Canal+ assigne la LFP en justice et lui réclame 46 millions d'euros

Considérant avoir été lésée par les reports de matchs provoqués par les Gilets jaunes, la chaîne a assigné la LFP devant le tribunal de commerce de Paris. La belle histoire d’amour semble loin entre le diffuseur historique et la ligue de football professionnel.

canal-assigne-la-ligue-de-football-professionnel-en-justice-et-lui-reclame-46-millions-deuros

Où est passé ce moment où Canal+ faisait les yeux doux à LFP et la LFP à Canal+ ? Plus de rigolade entre les alliés d’hier. D'après les informations du quotidien L’Équipe, la chaîne cryptée a décidé d'assigner la LFP devant le tribunal de commerce de Paris. Elle lui reproche notamment les nombreux reports de rencontres de Ligue 1 cette saison, à la suite des week-ends de mobilisation des Gilets jaunes.

La chaîne réclame 46 millions d'euros à la Ligue, qui organise les rencontres du championnat de France. La chaîne estime, en effet, que ces rencontres ont été reprogrammées à des horaires qui lui étaient bien moins favorables. Dans le texte de l'assignation, que s'est procuré L'Équipe, elle rappelle notamment que la chaîne a acquis les droits TV du championnat français sur la période 2016-2020, pour la somme de 549 millions d'euros par an, « précisément pour diffuser ses matchs aux cases horaires récurrentes de grande écoute de son choix ».

Canal+ reproche notamment à la LFP d'avoir choisi de reporter douze rencontres de Ligue 1 et une demi-finale de Coupe de la Ligue sans que cela lui ait été imposé par une décision préfectorale. « Sur treize reports, huit ont été réalisés du week-end à la semaine, et, dans six cas, Canal+ a aussi perdu son prime time ».

La LFP se dit consternée !

Surprise et agacée, l’instance dans un communiqué publié sur son site officiel, la Ligue s'est dite « consternée de recevoir une assignation devant le tribunal de commerce de Paris de la part de Canal+, partenaire historique du football professionnel français ».

Elle affirme avoir « subi durant plusieurs mois les conséquences d'une crise sociale majeure » avec les Gilets jaunes. Si Canal+ accuse la LFP d'avoir « unilatéralement organisé » les reports des rencontres, la Ligue affirme pourtant que ces derniers ont été décidés en consultation avec tous les partenaires, dont Canal+ et les autorités publiques. Ce conflit s'inscrit dans un contexte économique qui n'est pas des plus favorables pour la filiale du groupe Vivendi.

Canal+ dénonce le flou 

À l'arrivée, les dirigeants de la chaîne cryptée assurent avoir observé une baisse d'audience moyenne de 37 % sur les rencontres de L1 concernées et de 51 % sur la demi-finale de la Coupe de la Ligue entre Bordeaux et Strasbourg, avancée à 18h45 au lieu de 21 heures, le 30 janvier. Ils fustigent au passage l'attitude de la Ligue, qui les aurait ignorés tout au long de ce conflit social, en dépit de leurs demandes. Ils expliquent notamment que le 26 février 2019, « Canal+ a mis en demeure la LFP de se conformer à ses obligations. Elle dénonçait une fois de plus les reports mis en place par la LFP en violation des règles prévues par l'appel à candidatures Ligue 1 et la communication au surplus par la LFP ''des informations au compte-gouttes, sans coordination aucune'' ».

Canal+ un groupe en difficulté 

La chaîne a perdu les droits de diffusion de la Ligue 1 et fait face à des difficultés en interne. Plus tôt cette semaine, Canal+ avait annoncé la fin de son émission de seconde partie de soirée « J + 1 », qui revenait chaque dimanche sur l'actualité du championnat de France. Le groupe a également enclenché un plan de départs volontaires massif, visant à supprimer près de 500 postes au total.

Un plan social qui serait étroitement lié à l'ouverture de la procédure judiciaire à l'encontre de la Ligue selon une source proche du dossier à la LFP.

 Les gilets jaunes n'occupent presque plus les ronds-points, mais leur mouvement a mis le feu entre la Ligue et son diffuseur « historique ». Canal+ assigne la LFP devant le tribunal de commerce de Paris pour obtenir réparation à la suite de la série de matches reportés la saison dernière et reprogrammés à des dates et des horaires nettement moins favorables. La chaîne cryptée réclame 46 millions d'euros à l'organisateur du Championnat qui a, selon elle, ignoré ses intérêts et fait preuve de légèreté dans cette affaire.

Dans le conflit qui l'oppose désormais à Canal+, la Ligue a été convoquée devant la 18e chambre du tribunal de commerce de Paris le 5 septembre à 11 heures. Affaire à suivre !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.