Conflit entre Neymar, le fisc espagnol et le Barça : La tension monte

La patrouille du fisc espagnol à la poursuite de Neymar, elle enquête actuellement sur la prime pactée avec le FC Barcelone et le salaire de ses premiers mois en tant que joueur du Paris Saint-Germain.

conflit-entre-neymar-le-fisc-espagnol-et-le-barca-la-tension-monte

Selon le quotidien espagnol 'El Mundo', Neymar serait sous enquête du fisc espagnol pour la prime de prolongation de contrat pour laquelle il est en conflit avec le Barça. Le fisc aurait demandé à recevoir les documents qui pourraient être importants et qui seront utilisés lors du procès de septembre prochain entre le club catalan et le joueur devant les prud'hommes de Barcelone.

Résidant fiscal en Espagne en 2017, l’année de son départ au PSG pour une indemnité de transfert record de 222 millions d’euros, Neymar avait pour obligation d’y déclarer ses revenus, aussi bien ceux touchés en Espagne que ceux touchés en France.

Le Barça avait payé cette prime au Brésilien à l'été 2017, juste avant qu'il ne rejoigne le PSG. Lors de la prolongation de contrat en 2016, Neymar et le Barça s'étaient mis d'accord sur un versement de 40 millions d'euros pour la prolongation du contrat. 14 millions ont été payés au moment de la signature, alors que les 26 restants représentaient un bonus de fidélité à payer en septembre 2017 si le 31 juillet l'attaquant n'avait pas négocié avec un autre club.

Mais après le départ de Neymar au PSG en août 2017, le club catalan s’était refusé à lui verser 26 millions d’euros de primes promis en 2016. Il avait en outre déposé plainte contre le joueur pour non-respect de contrat, lui réclamant la restitution de la prime déjà versée ainsi que 8,5 millions d’euros de dommages. Neymar demande les 26 millions plus les intérêts et les catalans demandent au joueur 75 millions d'indemnisation pour ne pas avoir respecté le contrat. Neymar a lui déposé une requête contre son ex-club auprès de la chambre de résolution des litiges de la Fifa, pour réclamer le paiement de cette prime.

Le centre des impôts espagnol souhaite vérifier que la vedette parisienne est bien en règle et a bien payé les taxes qu’il devait suite à cette prolongation et son départ vers la France. Dans les chiffres, Neymar doit exactement 64,4 millions d’euros brut de taxes au fisc sur la prime liée au prolongement de son bail en Catalogne.

En effet Neymar était considéré comme résidant espagnol durant l'année 2017 puisqu'il est parti en août de la même année et est obligé de payer au fisc espagnol les impôts correspondants aux revenus obtenus du Barça et du PSG. Vu les efforts consentis par le Barça pour le faire venir en Espagne et en tant qu’un produit phare de La Liga, le prodige brésilien en plus d’avoir fracassé le cœur du Barça a aussi brisé celui de la ligue espagnole. Des lors on s’attend à un bras de fer énorme entre le brésilien et le fisc espagnol qui depuis un bon moment, ne cesse d’avoir raison sur les joueurs accusés.

Enfin, selon le média espagnol, le brésilien est aussi sous enquête pour ses revenus des trois premiers mois au PSG. En signant un contrat de 5 ans en faveur du PSG, le Brésilien a conclu une rémunération annuelle de 30 millions d'euros net-net (après paiement des cotisations sociales et de l'impôt sur le revenu). Le salaire comprend un fixe de 25,5 millions d'euros en plus des 4,5 millions d'euros qui correspondent à une prime d'éthique. Le fisc espagnol pense que les trois premiers mois des revenus n’ont pas été respectés et que le club de la capitale aurait caché les vrais dessous du contrat.

Tout simplement le Barça suspecterait Neymar d’avoir signé sa prolongation incluant cette prime de 40 M€ en 2016 afin de la toucher, alors qu’il se serait engagé dans le même temps avec le PSG pour débarquer dans la capitale française un an après. Un scénario qui, s’il est vérifié, promet de rendre encore plus électrique le climat entre les deux parties en septembre prochain !

En janvier, Cristiano Ronaldo a été condamné à une peine de deux ans de prison, qu’il n’aura pas à purger. Selon une source judiciaire, entre sanctions et remboursement du montant de l’évasion fiscale, l’affaire a coûté 18,8 millions à l’ancienne star du Real Madrid, aujourd’hui à la Juventus.

Et la grande star du FC Barcelone, Lionel Messi, a été condamné pour sa part en 2016 à 2 millions d’euros d’amende et une peine de 21 mois de prison commuée en une amende supplémentaire de 252.000 euros. La guerre entre le fisc espagnol et les stars du ballon rond continue.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.