Isabelle D
MÉDIUM-ÉCRIVAINE
Abonné·e de Mediapart

136 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 août 2022

Isabelle D
MÉDIUM-ÉCRIVAINE
Abonné·e de Mediapart

UNE SIMPLE BACTÉRIE

Isabelle D
MÉDIUM-ÉCRIVAINE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des corps si fragiles à force de siècles passés à venir et revenir dans cette fourmilière que désormais la moindre attaque les fait mourir et ne plus jamais pouvoir revenir à force de faiblesses contenues dans leur énergie même. Une faiblesse mortelle pour nous qui devons tout supporter d’elle puisque désormais devant trouver un corps déjà habité et venir s’y incruster pour ne pas mourir tout à fait. Des énergies plus vivantes que vivantes et qui à la manière d’un certain volatile s’installe ailleurs que chez elle enfin disons un vrai corps capable de les accueillir avec elles capables de les faire vivre. Elles sont partout désormais avec le temps revenu pour une autre humanité comme si c’était leur toute dernière chance de se faire encore entendre au moins un peu avant leur chute définitive dans leur océan de bêtise et d’ignominie contenues. Ne les croyez pas de pauvres âmes en perdition, non juste des êtres sans pouvoir revenir puisque interdits de séjour par cette fois l’univers tout entier pour ne plus jamais permettre aux énergies sombres de continuer leur travail de sape de l’humanité toute entière. La fin des temps annoncée ne sera finalement pas et même l’ombre sous forme de bactéries contenues dans l’air est en passe d’être révélée au grand jour avec juste nous pour les reconnaître et les vaincre presque en un instant. Il suffit à quiconque qui pense en être infesté de les chasser par la pensée et rien ne peut subsister d’elle, absolument rien. Pas de médicaments pour les faire taire ni de potion pour les éliminer et juste la foi en soi pour en venir à bout. Elles sont essentiellement présentes là où les chasseurs le sont, que ce soit chez vous, dans votre propre maison ou dans un pays tout entier pour peu qu’il soit celui de la souffrance et du malheur. Elles sont les restes calcinés d’un ancien monde sur le déclin et si les morts ne parlent pas elles oui à travers nos peurs et nos angoisses que des générations de fous transmettent à leurs enfants rien que pour vivre encore et faire souffrir à leur tour puisque ne connaissant que cela. C’est presque de la génétique et s’il est couramment admis que l’on hérite d’un nez d’un aïeul ou de son mauvais caractère toujours à une même période de l’année et bien il faut admettre tout autant que l’on hérite à notre grand regret d’angoisses et de peurs dues à leurs conditions de vie et de morts évidemment aussi. Toutes vos phobies ou allergies surtout en ce moment même ainsi que la floraison de cancers et de maladies en tous genres trouvent une origine lointaine et/ou récente dans la vie et la fin d’un autre être qui n’est plus autorisé à revenir puisque ne voulant pas tout apprendre de lui que ce soit ici bas ou dans son au-delà pour encore et toujours se reproduire à l’identique dans sa famille et parfois même désormais dans une autre. Ces entités font feu de tout bois et se contentent pour la plupart de squatter un corps ou un autre et s’il meurt de cet assaut et bien tant pis elles iront ailleurs, etc, etc, etc. Ne les acceptez pas chez vous et débarrassez vous en au plus vite par la simple pensée en allumant une bougie ou en faisant une prière ou que sais-je encore qui vous fait prendre conscience que vous êtes désormais le seul ou la seule à décider de tout pour vous et non gouverné(e) par un aïeul ou une ancêtre que ce soit pour vous nourrir ou vous marier ou encore mourir exactement comme lui ou elle emporté(e) par la même maladie. Les vannes sont désormais ouvertes pour elles et vous détruire à tout jamais puisque plus rien ne leurs convient nulle part et qu’il leurs faut absolument un corps et ce depuis très très précisément l’année 2012 l’année qui scella la fin pour tout âme de pouvoir se réincarner dans un autre corps ou disons plutôt continuer de vivre ailleurs. Les siècles et les millénaires se télescopent ainsi au point de nous faire croire notre fin arrivée alors que plus nous sombrons et prenons conscience de notre hérédité de malheur et plus nous mettons fin à d’autres vies plus anciennes dans un autre endroit de notre espace qui n’entendaient que nous influencer dans la nôtre une fois la leur terminée pour au moins la continuer un peu. Ainsi vous monsieur qui avez cumulé échecs sur échecs depuis votre sortie de prison balancez votre famille parentale à la poubelle au lieu de tambouriner à sa porte pour encore vous faire insulter et humilier depuis le tout premier jour de votre naissance et même avant tant personne ne vous voulait et que votre sort fut vite scellé pour être venu les déranger dans leur train train qui ne voulait pas d’un autre enfant tant dans les deux familles le troisième enfant est toujours une tare comme vous l’avez entendu à maintes reprises. Une bactérie de morts désirant revenir sur la terre, c’est possible dans la mesure où chaque vie peut dégénérer en maladie à tout moment et donc envahir le ciel et la terre pour notre propre perte.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod