconduit deux fois (en tout une période de trois mois) comme s'il s'agissait d'un crash-test à plusieurs entrées (sociales, médicales, économiques, ...).

Et puis cette fois-ci, le matin de l'allocution du gamin, car son comportement le trahi bien ainsi, il était question de 15 jours et le soir-même cela passe à un mois pour apprendre au réveil que c'est plutôt 8 à 12 semaines (trois mois encore donc) avec sûrement 12 et pas 8. Cela me fait penser à un deuxième essai-clinique (ces petits sourires en coin interpellent) même durée, mêmes conditions, enfermement de la population, avec une variante (deuxième essai) certains commerces ouverts, professions autres que vitales (services aux personnes : nourriture, soins, livraisons diverses (?!!?!)) mais essentielles (bâtiment, vols et voyages accommodés).

Bref comme si une dé-croissance pouvait être envisagée mais avec des filets de sécurité pour qui l'on se doute, les mieux-fortunés ... parce que bien sûr les populations sont toujours bien gardées, bêêêêhhhhhhhhh ! dans l'ignorance.

Bon là je vais trop loin bien sûr ...

Mais je me pose des questions ... en plein confinement je reçois des pubs, comme tous, et celles-ci en plein CoViD : des formations disponibles ce qui m'engage à penser que les populations sont un immense jeu de cartes qui sont en train d'être re-battues pour une nouvelle partie.

Voilà je voulais juste expulser cette "pensée", libre à vous de venir en discuter ... trop sérieux s'abstenir ! wink

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.