Fair-play financier: Manchester City et le Paris Saint-Germain aidés par l'UEFA

L'UEFA a aidé Manchester City et le Paris Saint-Germain à contourner leurs propres règles du fair-play financier, selon une enquête de Football Leaks publiée vendredi dernier.

Le PSG et Manchester City font partie des clubs les plus riches du monde. Au cours de la dernière décennie, ils se sont imposés comme des géants du football en dépensant d’énormes sommes d’argent sur le marché des transferts.

L’enquête de Football Leaks a récemment révélé que le PSG et Manchester City avaient été impliqués dans le non-respect du règlement relatif au fair-play financier. Football Leaks a publié un rapport d'enquête vendredi dernier  en ce qui concerne la question.

Selon le rapport, plus de 70 millions de documents ont été analysés par 80 journalistes des collaborations de l'Enquête européenne sur une période de huit mois. Ils ont déclaré que l'UEFA avait sciemment aidé les deux clubs à dissimuler les infractions aux règles FPF sous la direction de l'ex-président de l'UEFA Michel Platini et du président de la FIFA et ancien secrétaire de l'UEFA Gianni Infantino.

C'est la première fois que les géants anglais sont impliqués dans une controverse de cette envergure. De son côté, le PSG fait déjà état d’une enquête depuis son acquisition de la star brésilienne Neymar pour un montant record de 222 millions d’euros.   

Si l'une des allégations du rapport de Football Leaks se vérifiait, les deux clubs pourraient être exclus de la Ligue des Champions. Outre l'exclusion de l'UCL, le PSG pourrait devoir libérer Neymar et Mbappe du club.

Selon les règles de l'UEFA - "Un club n'est pas autorisé à dépenser plus qu'il ne gagne en une saison". Et les déficits ne devraient pas dépasser la limite prévue de 30 millions d’euros sur une période de trois saisons.

Football Leaks affirme qu'entre eux, Abou Dhabi  et le Qatar ont injecté  4,5 milliards d'euros au cours des sept dernières années pour augmenter les budgets des clubs qu'ils possèdent.

Selon Football Leaks, les propriétaires de Manchester City ont investi 2,7 milliards d'euros, surestimant ainsi leurs contrats de sponsoring.

Le propriétaire parisien a investi environ 1,075 milliard d'euros dans un contrat de cinq ans avec l'Office du tourisme du Qatar.  

Gianni Infantino aurait directement proposé un nouveau montant à Manchester City sans consulter le Panel de contrôle financier de l'instance dirigeante du football européen. L'offre était de payer seulement 20 millions d'euros comme montant d'amende au lieu de 60 millions d'euros qui a été accepté par les deux côtés.  

La situation a rapidement attiré l'attention des médias du monde entier et plusieurs journalistes ont commencé à poser des questions à City et au PSG. 

La FIFA a affirmé que le rapport de Football Leaks était une tentative d'instabilité des nouveaux dirigeants, en particulier du président Gianni Infantino et de la secrétaire générale Fatma Soumara.

Dans une interview, Infantino s'est défendu en déclarant: «Il est toujours difficile de changer les choses, d'aller de l'avant et de rassembler les gens afin de faire mieux.

Le PSG sur leur défense a déclaré qu'ils avaient toujours suivi les règles et règlements stricts et nié leur implication dans les allégations mentionnées dans le rapport.

Selon les affirmations de Football Leaks, le PSG et City avaient un accord secret avec l'UEFA mais le directeur général du PSG Jean-Claude Blanc a déclaré: "Il n'y a pas eu d'accords secrets avec l'UEFA, tout a été fait dans la plus grande transparence."

La réputation du PSG en souffre certes, car elle traitait déjà des accusations de transfert de la part de Neymar et maintenant, de nouvelles déclarations ont été formulées quant à leur implication dans la violation des règles du fair-play financier.

L'UEFA a déjà déclaré que punir un club pour avoir enfreint les règles du fair-play financier était leur seul recours car les règles avaient été introduites uniquement pour aider les clubs à devenir réalistes sur le plan financier.

Maintenant qu’Infantino est à la tête de la FIFA, Football Leaks a également mis en lumière ses relations avec le procureur suisse Rinaldo Arnold.

L’enquête a révélé que des invitations avaient été données à Rinaldo Arnold pour des matches de Coupe du Monde et de la Ligue des Champions et un Congrès de la FIFA en 2016, tandis qu’Infantino recevait des informations détaillées sur les enquêtes en cours. 

L'instance dirigeante du football mondial a déclaré que " Selon les directives et règlements internes de la FIFA, le président et le secrétaire général sont autorisés à inviter un certain nombre d'invités à des tournois et des événements de la FIFA ".

L'issue de cette affaire présumée contre les deux clubs sera cruciale pour leur avenir dans le football européen, car s'ils sont reconnus coupables, ils risquent d'être expulsés des compétitions européennes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.