Manchester City exclut de la prochaine ligue des Champions par l’UEFA ?

Selon le très sérieux New York Times, l'UEFA souhaiterait exclure Manchester City de la C1. Le tout frais double champion d'Angleterre en titre fait l'objet d'une enquête pour violation des règles du fair-play financier. Et l’instance du football européen pourrait trancher avant la fin de la semaine.

manchester-city-enfin-rattrape-par-l-uefa-dans-le-cadre-du-fair-play-financier

Sous la menace de l'UEFA depuis plusieurs mois, le club qui a été sacré champion d'Angleterre dimanche pourrait être exclu de la Ligue des champions pour avoir violé les règles du fair-play financier. C'est en tout cas ce qu'a recommandé l'instance, comme le rapporte ce lundi le très sérieux New York Times sur son site internet. Selon le quotidien américain, l'UEFA veut exclure pour une saison les Citizens de la principale épreuve européenne, qu'ils n'ont jamais remportée. La décision de l'UEFA pourrait être annoncée dès cette semaine, indique le journal américain. Le New York Times précise qu’il n'est pas clair si cette suspension, si elle est décidée, prendrait effet pour la prochaine saison (2019-20, NDLR) ou pour 2020-21.

Des contrats surévalués ?

Le quotidien américain, citant sans les nommer des personnes proches du dossier, indique que l'UEFA devrait épingler Manchester City, détenu depuis 2008 par un membre de la famille régnante d'Abou Dhabi, pour avoir fait des déclarations erronées lors d'une précédente enquête et pour avoir surévalué des contrats de sponsoring. Manchester City fait l'objet d'une nouvelle enquête de l'UEFA pour plusieurs violations présumées des règles du fair-play financier (FPF) depuis début mars.

Dans la foulée, la Premier League, qui gère le championnat d'Angleterre de football, a annoncé qu'elle enquêtait aussi sur les finances de Manchester City. Le club anglais est avec le Paris Saint-Germain l'un des clubs pointés du doigt par les Football Leaks qui ont révélé qu'Abou Dhabi aurait apporté 2,7 milliards d'euros à Manchester City en sept ans notamment via des contrats de sponsoring surévalués.

Le rêve des propriétaires émiratis de Manchester City de soulever un jour la Ligue des Champions pourrait-il être mis à mal ? Pour la saison prochaine, il y a peu de doutes mais en 2020-2021 la question se pose. Au lendemain des révélations du New York Times concernant une possible exclusion des Citizens de toutes compétitions européennes pour non-respect du fair-play financier, Sky Sports a remis de l’eau sur le feu ce mardi. Le média britannique annonce qu’un panel d’enquêteurs de l’UEFA sur la partie financière a pour intention de recommander une suspension d’un an au club du Pep Guardiola. Resté muet depuis l’information révélée lundi, le club anglais a décidé de sortir du silence par l’intermédiaire d’un communiqué.

Manchester City dénonce des personnes qui cherchent à lui nuire

Dans ce dernier, City rappelle sa bonne foi quant à l’application du fair-play financier depuis sa mise en place en 2011 malgré une première amende de 60 millions d’euros en 2014. Le double champion d’Angleterre en titre trouve préoccupant que de telles inepties puissent sortir dans les médias avec comme sources « des personnes familières avec l’affaire ». « Les implications sont que la bonne foi de Manchester City envers la CFCB est déplacée ou que le processus de la CFCB est présenté de manière erroné par des personnes qui cherchent à nuire à la réputation du club et à ses intérêts commerciaux. Ou les deux.

Les comptes publiés par Manchester City sont complets et relèvent du casier judiciaire et réglementaire. Les accusations d’irrégularités financières sont entièrement fausses et une preuve complète de ce fait a été fournie au CFCB. »

Des méthodes douteuses...

Football leaks, atteste que le président lillois Gérard Lopez et son directeur général Marc Ingla ont collaboré avec Manchester City afin d’aider le club anglais, via la société d’investissement luxembourgeoise de tierce propriété (TPO), Mangrove Capital Partners, créée et détenue par Lopez, à contourner les règles du fair-play financier. Le but étant de créer un fond d’investissement qui gérerait des actifs de joueurs pour le compte de Manchester City, mais sans que le club mancunien ne soit officiellement impliqué dans les transactions afin de ne pas affecter les finances des Citizens dans l’optique du respect du fair-play financier. Dans un courrier déterré par Football Leaks, l’actuel DG du Losc écrivait en juillet 2013 à un cadre de City que « les investisseurs doivent être indépendants du club partenaire pour ne pas être une partie liée et ainsi contourner les règles du fair-play financier ». N’ayant aucun lien juridique avec City, MCP se propose donc d’être le prête-nom des Citizens où, comme ils l’écrivent eux-mêmes, le « facilitateur clé pour éviter les règles » du FPF.

Marc Ingla et Gérard Lopez proposent alors un schéma juridique complexe (avec la création d’une société offshore basée aux îles Caïmans) afin de satisfaire aux demandes du club anglais. « On a spécifié de façon plus détaillée qui fait quoi et comment la marque MC (Manchester City) sera déguisée », écrit très clairement Marc Ingla le 27 juin 2013.

Manchester City a déjà écopé d'une amende de 60 millions d'euros en 2014 (dont 20 millions ferme), pour avoir enfreint les règles du FPF. Le club avait aussi été condamné à ne pouvoir aligner que 21 joueurs en C1 la saison suivante, contre 25 en temps normal.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.