OM : Adil Rami viré de l’OM à cause de fort Boyard ?

Le club marseillais a engagé une procédure disciplinaire à l’encontre de son champion du monde dont l’avenir ne s’inscrit plus du côté de l’OM. Une autre galère après sa séparation avec Paméla Anderson.

om-adil-rami-vire-de-l-om-a-cause-de-fort-boyard

Il fut un moment où la vie était belle pour Abdi Rami, titre de champion du monde et relation amoureuse avec la star Paméla Anderson. Mais nul ne sait de quoi sera fait le lendemain et celui de l’ancien lillois est pâle et difficile. Fini le beau comte de fée, retour à la dure réalité. En effet l’Olympique de Marseille a fait savoir qu'une procédure disciplinaire avait été lancée à la mi-juin contre le défenseur qui n'était donc pas présent au centre d’entraînement pour la reprise. Il doit être reçu dans les prochains jours pour plus de détails sur son avenir.

 Le nœud de la galère du champion du Monde ? Un jeu célèbre de la téléréalité diffusé sur TV5. Il lui serait reproché d'avoir manqué un entraînement le 20 mai dernier, date à laquelle il enregistrait un épisode de Fort Boyard. Selon différentes sources, il en aurait parlé avec son entraîneur Rudi Garcia, mais pas avec la tête pensante du club.

Après la médaille d’or, la galère

La rupture amoureuse avec la star américaine a annoncé les couleurs et l’orage d’une période difficile, Pamela Anderson a annoncé leur rupture, le traitant de tricheur et de violant, l'ancienne star d’« Alerte à Malibu » a aussi affirmé avoir subi des dégâts physiques et psychologiques de la part du Marseillais. « Ces accusations sont complètement fausses et je ne peux pas laisser passer ça », a répliqué le joueur sur Instagram. L’affaire a déjà coûté à l’ancien lillois un partenariat avec la solidarité des femmes et devrait mettre également fin à son histoire avec l’Olympique de Marseille.

Le champion du monde français semble être loin du football et de son passé luxueux. Il se fait plus remarqué dans des affaires extra sportives que sportives. « Un nouveau départ En France, cela me paraît peut-être compliqué, affirme l'ancien gardien de but de l'OM et de Bordeaux, Gaëtan Huard, aujourd'hui consultant sur BeIN Sports. « Sa saison post-coupe du monde a été une catastrophe. Or, quand tu arrives à un certain âge, si tu t'écartes du bon chemin et que tu n'arrives plus à maintenir ton niveau de performance, c'est difficile de revenir ».

Des statistiques effrayantes

La saison du joueur fût un cauchemar, un véritable chaos, il n'a disputé que 21 matchs, toutes compétitions confondues, avec des prestations mitigées lors de ses titularisations. Le joueur avait d'ailleurs reconnu avoir connu une sorte de « dépression » après le sacre des Bleus. « Il a lâché mentalement, cela s'est vu », pour Franck Passi, ancien coach adjoint de Marseille. « Il y a un petit moment que ce dernier ne s’intéresse plus au football ».

Or à la cérémonie de récompense du football français, le défenseur, accompagné de Pamela Anderson, avait pourtant promis rebondir et retrouver son niveau la saison prochaine. Mais la théorie est différente de la pratique car le joueur semble être embarqué dans une belle galère.

Eyraud surpris, déçu et agacé 

Averti mi-juin de cette séquence, Jacques-Henri Eyraud, qui s'est renseigné et a mené son enquête après-coup, est tombé des nues face à un tel comportement, sachant que le champion du monde avait déclaré forfait quelques jours plus tard pour le dernier match de la saison contre Montpellier au Vélodrome. Ce soir-là, il était d’ailleurs absent au stade et présent à Monaco avec sa compagne pour un défilé. Une attitude qui avait déjà plus qu’agacé les patrons marseillais et dont le sentiment d’exaspération n’a fait que s’amplifier avec Fort-Boyard. En se refaisant le film, « JHE » s’est senti trahi et n’a pas digéré le comportement de son joueur. A cela s’ajoute des participations multiples et variées à des évènements hors-terrain durant la saison, qui ont décidé la direction de l’OM à agir. D’où la mise en place de la procédure.

« Adil Rami, sur la saison écoulée, était plus un people qu’un joueur de football, nous souffle un proche du groupe marseillais. Si l’OM termine cinquième au classement, c’est aussi parce qu’il n’a jamais été au niveau qui était le sien ». Et notre interlocuteur d’ajouter : « Qu’il aille faire le zouave dans une émission à une semaine de la fin du championnat n’est pas respectable. Pour lui et pour ses partenaires ». Avec encore deux ans de contrat et des émoluments qui font de lui l’un des joueurs les mieux rémunérés du vestiaire marseillais (300.000 euros par mois), Adil Rami risque donc le licenciement. Moyen aussi pour l’OM de se délester d’un joueur décevant sur et en dehors du terrain, tout comme d’un salaire conséquent, à l’heure où les finances du club sont fragiles. Le divorce semble bien acté.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.