Nouvelles preuves de corruption : Et si le Qatar perdait le mondial 2022 ?

Coup de tonnerre ! Le tabloïd britannique Sunday Times affirme dans son édition de dimanche 10 mars détenir des preuves de versements de 880 millions de dollars au total de la part du Qatar à la fédération internationale de football (FIFA) afin de décrocher l’organisation de la Coupe du monde de 2022.

nouvelles-preuves-de-corruption-et-montee-de-tension-entre-nicolas-sarkozy-blatter-et-platini-et

À moins de quatre ans de la prochaine Coupe du Monde, qui se déroulera au Qatar, les révélations s’étaient un peu arrêtées concernant l’éventuelle corruption par l’émirat et la fédération internationale de football (FIFA). Mais, ce dimanche, le Times reprend l’enquête et a trouvé de nouvelles preuves que l’État, propriétaire du club de la capitale française, aurait corrompu l’instance internationale régissant le football mondial par divers stratagèmes financiers. La tempête pourrait revenir après le calme.

Selon le Sunday Times, la chaîne de télévision Al-Jazeera, propriété de l’état qatari, a effectué des paiements de 400 et 480 millions de dollars à trois ans d’intervalle pour décrocher un accord secret sur la diffusion des rencontres. Ces versements supposés auraient eu lieu à 20 jours de la désignation du pays hôte et après la clôture de l’enquête interne de la FIFA pour répondre aux accusations de corruption.

Les dirigeants d’Al-Jazira auraient offert 100 millions de dollars, chiffre sans précédent et qui ne serait versé sur un compte de la FIFA que si le Qatar remportait le scrutin de la Coupe du monde en 2010. La FIFA aurait ainsi violé ses propres règles puisque la chaîne est la propriété et sous le contrôle de l’émir du Qatar, Cheikh Hamad bin Khalifa Al Thani. Arrêter la démonstration et les investigations là ? Par question pour le média britannique.

Il aurait également découvert un nouveau versement de l’ordre de 480 millions de dollars, trois ans plus tard, juste avant que l’instance n’arrête son enquête concernant justement l’éventuelle corruption. Cette pièce a été portée au dossier d’une nouvelle enquête menée maintenant par la justice suisse, sachant que le siège de la fédération international se trouve à Zurich, en Suisse.

Le journal britannique explique que c’est donc près d’un milliard de dollars qui ont été versés par le Qatar à la FIFA, à des moments cruciaux, pour s’adjuger l’organisation de la Coupe du Monde 2022. Des experts, cités dans l’article, expliquent qu’il serait compliqué de justifier le contrat télévisuel puisque celui-ci est cinq fois plus important que ceux habituellement signés.  Devant cette bombe lâchée par le quotidien britannique, la FIFA a automatiquement réagi via un communiqué :

« Les allégations liées à la candidature de la Coupe du monde de la Fifa 2022 ont déjà été largement commentées par la Fifa, qui a publié en juin 2017 le rapport Garcia dans son intégralité sur Fifa. com. Par ailleurs, la Fifa a déposé une plainte pénale auprès du Bureau du procureur général de la Suisse, qui est toujours en instance. La Fifa coopère et continuera de le faire avec les autorités. D’une manière générale et depuis la mise en œuvre des réformes en 2016, la Fifa n’a cessé d’améliorer ses normes de gouvernance et de conformité, y compris en matière de transparence et d’équité de ses accords commerciaux. » plus loin, les personnes impliquées dans cette affaire essaient de faire porter le chapeau à l’autre. On retrouve dans ce lot, blatter l’ancien président de la FIFA, Nicolas Sarkozy et Michel Platini.

L'ex-président de la Fifa, Sepp Blatter, a de nouveau assuré lundi que l'attribution du Mondial-2022 au Qatar résultait de l'intervention de Nicolas Sarkozy auprès de Michel Platini. « Je ne comprends pas cette réouverture d'un dossier de présumée corruption qui, avec la publication du rapport Garcia, avait été clos », a réagi M. Blatter, interrogé par l'AFP au lendemain de révélations sur un présumé contrat secret entre la Fifa et la chaîne de télévision Al Al-Jazeera. « De toute façon la désignation/élection du Qatar pour la Coupe du monde 2022 a été faite suite à l'intervention politique du président de la République, Nicolas Sarkozy, demandant à Michel Platini de voter avec ses proches pour le Qatar », a expliqué M. Blatter, suspendu par la justice interne de la Fifa pour un paiement controversé à Platini. « Ces quatre voix ont fait pencher la balance pour le Qatar et contre les USA. Et cette situation a engendré les attaques des perdants contre la Fifa et ma personne : l'Angleterre perdante contre la Russie pour 2018 et les USA, perdants face au Qatar », a ajouté M. Blatter. Pourrait on arracher cette compétition au Quatar ?

En novembre 2014, l’allemand Hans-Joachim Eckert, coprésident du comité d’éthique de la FIFA, avait rendu ses conclusions à partir du rapport d’enquête réalisé par l’ex-procureur américain Michael Garcia sur l’attribution des Mondiaux 2018 et 2022.

Il avait estimé que si des conduites douteuses avaient accompagné le processus d’attribution du Mondial, elles ne pouvaient être qualifiées de faits de corruption ni remettre en cause le vote d’attribution. Si le doute existe encore sur le déroulement de la compétition, on sait néanmoins de quelle manière elle a été obtenue.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.