Le taux de chômage en Côte d’ivoire oscille entre 70 à 90 %.

« Les chiffres sont des êtres fragiles qui, à force d'être torturés, finissent par avouer tout ce qu'on veut leur faire dire », dixit l'économiste Alfred Sauvy

«2.6% de taux de chômage en Côte d’Ivoire », les chiffres avancés par le ministre Touré Mamadou concernant la situation du chômage .Du côté de la BAD la lecture est autre puisque dans son rapport sur les perspectives économiques en Afrique, le taux de chômage en Côte d’ivoire oscille entre 70 à 90 %. Ces chiffres illustrent d’un côté le malaise de la société et d’un autre l’image d’un homme qui parait exceller dans le domaine de l’enfumage que dans la création d’emploi. De plus selon une note de la Banque Mondiale la Côte d’Ivoire n’a pas donné les résultats attendus sur le plan de l’inclusion sociale et de la réduction du taux de pauvreté(le taux de pauvreté s’élève encore à 46,3 %). Le pays se trouve au 170e rang sur 189 pays dans le rapport 2018 du Programme d

Chômage en Côte d'ivoire Chômage en Côte d'ivoire
es Nations Unies pour le développement (PNUD) sur l’indice de développement humain et possède un faible indice de capital humain (0,35) .Toujours selon le rapport , « La croissance du PIB a cependant progressivement ralenti pour passer de 10,1 % en 2012 à 7,7 % en 2017, tandis que pour 2018 les estimations tablent sur un taux de 7,4 %. Le pays doit relever un double défi : maintenir un rythme de croissance rapide mais aussi instaurer une croissance plus inclusive (le taux de pauvreté s’élève encore à 46,3 %) tout en réduisant les déséquilibres budgétaires. Par ailleurs notons que le taux de suicide enregistré en Côte d’ivoire est le plus important en Afrique, selon l’Organisation Mondiale de la Santé ! (OMS). Ce pas étonnant de voir aujourd’hui ce « grand départ » au niveau de la jeunesse ivoirienne. Malgré l'embellie économique, sur les 124.000 personnes demandeurs d’asile en France, 68% étaient des Ivoiriens, selon les chiffres de l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra) en 2017. La Côte d'Ivoire se positionne également au 4e rang des pays de provenance des migrants qui tentent de gagner l'Europe, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). "On constate une stagnation des indicateurs sociaux due à une répartition inégale des fruits de la croissance", explique l'économiste-démographe Gervais N'Da dans un article publié par VOA Afrique. A Daloa (centre-ouest, à 385 km au nord-ouest d'Abidjan), considérée comme une plaque tournante de l'émigration clandestine vers l'Europe, "il n'y a pas d'emplois, pas d'usines d’envergure capable d’absorber le taux de chômage". Pire qu’une prison la Côte d’ivoire a perdu son souffle d’espérance et cela se voit aux nombres de cadavres de jeunes ivoirien perdue dans les tréfonds de la méditerranée. Et il faut dire que dans ce contexte économique et social délétère, l’omerta ne se discute pas ! Avec la machine du pouvoir les bavards sont réduits au silence. Rappelons d’ailleurs que la Côte d’ivoire s’est positionné comme le nouveau fer de lance de la France au niveau de zone CEDEAO.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.