Le salut militaire des joueurs de football turcs censuré par M6 ?

Plusieurs joueurs de l’équipe nationale turque ont exécuté un salut militaire considéré comme une potentielle « provocation politique ». Mais les images n'ont pas été diffusées.

L'UEFA a ouvert une enquête disciplinaire à l'encontre des joueurs turcs qui  avaient célébré leurs buts par un salut militaire en soutien à leurs soldats en guerre lors de matchs disputés en pleine offensive turque dans le nord de la Syrie. Le président Recep Tayyip Erdoğan a vigoureusement critiqué l'instance basée à Nyon ce jeudi en conférence de presse  depuis Ankara. Il a accusé l’UEFA d’avoir adopté une «  attitude discriminatoire  » contre la Turquie : « Les athlètes qui représentent notre pays à l'étranger sont victimes d'une campagne de lynchage depuis le début de l'opération.  Nous rejetons l'attitude discriminatoire, injuste et politique à l'encontre de notre équipe nationale et nos clubs. »

L’UEFA a annoncé le 15 octobre l’ouverture d’une enquête disciplinaire visant la Turquie et portant sur une potentielle «  provocation politique  » à la suite des saluts militaires effectués par ses joueurs lors de matches contre l’Albanie et la France, qualificatifs à l’Euro-2020. Les joueurs de l’équipe de Turquie ont effectué un salut militaire après avoir égalisé contre l’équipe de France le 14 octobre à Paris, un signe de soutien aux militaires participant à l’offensive d’Ankara contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie. Après leur égalisation (1-1) face aux Bleus au Stade de France, les joueurs turcs se sont dirigés vers le point de corner pour célébrer leur but en faisant référence à l'intervention militaire de la Turquie en Syrie. Les joueurs ont même réitéré ce geste politique, toujours dans l'enceinte du stade, à la fin de la rencontre.

Aucune de ces images n'a été diffusée à la télévision, même si une photo de la célébration s'est rapidement propagée sur les réseaux sociaux. Plusieurs ministres du président Erdogan l'ont partagée. C'est le cas notamment du ministre des Sports, Mehmet Kasapoglu, qui a assisté au match. En France en revanche, la ministre des Sports Roxana Maracineanu a demandé sur Twitter à l'UEFA "une sanction exemplaire": "Merci à la Fédération française de football et aux forces de l'ordre pour leur travail afin d'assurer le bon déroulement du match. Les joueurs turcs ont gâché ces efforts en réalisant un salut militaire, contraire à l'esprit sportif", a-t-elle regretté.

Ce geste a suscité l'indignation en France, où plusieurs responsables politiques avaient appelé à l'annulation de la rencontre après un premier salut militaire exécute par les joueurs turcs lors du match contre l'Albanie quelques jours auparavant. Les médias progouvernementaux turcs ont tourné en dérision la polémique, publiant des photos montrant l’attaquant français Antoine Griezmann adressant un salut militaire au président Emmanuel Macron lors de la remise de la Légion d’honneur aux Bleus en juin, mais également après la finale du Mondial en Russie. «  Quand l’un des athlètes de Macron fait ce geste devant lui, vous ne lui imposez aucune sanction  ? «, s’est indigné l'homme fort du régime turc jeudi, en défendant le droit des athlètes turcs «  de saluer nos soldats après une victoire ».

Mais fallait-il censurer ces images, comme l'a fait M6 ? Pour chaque rencontre à domicile d'une sélection, c'est le diffuseur local qui produit les images du signal international pour l'ensemble des territoires détenteurs des droits. Le jour du match, M6 et son prestataire AMP Visual étaient donc aux manettes de la production et de la réalisation de France-Turquie. Le groupe M6 nous explique ce mardi avoir respecté « un cahier des charges de l'UEFA, dans lequel il est demandé de ne pas diffuser tout signe ou banderole à connotations politiques ».

M6 assure ne pas avoir fait preuve de censure lors de la réalisation de la rencontre : « Le premier salut a été réalisé après le but turc au moment où nous diffusions le ralenti du but. Le second salut a lui été réalisé après la fin du match au moment où nous étions en interview avec les joueurs. Si intervention il y avait dû avoir, cela aurait été fait en respect du cahier des charges de l'UEFA. » Un salut militaire effectué pendant les hymnes par les joueurs sur lesquels les caméras sont fixées, aurait sûrement été plus embarrassant à gérer...

turcs

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.