Arbitrage vidéo : un premier bilan

L’arbitrage vidéo a récemment fait son apparition dans le monde du football. Le but de cette introduction était de réduire les injustices en aidant les arbitres à commettre moins d'erreurs. Mais ce but a-t-il été atteint ?

 

 

Il est certain que l'arbitrage vidéo peut servir à éviter des erreurs lorsque la faute commise est flagrante ou que tel but injustifié est accordé. On se souvient tous de ce but accordé en finale de la Coupe du Monde 1966, alors que le ballon n'avait pas franchi la ligne. Les images montrent clairement que le ballon n'est pas rentré dans le but et, si l'arbitre du match avait vu ces images, nul doute qu'il n'aurait pas accordé le but.

Mais les critiques sont nombreuses contre l'arbitrage vidéo. On lui reproche d'interrompre les parties pendant trop longtemps. Mais, surtout, il n'est pas certain qu'il mette fin aux injustices. Car les décisions prises au vu d'images vidéo sont elles aussi susceptibles d'être contestées. Les images vidéo sont sujettes à interprétation et là où les uns voient une faute commise par un défenseur, les autres voient un fait de jeu autorisé. 

Le débat ne fait que commencer...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.