Manchester City rattrapé par l’UEFA dans le cadre du fair-play financier !

L'UEFA a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête pour violation des règles du fair-play financier par Manchester City, club financé par Abou Dhabi.

manchester-city-enfin-rattrape-par-l-uefa-dans-le-cadre-du-fair-play-financier

Le club mancunien est dans le viseur de l’UEFA. L'instance a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête pour plusieurs violations présumées des règles du fair-play financier par le club anglais, qui fait l'objet des dernières révélations des Football Leaks. L'enquête se concentrera sur plusieurs violations présumées du fair-play financier qui ont été rendues publiques récemment par différents médias, a indiqué l'UEFA dans un communiqué, précisant qu'elle ne fera aucun autre commentaire sur ce dossier durant la phase d’enquête.

L’UEFA ouvre enfin une enquête sur Manchester City qui d’après plusieurs observateurs, était couvert par l’UEFA de Platini et la main puissante de Abou Dhabi.  Mais l’indépendance de l’organe de contrôle a rendu possible les choses.

L’enquête réalisée par un consortium journaux européens, a démontré que le PSG et Manchester City, auraient été couverts par l'UEFA pour contourner les règles du fair-play financier. Pour rappel, le fair-play financier (FPF), règle édictée par l'UEFA, interdit à un club engagé en compétition européenne de dépenser plus que ce qu'il ne gagne en propre. Les sanctions peuvent aller du simple blâme jusqu'à l'exclusion des compétitions.

Ainsi, Abou Dhabi aurait apporté la somme hallucinante de 2,7 milliards d’euros à Manchester City en sept ans, grâce à son actionnaire et à des contrats de sponsoring surévalués, avaient pointé les "Football Leaks", mettant en cause les deux patrons de l'UEFA de l'époque, Michel Platini, le numéro un, et Gianni Infantino, numéro deux devenu depuis président de la FIFA. L'organe de contrôle financier des clubs, dont la chambre d'investigation est chargée de l'enquête, est maintenant indépendant de l'UEFA.

Et si l’UEFA avait du Mal à mettre la main sur le club anglais, c’est parce que ce dernier aurait mis en place des stratégies et actions pour échapper aux mailles de l’instance européenne de football.

 En effet selon les révélations du consortium européen, pour la seule année 2012, Mansour Bin Zayed Al Nahyan, le propriétaire du club, aurait payé 127,5 millions d'euros sur le milliard d'euros dépensé en quatre ans de présidence. Accusé d’avoir gonflé ses revenus, via des partenariats déguisés financés par Mansour Bin Zayed Al Nahyan, plus connu sous le nom de Cheick Mansour, City avait reçu une amende de 20 millions d’euros en 2014. En plus des partenariats déguisés, le club se serait servi du club de Lille et son président pour dribbler l’UEFA.

Football leaks, atteste que le président lillois Gérard Lopez et son directeur général Marc Ingla ont collaboré avec Manchester City afin d’aider le club anglais, via la société d’investissement luxembourgeoise de tierce propriété (TPO), Mangrove Capital Partners, créée et détenue par Lopez, à contourner les règles du fair-play financier. Le but étant de créer un fond d’investissement qui gérerait des actifs de joueurs pour le compte de Manchester City, mais sans que le club mancunien ne soit officiellement impliqué dans les transactions afin de ne pas affecter les finances des Citizens dans l’optique du respect du fair-play financier.

Dans un courrier déterré par Football Leaks, l’actuel DG du Losc écrivait en juillet 2013 à un cadre de City que « les investisseurs doivent être indépendants du club partenaire pour ne pas être une partie liée et ainsi contourner les règles du fair-play financier ». N’ayant aucun lien juridique avec City, MCP se propose donc d’être le prête-nom des Citizens où, comme ils l’écrivent eux-mêmes, le « facilitateur clé pour éviter les règles » du FPF.

Marc Ingla et Gérard Lopez proposent alors un schéma juridique complexe (avec la création d’une société offshore basée aux îles Caïmans) afin de satisfaire aux demandes du club anglais. « On a spécifié de façon plus détaillée qui fait quoi et comment la marque MC (Manchester City) sera "déguisée" », écrit très clairement Marc Ingla le 27 juin 2013.

L’UEFA veut également porter des investigations sur la question Sancho, qui a été transféré au Borussia Dortmund lors de l’été 2017. Avant ce départ chez les Jaune et Noir pour près de 8 M€, le club anglais a versé de l’ordre de 230 000 euros au conseiller du natif de Londres. C’était en 2015 lorsque l’international anglais a rejoint le centre de formation de l’actuel leader de Premier League… à l’âge de quatorze ans. Et les règlements de la Fédération anglaise (FA) et de la FIFA stipulent qu’aucun joueur ne doit être représenté par un agent avant l’âge de 16 ans.  City à son tour d’être traqué par l’UEFA après Chelsea !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.