Mort d'Emiliano Sala : Le joueur et le pilote empoisonnés avant le crash de l’avion

Le bureau d'enquête britannique des accidents aériens a dévoilé ce mercredi de nouveaux éléments concernant la tragique disparition d'Emiliano Sala en janvier dernier. L'attaquant argentin et le pilote de l'avion, David Ibbotson, ont été exposés à des niveaux nocifs de monoxyde de carbone.

le-montant-du-transfert-de-sala-engendre-un-bras-de-fer-entre-nantes-et-cardiff

La disparition du footballeur avait suscité d’énormes interrogations, alors que l'attaquant argentin venait d'être transféré de Nantes à Cardiff, où il se rendait au moment de l'accident. Sept mois après la tragique disparition de l’Argentin, ces nouveaux éléments du bureau d’enquête britannique, viennent réveiller une affaire qui n’a jamais été élucidée. Selon le célèbre media anglais BBC et les tests toxicologiques, le sang du footballeur argentin Emiliano Sala, retrouvé mort après le crash de son avion le 21 janvier, dans la Manche contenait une dose très importante de monoxyde de carbone.

« Les tests toxicologiques ont révélé que le passager présentait un niveau de saturation élevé en COHb (le produit associant le monoxyde de carbone et l'hémoglobine). Il est considéré probable que le pilote aurait également été exposé au monoxyde de carbone », peut-on lire dans le bulletin de l'AAIB publié ce jeudi 14 août.

Comment le monoxyde de carbone a-t-il pu pénétrer la cabine ?

Quelqu’un en voulait t’il à la vie du joueur et du pilote ? Une chose est sûre, ce produit n’a pas atterri seul dans la cabine.

Si l'enquête continue d'évaluer plusieurs pistes liées à un accident, l'étude sur « les moyens potentiels par lesquels le monoxyde de carbone a pu pénétrer dans la cabine de l'avion » semble désormais privilégiée, a précisé l'AAIB. Selon les enquêteurs, « une mauvaise étanchéité de la cabine ou des fuites dans les systèmes de chauffage et de ventilation par les gaz d'échappement » pourraient être en cause.

Un homme arrêté pour homicide involontaire

L'AAIB avait déjà établi précédemment que l'avion qui transportait Emiliano Sala, un monomoteur qui « partait en lambeau » selon le dernier message du footballeur, n'était pas autorisé à effectuer des vols commerciaux.

David Henderson, un homme de 64 ans originaire du Yorkshire (nord de l'Angleterre) avait été arrêté en juin dernier pour homicide involontaire. Libéré après sa garde à vue, il coopère avec les enquêteurs, avait ajouté dans un communiqué la police du Dorset (sud de l'Angleterre), qui avait refusé de donner plus de précisions sur son identité. Selon le « Times » du 20 juin dernier, ce pilote privé travaillait régulièrement avec Willie McKay, un intermédiaire dont le fils Mark était missionné par le FC Nantes pour trouver un club acheteur pour Sala. Willie McKay, qui a aidé le joueur à arranger son vol, avait accusé en février le club de Cardiff d'avoir « abandonné » Emiliano Sala. Le club gallois avait de son côté indiqué avoir proposé un vol commercial au joueur qui avait décliné. Willie McKay avait dit être passé par l'intermédiaire d'un pilote expérimenté, David Henderson, pour organiser le vol. Mais c'est un autre pilote, David Ibbotson, 59 ans, qui était aux commandes de l'avion le jour du crash.

Ambiguïté autour de la tragédie

Il a été affirmé dans un premier temps que le voyage d'Emiliano Sala avait été organisé par le club de Cardiff et que l'avion était la propriété du président du club de Cardiff, Mehmet Dalman. Celui-ci a démenti, précisant que le club avait proposé au joueur un vol commercial vers Paris, mais que celui-ci avait préféré s'organiser lui-même. Selon un ami du joueur, il ne voulait pas prendre l'avion ce soir-là mais le lendemain matin.

Trois personnes auraient passé les contrôles d'identité à l’aéroport de Nantes-Atlantique et rejoint le tarmac, ce qui laissait supposer que l'avion transportait une troisième personne. Mais selon le contrôle aérien, il n'y aurait eu que deux personnes à bord.

Des sources de la presse française ont d'abord affirmé que le pilote était David Henderson, un britannique d'une soixantaine d'années dont le nom aurait figuré dans les registres du vol. D'autres ont supposé qu'il pourrait être la troisième personne contrôlée, et ne pas avoir finalement embarqué dans l'avion. Mais le lendemain de la disparition de l'avion, l'intéressé a confirmé être bien vivant et démenti avoir été présent à Nantes ce soir-là.

Willie McKay, qui avait été mandaté par Nantes pour vendre le joueur, a affirmé avoir arrangé le vol gracieusement pour Emiliano Sala auprès de David Henderson, un pilote qui l'avait lui-même déjà transporté de nombreuses fois. C'est ce dernier qui aurait proposé à David Ibbotson de le remplacer en lui demandant « si il voulait passer un week-end à Nantes ». En tant que pilote privé, David Ibbotson ne pouvait pas se faire rémunérer pour le vol. Les frais d'hôtel et les taxes aéroportuaires auraient été réglés avec la carte bancaire de David Henderson, ce qui serait à l'origine de la confusion sur l'identité du pilote.

Un témoin près de Granville a signalé au centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de Jobourg avoir observé une lueur dans le ciel, semblable à une étoile filante. L'heure et la direction correspondraient à la disparition de l'avion, survenue pourtant à plus de 100 km. Selon une information du site de la BBC, D. Ibboston serait daltonien et, pour cette raison, n'aurait pas eu la qualification vol de nuit.

L’accident de l'avion dans lequel le footballeur argentin Emiliano Sala a trouvé la mort s'est produit le lundi 21 janvier 2019 alors que l’avion léger Piper Malibu qui le transportait de Nantes à Cardiff, deux jours après l'officialisation de son transfert au Cardiff City FC, a disparu à 21h23, à 22 nautiques dans le nord de l'île Anglo-normande de Guernesey.

Après des premières recherches aériennes, infructueuses, l'épave est retrouvée au fond de la Manche le 3 février 2019 ; un corps qui s’avèrera par la suite être celui d’Emiliano Sala est remonté à la surface trois jours après et identifié le 7 février 2019. Le corps du pilote britannique de l'avion, David Ibbotson, n'a toujours pas été retrouvé.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.