Il pleut sur Rio...

Slam de Ay ay ay La Plancha! sur la situation au Bresil

                           Il pleut sur Rio

 

Un spectre hante le monde

Il se promène, insolant, avec les cadavres décomposés de toutes les ignorances

dans une procession lente, déterminée, impudique

face aux yeux voilés par l’insomnie d’une nuit qu’on n’a pas vu commencer

d’une nuit qu’on n’a pas su éviter

d’une nuit qu’on n’a pas pu avorter avant qu’elle gerbe l’hydre..

Hantise infinie

Cauchemar en boucle

 

La patrie c’est l’autre

Ma nation, l’anatomie de ton désir

 

Armée zombie.

Défilé somnambule des inconscients miséreux 

Foule affolée de dévorante acrimonie, narcotisée, barbare,

soumise au bavardage strident des gorges contaminées

Carnaval lugubre 

Hallucination générale

Cauchemar en boucle

 

La patrie c’est l’autre

Ma nation, l’anatomie de ton désir

 

Terre verte , dorée, adorée, éden païen 

Poumon vierge d’un monde cancéreux 

accueille une pluie de larmes qui n’arrivent pas à danser 

parce qu’elles n’ont plus de pieds , parce qu’elles n’ont plus de bras, 

parce qu’elles n’ont plus la musique de la volupté

et parce qu'elles attendent que le soleil s’impose

à la nuit de la bête

 

La patrie c’est l’autre

Ma nation, l’anatomie de ton désir

 

Mais un tsunami de lilas, 

un déferlement de meninos do rio,

toutes les meninas bahianas

des manifestations de travestis desafinados, 

des bataillons de Carolines, Ritas et Luigias en aquarele 

appuyées par de millions de beijaflor en vol rasant, 

rentreront en résistance

Et nos larmes deviendront lutte

Et nos cauchemars, songeries et utopie.

 

La patrie, c’est l’autre

Ma nation, les mélodies de ton univers

                                                                      Pablo Pensavalle (Ay ay ay La Plancha!) 

Ay ay ay La Plancha! © Pablo Pensavalle Ay ay ay La Plancha! © Pablo Pensavalle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.