Entourage des footballeurs : Kanté met en garde contre les agents véreux

Escroquerie, intimidation à l’arme à feu… Mediapart  a révélé une sombre histoire concernant N'Golo Kanté, le numéro 13 des Bleus champions du monde de football. Celui-ci aurait même été menacé, potentiellement avec une arme par l'un de ses conseillers et le frère de celui-ci, pour mettre fin à sa collaboration avec son agent. N'Golo Kanté met en garde les footballeurs.

Mediapart a montré comment N’Golo Kanté s’est f ait piéger par des personnes gravitant autour de son entourage. Lassé d'être au cœur de luttes intestines et d'avoir l'impression de  n'être qu'une vache à lait pour agent indélicat, Ngolo Kanté a porté plainte récemment contre son ancien agent d'image, Nouari Khiari, avec lequel il s'était séparé via une transaction financière, mais qui continue à lui réclamer de l'argent. Ce jeudi, il s'en explique dans L'Equipe : « J'ai été trop gentil, j'ai voulu croire en l'honnêteté et la sincérité de cette personne. Mais elle était seulement motivée par l'aspect financier. »

ngolo-kante-russia-2018

Le milieu de terrain de l'équipe de France en profite pour mettre en garde contre les différents intermédiaires et agents qui gravitent dans l'entourage des joueurs. « On est dans un milieu qui attire les convoitises. Il y a des personnes malveillantes, qui cherchent à profiter des joueurs. Il faut se méfier», lâche-t-il dans un entretien avec L’Equipe, avant d’en dire plus sur sa situation personnelle : «J’estime que ma confiance a été abusée. (…) Aux premières petites tensions entre nous, cette personne est subitement devenue insistante sur l’aspect financier. Elle a commencé à me demander des sommes importantes pour des choses qui n’étaient pas justifiées ou effectuées.» Cette «personne» c’est Nouari Khiari, son agent d’image de juillet 2016 à juillet 2017. Un homme qui, selon l’enquête de L’Equipe, a été mis en examen en 2005 pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». « Entre le manque de réflexion et l'envie de faire évoluer la situation de mes proches, j'ai pu oublier de prendre des précautions », reconnaît N'Golo Kanté"

Pour approcher le champion du monde, Nouari Khiari a d’abord convaincu son noyau dur. « Certaines de ces personnes approchent la famille, les amis, pour leur faire croire qu’une seule décision d’un joueur peut changer leur vie », raconte le champion du monde, pour ensuite ajouter : « Mon problème, c’est que je me retrouve confronté à quelqu’un qui a convaincu mon entourage. Entre le manque de réflexion et l’envie de faire évoluer mes proches, j’ai pu oublier de prendre des précautions. » Khiari aurait usé de l’entourage de Kanté pour exercer de la pression sur lui et lui soutirer de l’argent. À l’heure actuelle, Kanté et Abdelkarim Douis (son agent officiel depuis 2015) ont porté plainte contre Khiari, qui lui a porté plainte contre Douis pour « menace de mort ». « Cela fait quasiment deux ans que j’essaie d’arranger cette situation en tentant de me séparer de cette personne », souffle l’international.   

Mais selon Mediapart, Khiari n’est pas le seul à avoir fait pression sur le Français. En mars 2017, alors que le joueur est de passage chez sa mère dans la cité des Géraniums à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), des hommes le prennent à partie. Parmi eux, Rachid Saadna, conseiller de Kanté et proche d'Abdelkarim Douis. La raison ? Rachid n’a rien reçu du deal de Kanté à Chelsea (transféré en provenance de Leicester pour 35,8 millions d’euros à l’été 2016), chapeauté par Douis (qui a touché 4,8 millions d’euros), Gregory Dakad et Kamel Bengougam, et veut récupérer de l'argent. Également présent, Houari Saadna, le frère de Rachid, aurait déclaré selon le récit de son frère publié par Mediapart : «Mon frère (Rachid) se fait racketter, il se fait voler, léser. […] Je te donne le choix. Tu travailles avec un avocat et tu arrêtes de travailler avec l’autre. Écoute, moi je rigole pas, soit tu arranges l’affaire ou soit Karim Douis, je le descends, point final.» Lors de cette «discussion », une arme à feu aurait été sortie sans pour autant être pointée sur le joueur tricolore. Malgré cet incident (démenti par Kanté), l’affaire aurait été réglée à l’amiable et Rachid Saadna aurait reçu une part de la commission sur la récente prolongation de Kanté à Chelsea.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.