Copa América 2019 : Lionel Messi craque et accuse la CONMEBOL de corruption

Un Lionel Messi qui pète les plombs, c’est un fait rarissime. Mais la défaite face au Brésil a laissé beaucoup de séquelles chez le génie Argentin.

apres-avoir-accuse-le-conmebol-de-corruption-lionel-messi-risque-deux-ans-de-suspension

Exclu samedi lors de la petite finale de Copa America remportée par l'Argentine contre le Chili (2-1), Lionel Messi pourrait être lourdement sanctionné pour sa sortie sans retenue contre la CONMEBOL. Le meneur de jeu du Barça accuse l'instance de corruption.

Il a fallu attendre 15 ans de carrière pour voir la face révoltée et colérique de l’international argentin. Elle a fini par se dévoiler au grand public après la défaite de l'Argentine contre le Brésil (2-0), en demi-finale de Copa America, avec une prise de position très tranchée sur l'arbitrage. Ce fut de nouveau le cas le samedi, après la victoire de l’Albiceleste contre le Chili (2-1), en petite finale.

Dans le match pour la troisième place ou encore ce que l’on pourrait qualifier de petite finale face à ses bourreaux Chiliens, la nation qui l’a privé à deux reprises de trophées majeurs avec la sélection, le joueur du Barça a écopé d'un carton rouge sévère en fin de première période, après une altercation avec Gary Medel.

Il refuse la médaille et accuse de corruption !

« On en a marre (…) de la corruption, des arbitres et de tout ce qui gâche le spectacle », a lancé la star du FC Barcelone, qui avait déjà critiqué l’arbitrage lors de la demi-finale perdue face au Brésil (2-0), hôte de la compétition. Tellement énervé, « La Pulga », qui a reçu son deuxième carton rouge en 15 ans de carrière professionnelle, a refusé d’aller chercher sa médaille de bronze « parce qu’on ne doit pas faire partie de cette corruption, de ce manque de respect ».  « Face au Brésil et aujourd'hui, nous avons fait les meilleurs matchs. On ne nous a pas laissé aller en finale », poursuit la Pulga. Qui ne regrette rien. « Qu'ils (la CONMEBOL) fassent ce qu'ils veulent, je m'en vais serein, la tête haute, fière de cette équipe, insiste Messi.

« J'espère que les gens vont continuer à soutenir ce groupe, qui a beaucoup à donner. On a retrouvé de l'idée, du jeu, on grandit, en même temps que le sélectionneur. Il nous donne de la tranquillité, de la stabilité pour les jeunes. C'est bon pour tout le monde ». Pour le génie Argentin, tout aurait été mis en œuvre pour faciliter la victoire du Brésil à domicile. Si la pulga a été longtemps décrié dans son Argentine natale pour manque de trophées majeurs, il a gagné le soutien du peuple argentin pour avoir dénoncé le complot entre la CONMEBOL et le Brésil. On sait que côté argentin, toute information qui pourrait nuire au voisin brésilien serait bienvenue. De plus il sera soutenu par le mythique gardien paraguayen chilavert qui ira dans le même sens que la star argentine.

La CONMEBOL et Alves son ami de toujours à Barcelone lui répondent sévèrement 

L’instance du football Sud américain accuse le barcelonais de mauvais perdant et dénonce des propos diffamatoires : « Il est inacceptable qu’à la suite d’incidents spécifiques à la compétition (...), des accusations infondées aient été lancées, qui manquent de vérité et mettent en cause l’intégrité de la Copa América ».

Une réaction mal perçue par Dani Alves qui n’a pas manqué de condamner les propos de son ancien coéquipier dans le journal brésilien O’Globo. « D’abord, il manque de respect à une institution comme la Seleçao (...) Ensuite, il se montre irrespectueux envers des professionnels qui mettent beaucoup de choses de côté pour pouvoir être ici et lutter pour leur rêve. Je suis le genre d’ami qui dit toujours la vérité quand il faut le faire. Et je pense qu’il se trompe. Ce n’est pas parce que c’est un ami qu’il a forcément raison ».

Une sanction qui pourrait sonner le glas de sa carrière internationale

En effet, après ses accusations très crues sur la prétendue corruption de l'édition 2019 du tournoi continental sud-américain, la star du Barça, qui a dévoilé une autre facette de sa personnalité cet été, pourrait bien être suspendue deux ans. Une sanction aussi étendue verrait certainement Messi abandonner définitivement la sélection argentine et laisser un héritage amer à une génération déjà en difficulté et moins talentueuse.

Si la CONMEBOL décide faire respecter son règlement, Messi serait privé de toute compétition internationale lors des deux années à venir. On parle de la Copa America 2020 prévue en... Argentine (et Colombie), mais aussi, et surtout, du Mondial 2022 au Qatar. La malédiction, en sélection continue pour la star argentine.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.