Mkhitaryan privé de finale en raison du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan

Le milieu arménien ne devrait pas être du déplacement à Bakou pour disputer la finale de Ligue Europa le 29 mai contre Chelsea en raison des tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

ligue-europa-mkhitaryan-prive-de-finale-en-raison-du-conflit-entre-l-armenie-et-l-azerbaidjan

Henrikh Mkhitaryan ne prendra pas l’avion avec l’équipe d’Arsenal pour participer à la finale de l’Europa League, le 29 mai, à Bakou, en Azerbaïdjan. Son club a annoncé que le milieu de terrain arménien ne disputera pas ce match en raison de craintes pour sa sécurité.

« Nous sommes très déçus de devoir annoncer que Henrikh Mkhitaryan ne fera pas partie du voyage (en Azerbaïdjan) pour disputer la finale de la Ligue Europa contre Chelsea », a annoncé Arsenal dans un communiqué diffusé mardi 21 mai. Mkhitaryan est la victime collatérale d’un conflit de longue date entre son pays, l’Arménie, et le pays hôte de la finale, l’Azerbaïdjan. Les deux nations revendiquent leur souveraineté sur la région du Haut-Karabag, rendant les voyages des ressortissants arméniens en Azerbaïdjan très délicats.

Le nœud du problème

Faisons tout d’abord un court rappel historique. Le Haut-Karabakh est une région qui fut rattachée à la République socialiste soviétique d’Azerbaïdjan sous Staline, majoritairement peuplée d’Arméniens. À la fin des années 1980, le Haut-Karabakh, soutenu par l’Arménie, réclame son indépendance, ce qui déclenche un conflit ouvert entre Erevan et Bakou. Celui-ci se termine en 1994 à la défaveur de l’Azerbaïdjan, avec un accord de cessez-le-feu signé le 16 mai 1994. L’Arménie occupe environ 15 à 20% du territoire azerbaïdjanais, dont le Haut-Karabakh mais également des territoires à l’Ouest, au Sud et à l’Est. Le conflit a provoqué plus d’un million de réfugiés, dont la grande majorité en Azerbaïdjan.

En avril 2016, une résurgence de ce conflit d’une ampleur inédite, appelé parfois « guerre des 4 jours » a provoqué environ 200 victimes. Le rapport de l’International Crisis Group fait le point sur les conséquences de ce « réchauffement » sur la dynamique du conflit.

Les affrontements d’avril 2016 ont effectivement représenté un point d’inflexion dans les rapports de force qui prévalaient depuis la signature du cessez-le-feu en 1994. L’Azerbaïdjan a récupéré environ 2000 hectares de territoires occupés par l’Arménie depuis 1994, cette dernière n’ayant pas su résister aux assauts de son voisin. Côté azerbaïdjanais, la sensation que le rapport de force a évolué en sa faveur risque d’encourager les partisans d’une solution militaire, qui se sont fait plus vocaux cette dernière année.

« Un déchirement pour moi » et une histoire qui se répète pour le joueur

En octobre dernier, Mkhitaryan n'avait déjà pas accompagné son club en Azerbaïdjan pour affronter Qarabag en C3. En 2015, il ne s'y était pas rendu non plus pour disputer un match de Ligue Europa opposant son précédent club, le Borussia Dortmund, au Galaba FK. À nouveau, la star arménienne estime qu'elle ne sera pas en sécurité.

« Après avoir examiné toutes les options à notre disposition, nous avons dû prendre la difficile décision de renoncer à ce que je fasse partie du voyage avec l'équipe pour la finale de Ligue Europa face à Chelsea », a-t-il tweeté. « Disputer une telle finale est une occasion qui ne se présente pas tous les jours pour un joueur et je dois admettre que c'est un déchirement pour moi de ne pas pouvoir y participer », a ajouté le milieu offensif.

En réponse, l'Azerbaïdjan s'est voulu rassurante. Le pays assure qu’il n’y a aucun problème concernant la sécurité d’Henrikh Mkhitaryan et a appelé Arsenal à ne pas mélanger le sport et la politique. « Malgré les relations compliquées entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, Mkhitaryan peut jouer la finale », a ainsi déclaré la porte-parole de la diplomatie azerbaïdjanaise, Leyla Abdullayeva. « Des sportifs arméniens ont déjà participé à plusieurs événements importants que l'Azerbaïdjan a accueillis », a-t-elle ajouté.

Arsenal a écrit à l’UEFA

« Nous avons écrit à l’UEFA pour faire part de notre profonde inquiétude à propos de cette situation. Nous sommes très tristes qu’un joueur manque une finale européenne majeure dans de telles circonstances. » Mkhitaryan est la victime collatérale d’un conflit de longue date entre son pays, l’Arménie, et le pays hôte de la finale, l’Azerbaïdjan. Les deux nations revendiquent leur souveraineté sur la région du Haut-Karabag, rendant les voyages des ressortissants arméniens en Azerbaïdjan très délicats.

Si ce forfait se confirme, Arsenal perdrait l'un des grands artisans de sa très bonne campagne européenne cette saison. Joueur clé du milieu de terrain, auteur de trois passes décisives sur l'ensemble des onze matches, Mkhitaryan s'était particulièrement illustré en demi-finale sur la double confrontation face à Valence.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.