Fair-play financier : Le Milan AC exclu de la prochaine Ligue Europa par l’UEFA

Le Milan AC, qualifié pour la Ligue Europa, a été exclu des compétitions européennes pour la saison 2019/2020 pour non-respect des règles du fair-play financier, a annoncé le Tribunal arbitral du sport (TAS) ce vendredi.

fair-play-financier-le-milan-ac-exclu-de-la-prochaine-ligue-europa-par-l-uefa

Cette fois, c'est officiel : le Milan AC ne verra pas la Ligue Europa la saison prochaine. Cinquième à l'issue de cette saison de Serie A, le club lombard a été suspendu pour un an de compétition européenne par le Tribunal arbitral du sport de Lausanne ce vendredi, mettant ainsi fin à plusieurs mois d'incertitudes entre le club lombard et l'UEFA. La sanction, rendue publique ce vendredi à l'issue d'une longue procédure, résulte d'un accord entre le club lombard et l’UEFA ; accord validé par le Tribunal administratif du sport.

Sur le plan sportif, Milan sort d'une saison compliquée (5e de Serie A, à un point de l'Inter et du dernier billet pour la Ligue des champions), conclue par le départ de l'entraîneur Gennaro Gattuso et du directeur sportif Leonardo. Les difficultés se sont accumulées ces derniers mois autour du club italien alors que les interrogations se renforçaient au sujet de la stabilité financière du consortium chinois ayant repris le club en 2017. À la recherche de son glorieux passé (18 titres nationaux et 7 Ligue des champions), l'AC Milan, qui a dépensé quelque 200 millions d'euros pour recruter des joueurs l'été dernier, a terminé à une décevante 6e place du championnat d'Italie remporté par la Juventus Turin.

Trop de dépenses !

Le couperet est tombé pour l'AC Milan. Comme redouté depuis plusieurs jours, le club italien a été exclu des compétitions européennes organisées par l'UEFA (Ligue des champions et Ligue Europa) pour la prochaine saison pour non-respect des critères du fair-play financier, le système mis en place par l'UEFA depuis 2011 afin d'améliorer la santé financière des clubs de football. Ou pour être exact, d'une compétition européenne s'il se qualifie lors des deux prochaines saisons.

Epinglé par l'instance de contrôle financier des clubs (ICFC), mise en place par l'UEFA pour contrôler les comptes des clubs sur une période de trois ans (ici 2014-2017), il a été reproché au Milan de ne pas avoir respecté les exigences relatives à l'équilibre financier. Explication : il a dépensé plus qu'il n'a engrangé d'argent. L’année passée, le Milan AC effectuait un mercato incroyable. Leonardo Bonucci, André Silva et bien d’autres étaient arrivés du côté de San Siro. Les Rossoneri avaient dépassé les 200 millions d’investissements.

Le Milan déjà prévenu, la Roma profite de la situation

A la fin 2018, le gendarme financier de l'UEFA avait alors revu sa copie et prononcé une amende de 12 millions d'euros contre le club et l'avait suspendu avec sursis, menaçant en effet de l'exclure de l'une des compétitions organisées par l'instance européenne en 2022-23 ou 2023-24 s'il n'était pas à l'équilibre au 30 juin 2021.D'abord suspendu pour deux ans la saison passée, le club milanais avait été une première fois sauvé par le TAS, qui avait cassé la sanction en 2018/2019. Toujours en délicatesse avec le fair-play financier, il n'échappera pas aux sanctions la saison prochaine, où sa présence en Ligue Europa est désormais annulée. Il avait été épinglé en avril pour son incapacité à respecter l'équilibre financier exigé par l'UEFA sur les trois dernières années.

Une situation qui profite donc à l'AS Rome, 6e de la dernière Serie A. Le club romain récupère le strapontin direct des Milanais pour la phase de groupe.

L'AC Milan a annoncé qu'il allait contester la décision devant le Tribunal arbitral du sport. Dans un communiqué, le club soutient que les règles de fair-play financier auraient été violées dans une « période de trois ans entre juillet 2014 et juin 2017 » - avant les dépenses de la dernière année.

De l’illusion à l’enfer

Mais revenons un peu en arrière. Il y a à peine un an, l’enthousiasme autour de Milan était à son paroxysme. Après la lente agonie de l’ère berlusconienne, le nouveau Milan chinois démarrait en fanfare : 230M dépensés pour onze nouveaux joueurs et une toute nouvelle équipe confiée aux mains de Montella avec l’objectif très ambitieux de se qualifier en Ligue des Champions.

L’équipe semblait alors compétitive et la suite est connue : un début de saison catastrophique avec Montella, dû à une préparation physique exécrable, l’incapacité de choisir une équipe titulaire, une tactique inadaptée et l’intégration difficile de 11 nouveaux joueurs. Après seulement 3 mois, le projet chinois coulait et l’enthousiasme a fait place à la consternation. La descente aux enfers continue pour le Milan AC.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.