Ballon d'Or Féminin 2019

Les Françaises Amandine Henry, Wendie Renard et Sarah Bouhaddi font partie des 20 joueuses nommées pour le Ballon d'Or féminin 2019. L'Américaine Megan Rapinoe, co-meilleure buteuse et meilleure joueuse de la Coupe du monde, apparaît comme la favorite à la succession d'Ada Hegerberg.

Qui succédera à Ada Hegerberg, la première lauréate du Ballon d'Or féminin ? Année de Coupe du monde oblige, les médaillées d'or américaines sont les plus représentées (Heath, Lavelle, Morgan, Rapinoe) parmi les 20 nommées, devant les finalistes malheureuses néerlandaises (Martens, Miedema, Van Veenendal), les bronzées suédoises (Asllani, Fischer, Jakobsson) et... les quarts de finalistes françaises, pour lesquelles les chances reposeront sur Amandine Henry, Wendie Renard et Sarah Bouhaddi.

À défaut d'avoir réalisé leur rêve devant leur public cet été, les trois coéquipières à l'OL ont pour argument d'avoir gagné la Ligue des champions. Ce qui vaut aussi pour l'Anglaise Lucy Bronze, l'Allemande Dzsenifer Marozsan (troisième l'année dernière) et la Norvégienne Hegerberg. Auteure d'un triplé en finale contre le FC Barcelone (4-1), cette dernière pourrait néanmoins payer son absence au Mondial, qu'elle avait choisi de boycotter en raison d'un différend avec sa fédération.

En 2018, pour le premier Ballon d'Or féminin de l'histoire, quinze joueuses, et non vingt comme en 2019, étaient nommées. Parmi elles, dix sont de nouveau présentes cette année. Il s'agit d'Ada Hegerberg (1re en 2018), Pernille Harder (2e), Dzsenifer Marozsan (3e), Marta (4e), Sam Kerr (5e), Lucy Bronze (6e), Amandine Henry (7e), Wendie Renard (7e), Megan Rapinoe (9e) et Lieke Martens (11e). Elles sont donc dix, également, à apparaître pour la première fois.

Au niveau des clubs, l'OL est de loin le club le plus représenté dans la liste des 20 nommées, devant le CD Tacon et l'Orlando Pride. On y compte six éléments du collectif de Reynald Pedros puis Jean-Luc Vasseur : Sarah Bouhaddi, Lucy Bronze, Amandine Henry, Dzsenifer Marozsan, Wendie Renard et bien sûr Ada Hegerberg, tenante du titre, qui, avec ses coéquipières, a notamment remporté de nouveau la Ligue des champions en écrasant le FC Barcelone en finale (4-1). Aucune autre joueuse de D1 féminine n'est parvenue à convaincre le jury. Le Championnat américain s'en sort également bien avec six éléments (Tobin Heath, Sam Kerr, Rose Lavelle, Marta, Alex Morgan et Megan Rapinoe.

marta2

À moins que Bronze - plus performante en club et brillante en France avec la sélection anglaise cet été - ne lui soit préférée, le trophée semble promis à Megan Rapinoe : co-meilleure buteuse et meilleure joueuse de la Coupe du monde, qu'elle a marquée de son empreinte sur comme en dehors des terrains, l'ailière américaine du Reign FC (NWSL), 34 ans, a été désignée joueuse de l'année par la FIFA le mois dernier, devant Bronze et sa compatriote Alex Morgan.

 

Pour ma part, mon vote irait à la joueuse brésilienne, Marta. Marta a reçu six fois le trophée Meilleure joueuse de la FIFA de la part de la FIFA en 2006, 2007, 2008, 2009, 2010 et 2018. En marquant sur penalty son dix-septième but en Coupe du monde le 18 juin 2019 face à l'Italie lors du premier tour de l'édition 2019 en France, Marta, déjà meilleure buteuse de l'histoire de la Coupe du monde féminine, dépasse le joueur allemand Miroslav Klose (16 buts), hommes et femmes confondus. Considérée comme la meilleure joueuse de tous les temps, plusieurs médias américains comparent l'influence de Marta à celle qu'ont eu Pelé, Ronaldo ou encore Romário sur la Seleçao. Pelé a lui-même accepté la comparaison. La légende vivante a aussi félicité personnellement Marta après la victoire des brésiliennes sur l'équipe des États-Unis en finale des Jeux panaméricains de 2007, dans un stade Maracana bondé de supporteurs. L'empreinte du pied de Marta est immortalisée gravée dans le ciment de l'enceinte du stade Maracana après cette finale, une première pour une footballeuse. Pour l'équipe féminine, les médias parlent d'une Marta dépendance, tant sa présence est forte. Malheureusement, le Ballon d'Or ne récompense pas toujours les meilleurs dans l'absolu, mais souvent les meilleurs joueurs de l'équipe qui a remporté le trophée le plus marquant de l'année.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.