Corruption dans le football belge : Michel Louwagie entendu par la police judiciaire

Transferts douteux, matchs truqués, fraude fiscale… Les enquêtes judiciaires se multiplient depuis un an, en Belgique. Une histoire qui en plus de faire des victimes, a terni l’histoire du football belge. C’est dans ce contexte que le dirigeant de la Gantoise a été entendu ce mercredi par la police.

corruption-dans-le-football-belge-le-president-de-la-gantoise-entendu-par-la-police-judiciaire

Le manager de La Gantoise, Michel Louwagie, a été entendu mercredi à Hasselt par la police judiciaire fédérale. Cette audition se tenait dans le cadre de l'enquête sur les transferts frauduleux dans le football belge. On ignore si M. Louwagie devait être entendu comme témoin ou suspect potentiel. D'autres responsables de clubs et de l'Union belge ont été interrogés dans ce dossier.

Plusieurs ont déjà subi le même sort que le manager de la Gantoise. Les anciens présidents et CEO de l'Union belge, François De Keersmaecker et Steven Martens, ont ainsi été entendus, tout comme l'ancien entraîneur national et du FC Bruges, Georges Leekens. Il y a deux semaines, c'était au tour du président du FC Bruges, Bart Verhaeghe, et du manager général, Vincent Mannaert. Des personnalités d'autres clubs ayant eu affaire avec MM. Veljkovic ou Bayat devront très probablement aussi se justifier. Pour l’heure, il était question d’entendre Michel louwagie qui a pour l’instant le soutien de son entourage. Du côté de la Gantoise, on joue la carte de la tranquillité, de celui qui n’a rien à se reprocher : Le club KAA Gent (La Gantoise) est convaincu et confirme qu'il n'y a absolument aucun indice et qu'il ne pourrait y en avoir d'une éventuelle implication malhonnête du club dans le dossier Mains propres « a fait savoir le club gantois mercredi matin.  Nous tenons à en informer et à rassurer nos supporteurs et actionnaires. AA Gent pense qu'un travail exceptionnel et méticuleux est effectué au travers de l'enquête judiciaire à Hasselt, ce qui ne peut faire que le plus grand bien à notre football professionnel. C'est la raison pour laquelle le club a collaboré dès le début. Des représentants (managers et administrateurs) de plusieurs clubs de première division ont déjà été entendus et l'audition de notre manager général, qui n'a de toute façon duré qu'une heure à peine, constitue une étape logique. »

Marché des transferts

L'enquête met à jour des pratiques douteuses établies entre les agents des joueurs et les clubs. Certains de ces derniers emploient les agents directement pour que ceux-ci s'occupent du mercato à la place de leurs employeurs. Les agents étant également rémunérés par les joueurs recrutés peuvent donc être payés par chaque acteur du transfert : le club vendeur, le club acheteur, et le joueur transféré. Sur la saison 2017-2018, 10 % des revenus des clubs sont consacrés à régler les appointements des agents ; un tiers de cet ensemble se concentre sur cinq agents, dont Mogi Bayat, désigné comme l'un des acteurs majeurs du système.

Celui-ci est arrêté en octobre 2018, et passe un mois et demi en prison, sans effet. Son frère, Mehdi Bayat, membres des instances dirigeantes du football belge et administrateur du Royal Charleroi Sporting Club, est élu président de la fédération à l'été 2019. Les réformes attendues par le déclenchement de l'affaire ne sont pas mises en œuvre, Mehdi Bayat préférant que la FIFA remanie globalement le système des transferts.

De son côté, la Jupiler Pro League souhaite mettre en place une instance permettant de contrôler les flux financiers entre les différentes parties ; toutefois, l'interdiction à un agent d'être le représentant de plus d'un des acteurs d'un transfert n'a pas été retenue. Le directeur général de la Pro League, Pierre François, est lui-aussi montré du doigt pour ses relations avec des intermédiaires mis en cause dans cette affaire.

Matchs truqués

Initialement, l'enquête concerne des personnes remplissant les fonctions dites d'agent de joueurs et des agissements estimés suspects et illicites dans le cadre de transferts (montants exacts, commissions, rétro-commissions, interventions d'intermédiaires, utilisation de cadeaux de luxe pour lesquels des frais douaniers n'ont pas été réglés, etc.). Le dossier est donc principalement administratif et financier en regard des lois fiscales et/ou du Travail.

Aussi appelé "Footbelgate" ou le "Footgate" selon les médias. Le 10 octobre 2018, un scandale concernant plusieurs clubs de football belges éclate au grand jour. 44 perquisitions sont effectuées dans l'ensemble du pays. Le 12 octobre, le parquet fédéral annonce l'inculpation de 19 personnes, dont 9 sous mandat d'arrêt, dont Mogi Bayat, agent de joueurs omniprésent dans le milieu, et Herman Van Holsbeeck, manager du club d'Anderlecht.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.