Sepp Blatter veut poursuivre la FIFA et Gianni Infantino en justice

L'ancien patron de la FIFA Sepp Blatter a affirmé mercredi dans un entretien qu'il avait l'intention de poursuivre l'instance dirigeante du football mondial et son président actuel Gianni Infantino pour avoir diffusé de fausses informations et porté atteinte à sa réputation.

b9719524288z-1-20190508214218-000-g12digmmq-2-0

Pour l’ancien président de l’instance mondiale du football « de fausses informations et une représentation mensongère » des faits. Blatter a notamment contesté les allégations selon lesquelles, à la suite de la coupe du monde 2014 au Brésil, il aurait reçu une prime de 12 millions de francs suisses (environ 10,5 millions d'euros).

Aussi En 2014, un vaste trafic de billets d'entrées pour les matchs est démantelé par la police brésilienne. Un membre de la FIFA, Mohamadou Lamine Fofana ainsi que le directeur de la société Match Hospitality, Ray Whelan, sont arrêtés par la police. Le trafic pèse 70 millions de dollars et date des quatre dernières coupes du monde. La société suisse Match Hospitality est un prestataire exclusif de la FIFA, cette société suisse appartient à la société suisse Infront Sports and Media, dirigée par Philippe Blatter, le neveu de Sepp Blatter.

La rage contre Gianni infantino 

« L'information selon laquelle j'ai reçu ce bonus est fausse », a-t-il ajouté. Il a également estimé que de fausses allégations avaient été faites au sujet de sa retraite et a déploré que la FIFA n'ait pas restitué ses biens, confisqués après sa suspension, notamment une précieuse collection de montres et des documents personnels. « La façon dont mon successeur m'a traité est incompréhensible, étant donné qu'il a repris une organisation très rentable », a-t-il déclaré.

Depuis le scandale à la FIFA, la vie de blatter semble compliquée, sans oublié celle de sa famille. Ce dernier est prêt à parier que l’actuel président Gianni infantino y est pour quelque chose. Il est convaincu que ce dernier est prêt à lui mener la vie très dure.  Cependant se faire marcher là-dessus, c’est hors de question pour blatter. Il compte attaquer et se faire justice on peut même parler de revanche.

« Une organisation très rentable ». Est ce là, la finalité de la FIFA ? Quid du développement du football dans le monde qui devrait passer par le soutien à tous les pratiquants de ce sport ? « Je vais engager des poursuites judiciaires contre Gianni Infantino et la FIFA, a lancé Sepp Blatter, au magazine suisse Weltwoche. J'en ai assez. Trop, c'est trop. » L'ancien patron de la Fifa a l'intention de poursuivre l'instance dirigeante du football mondial et son président actuel, Gianni Infantino, pour avoir diffusé de « fausses informations » et porté atteinte à sa réputation.

Des enrichissements personnels

Sont accusés d ’enrichissement personnel par la FIFA, l'ancien président de la Fédération internationale de football, son ancien secrétaire général Jérôme Valcke et un troisième cadre de l'organisation se sont coordonnés pour s'enrichir en augmentant leurs salaires et leurs primes, a annoncé la FIFA. La fédération a précisé que les trois hommes avaient reçu 79 millions de francs suisses (71,29 millions d'euros) en cinq ans. L’organisme footballistique dit avoir transmis ces informations aux instances judiciaires suisse et américaine.

De la puissance à la descente aux enfers

Le 24 septembre 2015, le Ministère public de la Confédération, en Suisse, a ouvert une procédure pénale contre Sepp Blatter pour soupçon d'un « paiement déloyal » de deux millions de francs suisses en faveur de Michel Platini, ainsi que d’avoir signé un contrat défavorable à la FIFA avec l’Union caribéenne de football. Selon l'article 158 du Code pénal suisse, la gestion déloyale est passible d'emprisonnement en cas de condamnation. Néanmoins, Sepp Blatter conserve son poste de président de la FIFA.

À la suite de cette affaire, la commission d'éthique de la FIFA suspend Sepp Blatter de manière provisoire, le 8 octobre 2015, pendant 90 jours. Le 21 décembre 2015, cette même commission le reconnait coupable et le condamne à huit ans de suspension de toute activité liée au football. Le 24 février 2016, la cour d'appel de la FIFA réduit la suspension à six ans. Le 5 décembre 2016, Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) confirme la décision de la cour d'appel de la FIFA de la suspension pendant une durée de six ans de toute activité liée au football. À l'instar de Michel Platini. La bataille entre les anciens dinosaures du football est loin d’être terminée, elle laissera encore des traces.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.