Fils de

On pourrait croire que porter un nom de famille prestigieux est un avantage dans le milieu du football. En effet, il n'est pas rare de voir le fils d'une ancienne gloire du football chercher à se faire un prénom sur les terrains de football. Par exemple, Enzo, le fils de Zinédine Zidane, fait carrière dans le football : selon une information de L'Equipe, il aurait récemment signé dans le club espagnol d'Adelante.

Mais est-ce si facile de se faire un prénom lorsqu'on a un nom aussi lourd à porter ? On est sans cesse comparé à son illustre aîné. Or, lorsqu'on a un père qui est devenu célèbre en atteignant le sommet de son sport, on ne peut que souffrir d'une telle comparaison. Comment Enzon pourra-t-il jamais égaler les exploits de son père. Il faudrait, pour cela, qu'il gagne rien moins qu'une coupe du monde et une ligue des champions. Mince affaire...

Mais, dans certains cas, le fils dépasse le niveau du père. Car il y a des avantages à être formé par un papa footballeur. On baigne dès le plus jeune âge dans une culture et des conseils qui aident à progresser. C'est sans doute ce qui est arrivé à Yoann Gourcuff, dont le père, Christian, a été joueur avant de devenir un entraîneur de renom. Nul doute que les conseils de son tacticien de père l'ont aidé à devenir ce milieu de terrain intelligent, à la vision du jeu hors pair.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.