Franck Ribéry face à un dérapage qui va lui coûter très cher

Auteur d’un message insultant sur les réseaux sociaux après "l’affaire" de l’entrecôte dorée, Franck Ribéry a été sanctionné d’une lourde amende par le Bayern Munich, a expliqué le club allemand. Une fois encore le club allemand a démontré sa rigueur et son côté institutionnel.

franck-ribery-face-a-un-derapage-qui-va-lui-couter-tres-cher

Le Bayern Munich est un modèle qui ne laissera personne Salir son image même si vous êtes l’un des meilleurs joueurs du club. Ainsi Franck Ribéry sera victime de cette discipline Allemande, car il devra passer à la caisse pour régler une amende que va lui infliger le club bavarois suite à son dérapage sur les réseaux sociaux après l’affaire de l’entrecôte dorée à Dubaï. Le nœud de cette histoire d’amende ?

En effet, le Jeudi 3 janvier, Franck Ribéry a publié une vidéo sur son compte Instagram dans laquelle on le voit s'apprêter à déguster une entrecôte recouverte d'or dans un restaurant de Dubaï. Interrogé par l'AFP, le restaurant émirati, a affirmé que son "golden steak" le plus cher était à 2 000 dirhams des Emirats, soit 478 euros. La polémique a immédiatement pris de l’ampleur lorsque des internautes, ainsi que le quotidien allemand Bild, ont estimé à 1 200 euros le prix du steak, confondant dirhams et euros. Tout d’un coup le monde, les critiques déferlent sur Ribéry. Dont Audrey Pulvar, présidente de la Fondation pour la nature et l'homme, créée par Nicolas Hulot qui va jeter le pavé dans la mare en écrivant : "Monsieur Franck Ribéry si vous ne savez pas quoi faire de votre argent, il reste plein de causes à financer et à soutenir dans le monde entier". Puis sport24.lefigaro.fr qui à son tour va écrire : «  quand Franck Ribéry déguste une entrecôte couverte d’or ».

Face à cette vague de critiques, le joueur va faire une sortie très virulente et grossière pour répondre à ses détracteurs sur les réseaux sociaux. «Pour 2019, remettons les points sur les i et les barres sur les t… Commençons par les envieux, les rageux, nés sûrement d'une capote trouée: n*iquez vos mères, vos grands-mères et même votre arbre généalogique. Je ne vous dois rien, ma réussite c'est avant tout grâce à Dieu, à moi et mes proches qui ont cru en moi. Pour les autres, vous n'étiez que des cailloux dans mes chaussettes!» avait expliqué le joueur. À Audrey Pulvar, il répondra : «Je fais ce que je veux de mon argent», a rétorqué le Munichois qui avait conclu sa mise au point: «Et pour mettre un terme à cette polémique qui n'a même pas lieu d'être: je m'adresse à Audrey Pulvar ou Madame «Je fais ce que je veux de mon argent» avec une paire de lunettes à 3000 euros aux écailles de tortue, j'espère qu'elles vous permettent d'entrevoir un meilleur avenir professionnel que celui de la pseudo-journaliste que vous êtes actuellement.»

Des mots très vulgaire qui n’ont pas plu au club bavarois qui réclame à ces joueurs des comportements plus exemplaires dans la mesure où le Bayern Munich est considéré comme un modèle allemand et mondial. Une réaction assez vulgaire, que le champion d’Allemagne a décidé de sanctionner. Dans un communiqué publié , le Bayern explique en effet avoir infligé une amende à son joueur.

"Il a usé de mots que le FC Bayern ne peut tolérer, et que Franck ne devrait pas prononcer en tant que modèle, et joueur du Bayern, a indiqué le directeur sportif Hasan Salihamidzic. J’ai parlé hier (samedi) avec Franck pendant un long moment et lui ai expliqué qu’il aurait une lourde amende. Il a accepté cette sanction."

"Franck a été injurié et insulté. Et pas seulement Franck, mais son épouse enceinte, son enfant et sa maman, qui est actuellement opérée à l'hôpital, a poursuivi le directeur sportif. Franck a voulu se défendre et défendre sa famille. Il a tout à fait le droit de le faire, je le soutiens pour cela, mais il a malheureusement totalement dérapé''. Ainsi Le Bayern Munich a révélé par la voix de son directeur sportif qu'il allait infliger une «amende très élevée» à son joueur, auteur d'une sortie très virulente et grossière.

Le récent dérapage de Ribéry remontait à début novembre. A la fin d’un match, il avait insulté et agressé physiquement l’ancien joueur et consultant de BeIN Sports Patrick Guillou, coupable à ses yeux de commentaires désobligeants. L’affaire avait déjà été prise en main par le Bayern. Décidément, nul n’est au dessus de la rigueur allemande. Même PAS le Kaiser Franck.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.