Montreuil 2014 : tribune libre de Marcel Bertrand pour une liste qui défende le bilan de la municipalité conduite par D. Voynet



La tribune LIBRE d'un habitant de Montreuil (non EELV) :



« Aux municipales, il faut une liste qui défende le bilan de la municipalité conduite par Dominique Voynet pour continuer sur le chemin du mieux vivre ensemble !

 

Ma ville, j’y crois….Tel est le slogan scandé sur des affiches dont Montreuil est constellée et dont la typographie nous fait penser à l’album emblématique de Blake et Mortimer, « la marque jaune ».

Veut-on nous faire peur ?

Non (encore que), ce que veulent les partisans de l’ancien maire, Jean-Pierre Brard c’est nous convaincre que son retour lors des élections municipales de mars 2014 serait une bonne nouvelle pour la population de Montreuil.

C’est justement parce que je crois à Montreuil, parce que j’y suis né, parce que j’y ai fait mes études, que j’y habite et que j’y travaille que je n’ai aucune envie d’un retour vers une gestion municipale marquée, surtout dans sa dernière période, par l’autocratisme et le paternalisme.

Aucune mesure de positive pour les habitants de Montreuil ou à gauche dans le dernier mandat de Jean-Pierre Brard !

Cerise sur le gâteau, on vient d’apprendre, suite au dernier rapport de la Chambre Régionale des Comptes que nous, c’est à la dire la commune via nos impôts, allons devoir payer chaque année 2,7 millions d’euros pendant 15 ans en raison d’une aide financière apportée à la SEMIMO non remboursée et non comptabilisée comme perte par la municipalité dirigée par Jean-Pierre Brard !

Et Jean-Pierre Brard veut redevenir maire dans une tentative pathétique de revanche !

Si Dominique Voynet a été élu contre lui en 2008, ce n’est pas grâce à la droite comme beaucoup tentent de le faire croire aujourd’hui, c’est grâce aux habitants des quartiers du haut Montreuil qui en même temps qu’ils mettaient Dominique Voynet à la tête de la ville, élisaient aussi Jean-Charles Nègre du Parti Communiste, comme Conseiller Général ; mais, a contrario, si Jean-Pierre Brard a été élu pendant tant d’années sur notre bonne ville de Montreuil, comme il a coutume de l’appeler, c’est qu’une partie de l’électorat de droite appréciait positivement l’expulsion des Roms, d’immigrés qu’il a pratiqué à plusieurs reprises.

Alors pourquoi tant de haine contre Dominique Voynet tout au long de son mandat ?

Il serait trop long de reprendre toutes les explications qui fleurissent depuis l’annonce de son retrait mais reprenons en trois.

La première, qui n’est pas reprise par les commentateurs, est le fait que beaucoup de ses opposants au Conseil Municipal de Montreuil sont des « professionnels de la politique », salariés de leur parti, fonctionnaires ou salariés d’une collectivité gérée par leur parti, retraité, etc…Cette caractérisation ajoutée au fait qu’aucun conseiller municipal de droite n’est élu à Montreuil a entraîné une surenchère dans la lutte pour les futures places à prendre.

Ce contexte a aussi favorisé le départ de Mouna Viprey et de 9 autres co-listiers, ex-socialistes, de l’équipe conduite par Dominique Voynet sur la base d’un désaccord sur le taux d’augmentation des impôts à appliquer en 2009 et leurs différenciations au fur et à mesure.

Pour les deux suivantes, son mauvais caractère et son manque d’empathie, que dire ?

Je me fous du (mauvais) caractère de Dominique Voynet ou de son manque d’empathie, si on élit un-e maire de gauche, et Dominique Voynet, l’est incontestablement mais pas de la marque déposée à Montreuil, ce n’est pas (ou pas seulement) pour serrer les mains à tout le monde ou demander des nouvelles du petit dernier, c’est pour qu’il réponde aux besoins sociaux de la population qui l’a élu-e.

Et là, il faut parler du bilan concret de la municipalité conduite par Dominique Voynet.

Je pense que beaucoup de montreuillois ne sont pas aveugles malgré les tentatives d’enfumage des différentes minorités municipales.

Les montreuillois, les plus en besoin du service public, voient les progrès engagés, la transformation de la ville; ils  voient le nombre de logements sociaux et en accès à la propriété augmenter, ils voient des écoles, des crèches se construire malgré l’obstruction juridique menée par certains, ils voient le nombre de places en crèche lui aussi augmenter.

Ils voient les cités HLM réhabilités, même si beaucoup reste à faire, ils voient la (toujours trop lente) rénovation du Bel-Air et les prémisses de celle de La Noue.

Ils voient la diversification de l’offre théâtrale (Les Roches, Berthelot) ou culturelle avec le 116 et le 6 salles du Méliès à la Mairie l’année prochaine, ils voient le soutien apporté à ICI Montreuil, lieu original mixant créateurs, artistes et artisans.

Ils voient de nouveaux jardins partagés ou petits espaces verts se créer, ils voient le réseau de transport qui va se développer, d’abord prochainement avec l’arrivée du tramway auquel Jean-Pierre Brard s’évertue à faire obstacle (seulement depuis qu’il n’est plus Maire !) puis ensuite à moyen terme avec la prolongation des lignes 1 et 11 ; ils voient la mise en place de centres sociaux, vecteurs du mieux vivre ensemble dans les quartiers….

Et même le Parc Aquatique qui comprendra une piscine permanente, tant décrié pour son coût (pris en charge par Est-Ensemble) et son empiètement sur les murs à pêches est une réponse à la coupure entre le haut et le bas Montreuil ; promesse de la campagne de 2008, comme l’est la fin de l’A 186 avec le tramway.

Malgré ce bilan que beaucoup de maires sortants aimeraient avoir, la lutte des places a été plus forte que la volonté d’avancer ensemble à gauche dans un contexte de crise où la politique gouvernementale pèse sur les marges financières des communes et donc sur les choix qu’ils peuvent faire.

Politique gouvernementale à laquelle participe le parti de Dominique Voynet et qui ne répond pas aux attentes des électeurs qui ont porté François Hollande à la tête du pays.….

Pour autant, au niveau local, comme le montre le bilan de l’équipe conduite par Dominique Voynet et la réduction de la dette laissée par son prédécesseur, d’autres choix sont possibles pour des mesures concrètes et de gauche au-delà des postures idéologiques.

Partant de sa non participation gouvernementale, le Parti Communiste montreuillois, conscient du lourd passif de Jean-Pierre Brard, veut reconquérir la ville sur la base d’une critique de gauche articulant niveau national et niveau local sous le sigle du Front de gauche, que revendique aussi Jean-Pierre Brard.

Allié au Parti de Gauche et à la Gauche Unitaire, rejoints maintenant par la FASE, la Gauche Anticapitaliste et très récemment par le RCM, dont le responsable, conseiller municipal, est aussi l’ancien collaborateur de Jean-Pierre Brard, le Parti Communiste montreuillois tente de faire obstacle au retour de ce dernier à la tête de la mairie mais en présentant un militant du Parti Communiste, Patrice Bessac, dont la seule qualité connue est d’avoir été le directeur de campagne de Jean-Pierre Brard lors des élections législatives de 2012 !

Quelle crédibilité, lorsque l’on sait aussi que beaucoup de militants qui vont être sur la liste conduite par Patrice Bessac ont été conseillers municipaux ou maires adjoints de 2001 à 2008 ?

Le Parti Communiste montreuillois qui a soutenu Jean-Brard lors des dernières élections législatives de 2012 espérait un renvoi d’ascenseur lors des municipales de 2014.

Hélas, les promesses n’engagent que ceux qui y croient et Jean-Pierre Brard sur de sa notoriété et de son électorat de droite renie son accord, tacite ou écrit, avec le PC.

Autre curiosité politique, le nouveau député socialiste, Razzy Hammadi, qui semble vouloir se présenter à ces élections municipales, son large sourire en bandoulière.

Il n’a pas compris que s’il a été élu député, de justesse pour Montreuil, c’est parce que les montreuillois voulaient tourner la page Jean-Pierre Brard.

Oubliant qu’il a bénéficié du soutien d’Europe Ecologie Les Verts qui n’a présenté aucune candidature contre lui, sans vergogne, il veut se présenter aux élections municipales sur la base d’une critique formelle des actions engagées par la municipalité conduite par Dominique Voynet et d’un programme ultra-sécuritaire surfant sur les délits commis et le sentiment d’insécurité.

Horrifié d’un possible retour de Jean-Pierre Brard qui nous a conduits dans le mur de la dette, inquiet de l’arrivée d’un «homme pressé » comme l’a caractérisé Dominique Voynet dont l’ambition pour Montreuil n’est pas à la hauteur de l’engagement de ses habitants, j’en appelle et j’espère la constitution d’ une liste qui défende le bilan de la municipalité conduite par Dominique Voynet pour continuer sur le chemin du mieux vivre ensemble.

 

Marcel Bertrand

citoyen montreuillois »


Source : Bagnolet en vert

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.