Isabelle D
MÉDIUM-ÉCRIVAINE
Abonné·e de Mediapart

136 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 août 2022

Isabelle D
MÉDIUM-ÉCRIVAINE
Abonné·e de Mediapart

LE MONDE DE LA TOUTE PREMIÈRE HUMANITÉ

Isabelle D
MÉDIUM-ÉCRIVAINE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un monde d'il y a si longtemps que nulle trace n'en subsiste plus nulle part sauf bien sûr à l'intérieur de nous, dans chaque cellule de notre corps pour se souvenir de tout et donc même de lui. Lui il fut notre éden ou paradis perdu pour avoir un seul instant et tous les autres après fait confiance à la plus sombre des énergies qui nous avait montré son meilleur jour, enfin celui que nous souhaitions voir. Il ne résista pas longtemps et devint le pire pour les pauvres humains qui tentèrent de s'opposer à elle pour encore conserver leur terre belle et magnifique sans la moindre pollution des eaux et des forêts par les ignobles chasseurs qui servaient l'autre énergie celle de l'ombre qui ne cessa plus jamais de développer sa puissance au fur et à mesure de l'infestation des corps par elle. Il lui fallut quelques milliards d'années pour prendre possession de tout et faire apparaître reptiles et insectes y compris celles que certains vénèrent au point de les croire indispensables à la survie de notre espèce quand elle ne firent que la précipiter dans le chaos à force d'empoisonner le sang de nos enfants avec déjà le sucre pour le faire. Le sucre pour tout de suite faire apparaître les premières rides et les premières maladies du foie et puis tant d'autres après qu'il est parfaitement inutile de toutes les nommer. La fin de ce monde là et le début d'un autre après encore quelques milliards d'années de repos pour la terre et une vie qui repart pour vivre encore et éternellement les mêmes choses que ce soit au début ou à la fin. Des différences infimes pour les départager tant le fait de repasser sur le même endroit de notre espace aboutissait à vivre indéfiniment les mêmes choses. Une cinquième humanité pour encore tout revivre à l'identique ou presque puisque désormais le tout début et depuis longtemps est sans plus rien connaître de notre cité des anges. La play liste s'est arrêtée nette sur le pire de la toute première pour aller plus vite dans leur entreprise de destruction massive et ce dés la troisième d'entre elle avec nous pour tout clôturer de ce si funeste bal avec que des morts à la fin. La sixième humanité ne sera pas puisque pour la seule et unique fois les maîtres de l'ombre qui sont nos anciens chasseurs de la terre d'origine sans énergie sombre ont décidé d'en finir avec elle et même ce plan là est inscrit dans chacune de nos cellules comme dans un wifi parfait pour que déjà nous consentions à cela. Ils échoueront définitivement cette fois puisque rien ne peut détourner désormais notre source de son retour en grâce dans le corps de chacun et chacune d'entre nous mais aussi dans chaque pierre, cailloux, goutte d'eau ou même poussière de cette terre pour tout pulvériser de ce monstre qu'une seule énergie à créé.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Avec le nucléaire, la France s’aligne sur les stratégies industrielles d’États autoritaires
Moins de 10 % de l’électricité mondiale a été produite par du nucléaire en 2021, selon un rapport annuel de référence. La Chine et la Russie construisent le plus de réacteurs à l’uranium, plaçant la France en bien mauvaise compagnie démocratique, alors qu’elle veut lancer de nouveaux EPR.
par Jade Lindgaard
Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Europe
Les Russes fuient vers le Kazakhstan, le président Tokaïev sur un fil face à la Russie
Plus de 200 000 citoyens russes sont entrés au Kazakhstan depuis le 21 février, et 50 000 y sont restés. Le président Kassym-Jomart Tokaïev tente de prendre ses distances avec le Kremlin sur le dossier ukrainien. Mais sa marge de manœuvre semble limitée, explique Michaël Levystone, spécialiste de l’Asie centrale.
par Laurent Geslin
Journal
En Tanzanie, TotalEnergies prépare une bombe climatique aux relents colonialistes
Les Amis de la Terre et Survie publient une enquête inédite sur un futur oléoduc du géant pétrolier français en Tanzanie. Ce projet écocidaire et néocolonial aura des impacts désastreux sur les plans humain, écologique et climatique. Mais la résistance s’organise.
par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac