Le Trumpisme n'est pas mort !

 


Oui Trump est parti mais le "Trumpisme" n'est pas pour autant mis au placard. Cette élection a été d'une pédagogie particulière dans le sens où elle a enseigné au monde entier deux choses :
Les limites de ce qu'on appelle démocratie

La résistance du système (quiconque s'y oppose se brise).

On a été tous témoin de comment la presse, les réseaux sociaux, les politique se sont mobilisés pour faire taire près de 76 millions de voix qualifiées de raciste, suprémaciste. On a jamais assisté à un tel acharnement médiatique.

Noam Chomsky n'a t-il pas dit que "la propagande est à la démocratie ce que la matraque est à la tyrannie".

Ces agents du nouveau monde, le monde du marché, du féminisme, de la non-binarité, sont prêts à tout pour être à la manoeuvre. Tout courant de pensée ou toute personne allant contre ce système universaliste devient automatiquement le paria de la société, infréquentable, raciste ,anti-sociale...

Aujourd'hui au-delà du personnage Trump, il faut bien reconnaître que les chiffres ont donné une autre lecture. La majorité silencieuse a démontrée le sentiment réelle de l'Amérique.

Certes Biden a été élu, mais il est tout de même conscient qu'il dirigera une Amérique divisée. Et tenez-vous bien jamais l'Amérique n'a été autant fracturé socialement.

Ce sont des millions de gens qui se sont vus trompés par l'élite.

La question qui reste posée, c'est jusqu'où ira cette crise de confiance au pays du droit et de la liberté.

Personnellement, je pense que ce n'est pas en caricaturant les partisans de Trump que cette confiance aux institutions sera rétabli.

Alors oui Trump à la maison Blanche c'est fini, mais le spectre du Trumpisme n'est pas mort.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.