Marco Verratti attaqué en justice par son ancien agent

Arrivée en 2012 à Paris en provenance de Pescara, Marco Verratti (26 ans) dispute actuellement sa huitième saison sous le maillot du PSG.

marco-verratti-attaque-en-justice-par-son-ancien-agent

Le milieu de terrain italien du PSG a paraphé un nouveau contrat de trois saisons supplémentaires et est maintenant lié au club parisien jusqu'en 2024, comme l'a officialisé le PSG. Toutefois son ancien agent, l’italien Donato Di Campli a aussi trouvé judicieux de l’attaquer en justice.

Autrefois les affaires du milieu de terrain italien étaient gérées par l’agent italien Donato Di Campli. Depuis 2017, c’est le célèbre et fantasque agent Mino Raiola qui représente Verratti. Donato Di Campli a décidé d’attaquer en justice le milieu italien, considérant être toujours lié à lui d’un point de vue contractuel. De plus, il accuse le joueur parisien d’un manque de reconnaissance à son égard. Il est clair que l’agent italien n’a toujours pas digéré la séparation brutale avec son joueur, il est disposé à aller au bout de cette affaire. Dans un tweet il a exprimé son souhait de l’attaquer en justice.

« Quand, dans le travail, il n’y a plus d’affect, chacun choisit de faire ce qui lui semble opportun. Il y a deux ans, on m’a laissé tomber sans aucune reconnaissance, en m’accusant de toutes les responsabilités, en racontant des mensonges qui ont terni mon honnêteté et mon professionnalisme. Maintenant, un tribunal décidera. »

Le transfert raté de Verratti au Barça, le nœud du divorce

L'international italien du PSG Marco Verratti avait annoncé il y a deux ans qu'il se séparait de son agent Donato Di Campli, auteur d'une sortie médiatique très critique à l'encontre du PSG, pour s'octroyer les services du puissant agent italo-néerlandais Mino Raiola, agent de Zlatan Ibrahimovic Paul Pogba… Dans son bras de fer qui l’opposait au PSG, dans un éventuel transfert au FC Barcelone, le milieu défensif italien avait avoué être sous l’influence de Di Donato et que la volonté de quitter le club parisien ne venait pas de lui mais de son agent. Dès lors les relations humaines entre les amis de longue date sont passées de paisible à conflit.  Pour Donato, il existe encore des liens contractuels entre lui et le joueur, contrat qui devrait aller jusqu’en 2021. Pour mettre fin à ses polémiques, Verratti et Mino ont choisi la carte du prolongement. En effet, le joueur a prolongé son contrat de 3 ans la semaine dernière, il est désormais lié au club de la capitale jusqu’en 2024. Une stratégie choisie par le joueur et son clan pour se mettre à l’abri.

« La seule personne (désormais) légitime pour représenter mes intérêts sportifs est monsieur Mino Raiola », avait écrit le milieu défensif sur Instagram, ajoutant « remercier (Donato) Di Campli pour le travail précieux effectué jusqu'à aujourd'hui » et lui « renouvelant (son) estime ». Di Campli, qui conseille Verratti depuis son plus jeune âge, avait obligé le joueur à présenter ses excuses à l’époque, après ses déclarations sur le club parisien, en plein feuilleton sur un éventuel transfert au FC Barcelone. Le petit milieu de terrain avait pris la décision de jouer dans la cour des grands, de ces agents de football capables de vous faire basculer dans une autre sphère, celle des contrats vertigineux. C’est pourquoi il a décidé de s’attacher les services du puissant agent italo-néerlandais Mino Raiola au détriment de celui qui était son conseiller depuis l’enfance, Donato Di Campli.

Considéré comme l'un des plus puissants agents dans le monde du football, Raiola est réputé pour les commissions mirobolantes qu'il négocie sur les transferts de ses poulains. Lors de l'arrivée de Pogba à Manchester United depuis la Juventus pour 105 millions d'euros en 2016, il avait par exemple touché 27 millions.

Nasser et le PSG bourreaux de Di Donato

« Ne pas céder Verratti à Barcelone pour 100 millions d'euros est devenu une question d'orgueil (pour le PSG) », assurait l'agent dans un article titré « prisonnier de l'émir », dans le quotidien italien Corriere dello Sport. L'agent rapportait que le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, lui aurait indiqué qu'il « jouerait sa place » s'il vendait Verratti, et qu'« à Doha, on ne le lui pardonnerait jamais ». Ainsi le PSG aurait sacrifié la carrière de l’agent italien afin de garder son excellent milieu de terrain. Pour y arriver, il a fallu simplement mettre le puissant Mino dans les roues de l’italien, affaiblissant ainsi ce dernier en proposant à Verratti la politique de la cour des grands, de celle de Mino. Si sa prolongation était venue pour apporter la tranquillité au joueur italien, cette affaire de tribunal va un peu troubler la quiétude du petit hibou comme on le surnomme dans la capitale française.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.